Renault doute de la validité de l'analyse des gaz de l'Espace dCi effectuée par DUH

C'est l'un des trois titres d'un communiqué de presse télégraphique publié par Renault en réponse aux résultats annoncés par Deutsche Umwelthilfe (DUH), qui signifie Association allemande d'aide à l'environnement. L'ONG a une nouvelle fois fait appel aux services de la Haute école spécialisée de Berne (Suisse). Elle vise à attirer l'attention sur le non-respect de la réglementation sur les émissions, qui, dans le cas de l'Espace, sont jusqu'à 25 fois supérieures aux plafonds Euro 6.

Le fait que DUH ait également enquêté sur un constructeur allemand, Opel, devrait nous faire penser qu'il ne s'agit pas d'une vendetta patriotique contre les constructeurs non allemands. Cette fois, c'est Renault, mais la prochaine fois, ce pourrait être SEAT, ou Volvo, ou Toyota. Le constructeur français ne s'en amuse pas et réplique : "les procédures de test de l'Université de Berne ne sont pas conformes à la réglementation européenne".


Dans quelle mesure cela est-il vrai ? Bien que tous les résultats soient conservés par l'Université de Berne (et restent confidentiels), la DUH a expliqué comment elle a mené les tests dans un rapport disponible en allemand et en anglais. Neuf tests ont été effectués, dont huit correspondent au cycle NEDC, et un à un cycle d'essai qui maintient des vitesses constantes pendant plusieurs minutes, en dehors de la réglementation.

Les tests en laboratoire ont été effectués dans la plupart des cas avec le moteur chaud, et seulement trois avec le moteur froid. Il est intéressant de noter que les émissions de NOx les plus faibles ont coïncidé avec les tests à froid, lorsque les systèmes antipollution sont censés être moins efficaces. A froid, 235, 69 et 62 milligrammes de NOx par kilomètre ont été mesurés. À chaud, et en étant bienveillant, les émissions ont été au moins cinq fois plus élevées.


Le pire résultat, avec 2 061 milligrammes de NOx/km, a été obtenu avec le dynamomètre configuré pour une traction avant, c'est-à-dire avec un seul rouleau et les roues arrière à l'arrêt. Dans tous les tests effectués, les émissions de CO2, qui sont directement liées à la consommation de diesel, sont restées dans une fourchette de 133 à 145 g/km. En d'autres termes, la consommation a été relativement stable. Les sept autres tests NEDC ont été effectués avec des rouleaux doubles, toutes les roues en mouvement.

Vient maintenant une partie intéressante, le préconditionnement. Les tests qui ont abouti à des valeurs légales, 62 et 69 mg/km de NOx, sont délicats. La veille, trois cycles extra-urbains du cycle NEDC ont été effectués. N'oubliez pas que le NEDC est composé d'une répétition du cycle urbain et d'un cycle extra-urbain, et que le chiffre final est pondéré. Les meilleurs résultats ont donc été obtenus lorsque le moteur était froid, sur un double rouleau, et que trois cycles extra-urbains de 11 km chacun avaient été effectués la veille.

À aucun moment le DUH ne prétend que le Renault Espace 1.6 dCi (9RM) contient un dispositif d'invalidation qui détecte des conditions de test spécifiques, et si c'est le cas, il ne repose certainement pas sur la vitesse des roues arrière. Toutefois, l'énorme dispersion des données, avec une consommation de diesel pratiquement inchangée, permet de douter raisonnablement de l'honnêteté de cette programmation.

Une anomalie d'injection est exclue, car aucune erreur OBD n'a été enregistrée, et le voyant "check engine" ne s'est pas allumé. De plus, la DUH indique dans son rapport que "des mesures supplémentaires sur des véhicules de la même catégorie sont nécessaires pour confirmer ce comportement". S'il n'y a pas de programmation cachée, pourquoi l'Espace 1.6 dCi passe-t-il du respect des limites de 2015 à ne dépasser aucune réglementation Euro et à émettre autant de NOx qu'un diesel atmosphérique des années 1980 ?


DUH veut que la KBA effectue davantage de tests et vérifie ceux qu'elle a effectués, par le biais d'une plainte. Cela n'a aucun sens pour eux de falsifier leurs tests, car ils deviendraient les chasseurs chassés.

Actuellement, le Kraftfahrt-Bundesamt (KBA), l'autorité allemande d'homologation, étudie 50 modèles provenant de 23 fabricants différents. Du côté de la marque française, seul le Kadjar fait l'objet d'une enquête, mais l'Espace pourrait bientôt rejoindre l'enquête. Les indications sont là. C'est une chose que ce modèle particulier soit "parfait" dans les conditions d'homologation, mais la différence de performance de ses systèmes anti-pollution est très importante.

Le moteur 1.6 dCi ne dispose pas, sur ce modèle, d'un système de réduction catalytique sélective ou SCR. En d'autres termes, aucune urée ou AdBlue n'est injectée dans l'échappement pour neutraliser les NOx. Il est certain que l'émission de ces gaz serait considérablement réduite si un tel système, qui n'est pas ajouté à tout diesel moderne pour des raisons de coût, était disponible. L'Opel Zafira Tourer est équipé du système SCR, bien qu'il ait été désactivé pendant les essais.

Les résultats ont été obtenus dans un laboratoire aménagé pour les essais de gaz. Selon la DUH, les instruments de mesure utilisés sont conformes à la norme ECE R83, qui est valable en Suisse et dans l'Union européenne. Les mesures de NOx ont été vérifiées avec un analyseur à chimiluminescence. La température ambiante était de 20 à 30 degrés, avec une humidité de 5,5 à 12,2 grammes/kilo. Ils ont même indiqué le modèle du dynamomètre, la seule chose qui manquait était le nom des opérateurs du laboratoire.


Est-ce que DUH cherche à être sous les feux de la rampe juste pour le plaisir ? Pas à mon avis, qui est aussi méprisable qu'un autre. Le fait qu'il ait commencé chez Opel, le plus important constructeur allemand non premium après Volkswagen, donne plus de validité à son discours. Qui sera le prochain ? Pour être sûr. Il est légitime pour Renault de se retrancher dans une posture d'honnêteté et de "ça ne va pas avec nous", ce qui est exactement ce qu'a fait Opel. mentent-ils ? Je n'irai pas jusque là, mais c'est une possibilité. Le KBA aura le dernier mot.



Ajouter un commentaire de Renault doute de la validité de l'analyse des gaz de l'Espace dCi effectuée par DUH
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.