pistonudos.com

Une brève introduction à l'histoire de Nissan au Mans

Les voitures, à travers la passion pour l'ingénierie et la culture urbaine des modifications, font partie de ces grands hobbies renforcés par l'esprit patriotique japonais. Au Japon, le respect des marques locales est à son comble. C'est pourquoi ils dominent le marché local comme ils le font.

Sur ce marché local, Nissan est l'une des marques les plus prestigieuses, avec le plus grand prestige sportif et la plus grande reconnaissance. Elle l'a gagné grâce à des décennies de travail et d'investissement dans la compétition.


Au cours des jours et des semaines à venir, nous passerons en revue, un par un, tous les modèles de course que Nissan a eus tout au long de son histoire dans le monde de l'endurance jusqu'à aujourd'hui, mais l'objectif de ce bref compte rendu est de fournir un aperçu, afin que vous vous mettiez en situation et que vous puissiez apprécier la dimension du défi et du projet.

Pour les Japonais du milieu du siècle dernier, Le Mans était une course d'endurance lointaine et prestigieuse, la chasse gardée des constructeurs européens. À l'époque, l'ingénierie et l'industrie automobile japonaises étaient encore en retard sur celles de l'Occident. Les voitures étaient produites en grande quantité, souvent sous licence de constructeurs britanniques, mais il y avait un manque de développement interne et de caractère distinctif.

Comme Honda (pour les motos) et Maza (également pour les courses d'endurance), Nissan a commencé à conquérir le marché occidental à la fin des années 1970. Mais elle voulait se débarrasser du stigmate de la "marque bon marché" sans contenu technologique ni valeur différentielle.

Pour y parvenir, Nissan a été clair dès le départ : il lui fallait impressionner en Europe et aux États-Unis, et battre les constructeurs locaux dans son pays.


Le Prince R380, inspiré de la Porsche 904, était le premier prototype d'endurance de Nissan.

Avec le recul, il convient de rappeler que Nissan avait été un pionnier sur son propre territoire, participant activement au premier Grand Prix du Japon à Suzuka, avec une Fairlady 1500. Mais la véritable percée sportive locale de l'entreprise a eu lieu en 1966. Après le rachat de la firme "de luxe" Prince, Nissan a pris sous son aile le projet R380, un petit et beau coupé de course inspiré (nous ne dirons pas cloné) par la Porsche 904 de l'époque. L'objectif de ce prototype n'était autre que d'essayer de battre les firmes étrangères sur place en dominant le Grand Prix du Japon.

Une fois qu'ils ont réussi à dominer les "courses nationales", l'étape suivante consistait à essayer de gagner aux États-Unis, le plus grand marché pour les constructeurs japonais. En 1973, ce défi a commencé, avec la Datsun Z qui a participé à des courses IMSA et qui a gagné des courses, mais ce n'est qu'en 1985 que la société est devenue vraiment sérieuse, en créant la GTP-ZX, le premier prototype développé et conçu pour gagner des championnats d'endurance aux États-Unis.

Équipée d'un moteur V6 suralimenté, très proche de celui de la 300ZX Turbo de l'époque, la GTP-ZX a connu des débuts difficiles en compétition lors de ses trois premières saisons, mais a finalement réussi à s'imposer en 1988, 89 et 90 dans le championnat IMSA.

La Nissan GTP-ZX, équipée d'un V6 turbocompressé dérivé de la 300ZX, a dominé la série IMSA à la fin des années 1980.

C'est en cette même année 1985 que, parallèlement, Nissan a ressenti le besoin d'essayer de faire quelque chose de significatif au Mans. Après les expériences de travail avec March, utilisant le châssis 83G conçu "par un certain Adrian Newey" (je suis sûr que vous en avez entendu parler), les Japonais ont finalement dépensé l'argent et invité March à développer une voiture spécifiquement pour eux, la 85V. Elle était elle-même une March 85G, adaptée pour utiliser le moteur V6 turbocompressé de la GTP-ZX. Résultat ? Une excellente treizième place au Mans 195, les débuts de Nissan à La Sarthé en 1986.


Dès lors, Nissan augmentera chaque année ses ressources pour tenter de gagner au Mans, prenant la course de plus en plus au sérieux, jusqu'en 1990, date à laquelle apparaît la brillante R90CK et son fameux " plus de mille chevaux ".

La R90CK, avec plus de mille chevaux, a pris la pole position au Mans 1990.

Un problème lors des essais qualificatifs a laissé Marc Blundell avec une soupape de contrôle de la pression du turbocompresseur bloquée, ce qui signifie que le moteur délivrait plus de mille chevaux à tout moment, ce qui a permis au Britannique de décrocher de manière inattendue la première pole position de Nissan au Mans dans la catégorie senior.

L'un des deux R90CK participant au Mans a mené la course jusqu'à l'aube avant de tomber en panne. L'autre avait déjà abandonné à ce moment-là. Nissan a réduit certaines des ressources de ses tentatives officielles et a concouru les années suivantes dans le World Sport Prototype Championship (aujourd'hui WEC) avec des voitures comme la R92, qui, bien que compétitive, n'a pas réussi à briller.

Ce serait une voiture inattendue, développée aux États-Unis pour rouler selon les règles de l'IMSA, qui donnerait à Nissan sa première victoire au Mans. C'est la 300ZX en 1994, qui prendra la cinquième place au classement général et la victoire dans la sous-catégorie GTS.

L'année suivante, Nissan tente l'assaut dans la catégorie GT1 avec la Nissan GT-R LM (nom presque identique au modèle actuel), mais trouve la McLaren F1 GTR imbattable, ce qui se reproduira en 1996.


La magnifique R390 GT1 était probablement la tentative la plus sérieuse de gagner Le Mans à ce jour.

C'est en 1997 que nous avons eu pour la première fois le sentiment que Nissan était le vrai favori pour gagner Le Mans. Profitant du " piège " GT1, presque tous les constructeurs ont choisi de développer des " voitures de route " dont ils ont homologué une unité enregistrée pour leur marché local, comme une excuse pour courir à La Sarthe. Le R390 GT1 est né comme ça. La première année du projet, en 1997, la voiture était diablement rapide, mais elle a été abandonnée en raison de problèmes de fiabilité des boîtes de vitesses. En 1998, la voiture a fait preuve de fiabilité, mais n'a pas pu dépasser la troisième marche du podium, en raison de son manque de vitesse face aux Porsche 911 GT1 et Mercedes CLR.

L'année suivante, l'ACO avait tué la catégorie GT1, lassée des tricheries des constructeurs, et Nissan développa la R391, une LMP1 ouverte qui ne brilla pas dans une course qui mena la BMW développée par Williams " à la première " et de façon presque inattendue.

A partir de là, silence. La crise interne de Nissan, le rachat par Renault, a eu une influence considérable sur la réduction des programmes sportifs de l'entreprise. Mais Nissan a dû renaître de ses cendres. Bien que nous vous dévoilerons dans les prochains jours la quasi-totalité des programmes compétitifs de Nissan sur son marché domestique dans cette pause concurrentielle internationale, il faudra attendre 2011 pour que Nissan retrouve sa place de compétiteur au Mans, en devenant un moteur " majeur " de la catégorie LMP2 avec son moteur V8 de quatre litres et demi VK45, qui lui donnera et lui donne encore des victoires de catégorie.

Les projets DeltaWing et ZEOD RC ont concouru dans la catégorie expérimentale du Mans pour démontrer des technologies alternatives, plus à des fins de marketing qu'autre chose.

En 2012 viendrait la folie de la DeltaWing. Entre-temps, Nissan, avec Ghosn à sa tête, avait appris à se concentrer sur les courses européennes. Nous en parlerons également dans un rapport séparé, mais en résumé, nous pouvons vous dire que les budgets sportifs jusqu'en 2010 chez Nissan ont été dirigés par le département R & D, qui a donné de l'importance à l'excellence et au développement technologique. Depuis 2011, l'argent pour les courses provenait du département marketing, qui valorisait non seulement la compétitivité, mais aussi l'impact médiatique.

Et cet impact médiatique a été garanti par la subvention et le soutien du projet DeltaWing de Ben Bowlby et des All American Racers, qui ont présenté la très étrange voiture à essieu avant étroit dans la catégorie expérimentale du Mans. Une voiture méridionale, rapide et fiable, qui a fini par être éliminée de la course à cause d'un accident.

L'année 2014 a marqué le retour de la firme avec la ZEOD RC au concept très similaire à celui de la DeltaWing, mais cette fois équipée d'une mécanique hybride, avec pour seul objectif de réaliser un tour complet en électrique au Mans, objectif qui a été atteint (de justesse), récoltant peu après un abandon en course suite à des problèmes de boîte de vitesse.

Avec Darren Cox (photo) et Ben Bowlby aux commandes, la GT-R LM Nismo est le projet le plus fou et le plus étrange que nous ayons vu au Mans à ce jour, mais aussi la tentative la plus sérieuse de Nissan depuis la R390 GT1.

Mais depuis 2011, l'important était de cuisiner : Nissan allait revenir en LMP1, avec un projet sérieux, mais en même temps innovant. Avec Darren Cox à la tête, et Ben Bowlby comme cerveau, le projet devait être une alternative au pouvoir établi. Une alternative non seulement sportive, mais aussi technologique, avec une voiture radicalement différente, suffisamment rare pour faire impression sur les médias.

Ainsi est née la GT-R LM Nismo. Une voiture dont nous vous avons déjà beaucoup parlé, et dont nous vous parlerons encore plus dans les prochains jours.

Le retour d'Alfa Romeo : de la 1900 à la Giulia




Ajouter un commentaire de Une brève introduction à l'histoire de Nissan au Mans
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.