pistonudos.com

Fiat 500X 120 ch 4×2 diesel

Fiat 500X 4×4 2.0 Multijet2

Pour la même raison, nous avons décidé de demander à Fiat une 500X plus proche de celle qui, en volume, a plus de succès dans les ventes, et c'est ainsi que nous avons abouti au 4×2 diesel 120 ch et manuel dont nous vous parlons aujourd'hui, avec un prix à partir de 20 650€ avec la finition Pop Star.

Design


Il ne serait pas très judicieux de s'arrêter maintenant pour commenter trop longuement l'esthétique de la 500X. Après tout, la version testée est la "urbaine", avec des différences au niveau des pare-chocs et des détails mineurs par rapport à la "Cross" que nous avons testée avec une transmission intégrale et un moteur diesel de 140 ch.

L'esthétique étant clairement similaire entre les deux variantes, la plupart des commentaires que nous avions faits à l'époque sont toujours valables, et vous pouvez les lire ici.

En bref et profitant de l'occasion, je vous dirai que personnellement j'aurais du mal à me décider entre la finition urbaine et le SUV. Le SUV semble plus logique et logique dans une voiture avec ces caractéristiques, mais nous aimons aussi le pare-chocs avant de la voiture que nous disséquons aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, il s'agit certainement d'une voiture très réussie, tant en général qu'au niveau des détails, ce qui en fait l'une des meilleures de son segment en termes d'apparence, si ce n'est la meilleure. Bien que, bien sûr, au goût sont les couleurs, et le radicalement différent CX-3 me semble également très réussie esthétiquement de plaider pour la place d'honneur à cette Fiat.


Cabine

Et à l'intérieur il se passe comme à l'extérieur : commenté tout avec le 4×4 il y a peu à ajouter maintenant. La finition des versions avec "city look", contrairement à la voiture testée l'autre jour, ne porte pas le tableau de bord en gris foncé et rugueux, mais avec une bande de couleur de la carrosserie, quelque chose de plus logique et mieux, à mon avis, de s'aligner avec le reste de la 500.

Pouvoir compter sur le système UConnect, avec une connectivité totale avec le téléphone portable et les applications, est un succès qui ne manque que de résoudre la visibilité en pleine lumière de l'écran, ce que d'autres marques ont mieux réussi.

L'espace aux sièges avant est généreux dans toutes les directions. Les sièges arrière sont généreux longitudinalement, bien qu'en coupe transversale, il y a quelques rivaux dans le segment qui offrent plus d'espace, donc le transport de trois adultes (avec deux vous obtiendrez la même chose) peut être plus confortable dans d'autres voitures dans le segment B-SUV, mais pour peu, en tout cas.

La position de conduite, comme je l'ai dit pour la Cross, est particulièrement bonne. FCA a toujours eu quelques problèmes pour permettre tous les ajustements nécessaires dans beaucoup de ses voitures pour obtenir une position ergonomique satisfaisante, vous obligeant souvent à conduire avec les jambes un peu à l'étroit, ou à prendre le volant un peu plus haut ou plus incliné que souhaité. Mais ce n'est pas le cas de la 500X, qui atteint finalement une position que nous pourrions considérer comme parfaite, avec toutes les mains à portée de main de manière très intuitive.


En termes de qualité des matériaux, des finitions et des ajustements, la 500X est une référence dans la catégorie, avec un choix de multiples finitions et combinaisons de couleurs permettant d'avoir une voiture pratiquement unique.

L'utilisation d'un système audio Beats est une autre garantie. Et même si le son n'est pas aussi bon que dans mon souvenir de l'équipement d'autres voitures FCA (la 500L par exemple, je ne sais pas pourquoi), c'est quand même la garantie d'une bonne harmonisation du son dans l'habitacle quand on doit conduire pendant de longues périodes.

Le coffre, d'une capacité de 350 litres, offre un espace plus que suffisant pour une famille. Il y a certainement des rivaux avec une plus grande capacité, mais pour mettre cela en perspective, rappelez-vous que c'est la même capacité que la dernière compacte de FCA sur le marché, la Giulietta, avec l'avantage d'avoir une zone de chargement plus plate, plus confortable et plus facile à moduler.

Technique

Les différences avec le quatre par quatre de la variante testée sont importantes. Ici, le moteur est un diesel de 1,6 litre à injection directe, avec plusieurs injections de carburant par cycle de combustion. La culasse est à 16 soupapes, avec un turbocompresseur à géométrie variable.

La puissance maximale de 120 ch à 4 000 tr/min est bonne, mais ce qui impressionne le plus est sans aucun doute son couple, avec 320 Nm disponibles dès 1 750 tr/min.


La boîte de vitesses de l'unité testée était une boîte manuelle à six rapports. En fonction de la motorisation, la 500X peut être commandée avec des boîtes de vitesses comprenant une manuelle à 5 rapports pour les variantes d'entrée de gamme (110 essence, 95 ch diesel), une manuelle à six rapports, une TCT à double embrayage à six rapports et une automatique à convertisseur de couple à neuf - oui, neuf - rapports.

Le bon côté de ce manuel est qu'il se distingue par sa douceur, sa précision dans les parcours, quelque chose de long, oui, et écarte tout soupçon de parcours pâteux que l'on pouvait percevoir dans les modèles précédents de la compagnie. Il ajoute également une traction avant avec fonction de limitation du patinage des roues en cas de surface glissante, en utilisant les freins de l'essieu avant, afin d'offrir des capacités tout-terrain quelque peu supérieures à celles qu'offrirait une compacte classique, mais oubliez d'aller à Trialeras avec lui, pour des raisons évidentes.

Conduite

Les différences entre cette version et celle que nous avons testée l'autre jour, presque 10.000€ plus chère, devaient être remarquées, et elles le sont. Il est intéressant de noter que le moteur n'est pas le protagoniste des changements, en tout cas. Ce 1.6 diesel de 120 ch est tout en ingéniosité. Le pire, et de loin, c'est le bruit qu'il émet, surtout à froid, au démarrage, très tracteur.

Mais une fois le bruit passé, ce qui impressionne dans cette voiture, c'est son énorme couple et la courbe plate sur laquelle elle repose, ce qui permet d'accélérer avec gusto pour dépasser avec plus de confiance que ce que l'on pourrait attendre d'une voiture de 120 chevaux. Les 80-120 en huit secondes dont elle est capable sont une démonstration de la façon dont toutes les voitures sur le marché devraient se déplacer, au minimum, pour assurer la sécurité des dépassements.

Vous pouvez obtenir environ six litres aux cent kilomètres, voire moins si vous adoptez une conduite souple. Même si vous sollicitez tout le potentiel du moteur, il est rare de dépasser les six litres et demi aux 100 kilomètres, ce qui en fait une référence dans la catégorie.

Comme je l'ai dit plus haut, son seul inconvénient est qu'en cas de forte sollicitation de l'accélérateur, le moteur diesel est perceptible dans l'habitacle qui, en revanche, est silencieux face au frottement des pneus sur l'asphalte ou de l'air sur la carrosserie. A vitesse soutenue, le diesel est à peine audible, mais avec des options essence allant jusqu'à 170 ch, j'envisagerais sérieusement d'essayer une essence avant d'opter pour le diesel, même si c'est un tourbillon de couple.

Quant à la tenue de route et au confort, c'est la même chose que pour le 500X 4×4 : c'est une voiture rigide, mais pas inconfortable. Ce que la 500X réussit à faire grâce à un réglage qui rappelle celui de la 500 trois portes, c'est que les mouvements de la carrosserie en termes de tangage et de roulis s'expriment à peine, et que les masses sont très bien contrôlées malgré la taille de l'appareil, ce qui donne un sentiment positif à l'attaque des courbes.

La direction est l'un de ces points étranges. Comme sur la 500 originale, l'assistance électrique est un peu étrange, surtout autour du point mort central, où les mouvements sont un peu élastiques. Vous devez choisir le mode sport sur le sélecteur de mode rotatif pour augmenter la résistance du volant aux virages et améliorer les sensations. La précision de la ligne, en tout cas, ne fait aucun doute.

La rigidité supplémentaire de la suspension entraîne un peu plus de sécheresse sur les bosses que ce que ses rivaux peuvent offrir, ce qui nuit à un certain degré de confort général. Dans tous les cas, c'est une question de compromis, des compromis que vous devez évaluer en testant la voiture avant de l'acheter. Personnellement, il m'arrive la même chose avec ce 4×2 qu'avec son frère, il me semble une référence en termes de réglage pour un B-SUV, pour le contrôle et les sensations en virage, même si, sans aucun doute, le Mazda CX-3 le bat, grâce à une fluidité en courbe que le Fiat n'a pas. La voiture d'Hiroshima bouge davantage, mais elle le fait de manière très ordonnée et avec peu d'inertie, ce qui lui permet de passer à l'attaque de manière plus "naturelle".

Curieusement, l'unité d'essai de ce 4×2 présentait un bruit de plastique du passage de roue arrière droit, qui semblait spécifique à l'unité en particulier, lors du passage rapide sur des bosses, lorsque le ressort semblait s'accrocher avec la garniture susmentionnée, affectant la sensation de solidité du châssis. Nous supposons qu'il s'agit d'une particularité de cette voiture, car ce grincement n'était pas présent dans la 500X 140 cv diesel d'il y a quelques mois.

Conclusions

Si vous avez été mordu par la "SUV-mania" et que vous voulez acheter une de ces choses qui ressemblent à un SUV mais qui n'en sont pas, la 500X est une option très solide.

C'est parce qu'esthétiquement, c'est l'un des plus beaux, sinon le plus beau de la catégorie. Aussi parce que la cabine est finie et équipée plus et mieux. Dans l'espace intérieur n'est pas court pour toute famille, et dans le coffre, avec 350 litres est bien servi. Pour le prix, il est vrai, n'est pas le moins cher dans le segment, mais vous pouvez acheter ce 120 chevaux à partir d'un peu plus de 20.000 euros, et la capacité de récupération et est bien servi.

Sur le marché, vous avez le CX-3, qui coule mieux dans les courbes et dont l'esthétique peut sembler plus intéressant (pour les goûts ...), mais il péche dans un espace plus petit dans les sièges arrière et moins de capacité à le configurer sur mesure. Les autres rivaux les plus vendus du segment n'ont pas grand-chose à voir avec le 500X. Le niveau de finition du Captur est bien inférieur à celui offert par la Fiat, alors que le 2008 offre un espace et un confort de conduite supplémentaires, mais il souffre au niveau du moteur (il consomme plus et fonctionne moins), de l'esthétique et du contrôle des mouvements de la carrosserie.

Si vous aimez l'idée de la Cinquecento et que vous avez une famille à déplacer, ce qui limitera les possibilités de le faire dans une 500 normale, la 500X est certainement la voiture qu'il vous faut. Et si vous n'êtes pas obsédé par la famille 500 de Fiat, cette voiture, pour des raisons purement objectives, peut également vous intéresser.

Vidéo

Ajouter un commentaire de Fiat 500X 120 ch 4×2 diesel
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.