pistonudos.com

La marque Hispano-Suiza change de propriétaire pour cause d'inactivité

Un peu d'histoire de l'entreprise

La société "La Hispano-Suiza, Fábrica de Automóviles, S. A." a été fondée le 14 juin 1904. Le président de la société était Damián Mateu, Francisco Seix le vice-président et Marc Birkigt (la partie suisse de la société) le directeur technique. Cette entreprise s'est spécialisée dans les automobiles de luxe et techniquement très raffinées, étant l'un des pionniers de la branche. Les performances des modèles ont été constamment améliorées et ils ont participé avec succès à de nombreux événements sportifs. Le nom est familier à tous les amateurs car il s'agit d'une marque espagnole.


À l'origine, elle était soutenue par le roi de l'époque, Alfonso XIII, un grand amateur d'automobile qui est devenu l'un des meilleurs promoteurs de la marque ; il a également donné son nom à un modèle. D'accord, il était célèbre au niveau national, mais avait-il une technique particulière ? Eh bien, oui, il en avait plusieurs, comme l'utilisation de soupapes à chemise, au lieu des soupapes à siège actuelles, et en 1919 les freins servo-assistés dans le modèle H6B, soit dit en passant, un véhicule de 140 ch. Les soupapes à manchon sont des cylindres mobiles concentriques dotés de pistons dont les ouvertures coïncident avec les orifices d'échappement et d'admission. Le mouvement synchronisé de ces cylindres permet à l'air d'entrer et de sortir du moteur.

Le grand avantage de ces soupapes était qu'il était beaucoup plus silencieux que les véhicules concurrents - Rolls-Royce était son grand concurrent - très important pour l'époque où il n'était pas normal de voir une voiture, encore moins une voiture bruyante. L'utilisation de freins servo-assistés a été copiée par d'autres marques de l'époque, car la masse des véhicules de l'époque était généralement supérieure à deux tonnes et cette technique permettait d'améliorer considérablement le freinage. Une autre étape importante de l'entreprise est la construction de moteurs pour l'aviation depuis 1915.


Selon les chroniques de la Première Guerre mondiale, ces moteurs étaient vitaux pour l'aviation française. Une partie de la technologie utilisée dans les moteurs d'avion a été appliquée aux moteurs d'automobile après la guerre. L'une de ces techniques était le bloc moteur en aluminium moulé, très courant aujourd'hui, qui était à l'époque à la pointe de la technologie. On pourrait dire que la gloire est venue des automobiles et l'argent des moteurs d'avion, cette situation sera vécue des années plus tard par son concurrent Rolls-Royce.

Enfin, a-t-il été reconnu dans le monde entier ? Oui, elle l'était, et en 1911, elle a ouvert une usine en France. D'autre part, elle a vendu des licences pour construire des moteurs d'avion à des entreprises de plusieurs pays - parce qu'elle ne pouvait pas répondre à toute la demande - et a également vendu à Skoda la licence pour la production du modèle H6B de 1926 à 1929. L'un des exploits les plus célèbres de la marque a été un pari privé d'une compétition de 24 heures sur le circuit d'Indianapolis, remportant l'Hispano-Suiza par sa vitesse dès le premier tour et terminant sans problème, contrairement à son concurrent Stutz, plus lent et qui a cassé plusieurs pièces et a dû abandonner. Il existe encore des unités non restaurées qui fonctionnent toujours.

Au cours des années 20 et 30, à l'exception de quelques grèves, le problème le plus important de l'entreprise était qu'elle ne produisait pas autant de voitures qu'elle pouvait en vendre. Tout a changé avec le déclenchement de la guerre civile espagnole en 1936. Dès sa création, la direction a été expulsée et ses usines ont été collectivisées et gérées par des comités de travailleurs. La production s'est orientée vers les voitures blindées au lieu des voitures particulières. Bien que des automobiles aient continué à être fabriquées sous la marque Hispano-Suiza, 1936 est considérée comme la dernière année où la société "La Hispano-Suiza de Automóviles S.A." a fabriqué ou vendu des automobiles sous la marque "Hispano-Suiza", la marque étant déjà séparée de la société.


À la fin de la guerre civile, une tentative a été faite pour relancer l'entreprise, mais - comme expliqué précédemment - il n'a pas été possible de continuer sur la même voie. En résumé, l'Espagne n'avait pas besoin de voitures de luxe, mais plutôt de bus et de camions économiques à l'achat et à l'entretien. Dans ces années-là, les véhicules industriels passaient au cycle diesel, un moteur dont l'entreprise ne disposait pas. En ce qui concerne les moteurs d'avion, l'entreprise est également laissée pour compte, car les concurrents expérimentent déjà les turbines. Pour couronner le tout, le gouvernement de l'époque a imposé une autarcie économique afin que ni les pièces ni les machines-outils ne puissent être importées.

En 1946, la dernière étape de l'entreprise a été de vendre ses usines et ses activités industrielles à l'ENASA, récemment créée, qui appartenait à l'Institut national de l'industrie. INI, à son tour, a créé la marque Pegaso en 1947 - l'année dernière a marqué le 70e anniversaire de sa création. Les premiers camions produits par Pegaso étaient les derniers Hispano-Suiza. Des années plus tard, en 1951, la société a créé la voiture de sport Z-102, également une voiture de sport révolutionnaire, mais qui n'avait rien à voir avec l'usine automobile Hispano-Suiza.

La société assure que, malgré la vente d'usines et d'activités, elle a toujours conservé la propriété des marques et emblèmes Hispano-Suiza. On se souvient que l'emblème de la marque sont deux ailes dorées, au centre une roue avec des rayons dorés et, comme fond, le drapeau espagnol en haut et le drapeau suisse en bas. La mascotte est une cigogne en vol, en souvenir de la cigogne qui était dessinée sur un escadron aérien qui montait ses moteurs, apparaissant sur ses véhicules depuis 1915.


Des années de silence

Depuis le changement de direction en 1936 et la vente de ses usines et de ses actifs en 1946, la société "La Hispano-Suiza de Automóviles S.A." n'a produit ou conçu aucun véhicule, ni même fabriqué de pièces détachées. Tout ce qui restait de ce qui était autrefois une marque automobile pionnière était juste le nom. Depuis lors, l'entreprise organise des événements tels que des expositions ou des rassemblements dans lesquels la marque apparaît. Une quarantaine d'années après sa fermeture, hormis les événements mentionnés ci-dessus, les seules activités reconnues à l'entreprise sont le transfert de leurs modèles pour en faire des maquettes et une publicité pour les stylos plume Parker.

Le 26 septembre 1986 - quatre-vingt-deux ans après sa création - "La Hispano-Suiza Fábrica de Automóviles, S.A." a obtenu l'enregistrement du nom commercial 111.027 avec son nom complet : "La Hispano-Suiza Fábrica de Automóviles, S.A." pour les activités des classes : 12 (fabrication d'automobiles de toutes classes et systèmes), 35 (vente en gros et au détail dans des magasins d'automobiles de toutes classes et systèmes) et 37 (réparation d'automobiles de toutes classes et systèmes).

D'autre part, dans le résumé du contexte de l'arrêt, il nous informe qu'en 1990, une autre société appelée Grupo Hispano-Suiza S.A. a déjà intenté une action en déchéance et en invalidité de la marque "Hispano-Suiza". Le tribunal correspondant a déclaré invalides "La Hispano-Suiza" et un autre mixte dans lequel apparaissait "HS", en rendant un jugement définitif en 1999, mais ce n'est qu'en 2009 que l'annulation des enregistrements est devenue effective. Donc, en fait, la marque "La Hispano-Suiza" a expiré cette année-là.

Prototypes Mazel

Au Salon international de l'automobile de Genève en 2000, un prototype de supercar de luxe à deux places a été présenté sous le nom d'Hispano-Suiza HS21. Il s'agissait en fait d'un prototype de la société Mazel Ingenieros S.A., qui voulait montrer son niveau de conception et d'ingénierie lors d'un salon international. Elle était en fait basée sur un châssis allongé d'une Renault Sport Spider, son intérieur était luxueux et son extérieur avait une forme très compacte à laquelle était ajoutée une grille dans le style des véhicules Hispano-Suiza. Ce prototype n'avait pas de moteur. Ils ont utilisé le nom et le logo Hispano-Suiza avec l'autorisation préalable de la société "La Hispano-Suiza de Automóviles S.A.", seul partenaire du projet.

L'année suivante, la K8, une berline à quatre portes de près de 5 mètres de long et 2 mètres de large, est présentée au même salon. L'apparence était des lignes pures essayant de combiner la modernité avec le classicisme de la marque. Il avait également une grande calandre avec le logo de la marque, comme le modèle précédent. Cette fois, elle disposait d'un moteur, un V8 4.2 atmosphérique de 360 ch, d'une boîte de vitesses séquentielle et de quatre roues motrices. Enfin, la HS 21 GTS a été présentée, un prototype roulant basé sur la HS 21 et conçu pour concourir dans les catégories grand tourisme.

Le moteur était un 7,0 litres atmosphérique de 600 ch monté en position centrale avec une boîte de vitesses séquentielle, un châssis tubulaire en aluminium, des freins en carbone et quatre roues motrices. Son extérieur a été retouché pour améliorer l'aérodynamisme, il a donc perdu la calandre chromée, de même l'intérieur n'était plus luxueux, Hispano-Suiza n'a conservé que le logo sur le nez. Mazel n'a plus construit d'autres prototypes avec la marque Hispano-Suiza, si vous voulez les voir, les trois se trouvent au Musée de l'histoire de l'automobile de Salamanque, près des cathédrales, juste en face de la Casa Lis, bien que vous aimerez plus d'autres modèles, comme les classiques Hispano-Suiza et Pegaso Z-102 de la collection.

Le modèle de la discorde X10V

En 2008, deux personnes ont demandé l'enregistrement de la marque communautaire "Hispano-Suiza" et en 2009 de la marque nationale du même nom. Entre ces deux processus, il y a eu des négociations pour partager le projet de prototype X10V avec La Hispano-Suiza, Fábrica de Automóviles S.A. qui n'ont pas abouti. Ce prototype a été présenté seul par la société Delmar 04 au salon de l'automobile de Genève en 2010 avec le logo Hispano-Suiza. Elle était basée sur une Audi R8 à laquelle ils avaient ajouté deux turbos électriques à son moteur qui portaient la puissance à 750 ch. Son extérieur était très anguleux et l'intérieur était luxueux. Le prix a également été annoncé : 700 000 euros pour ce premier modèle, l'intention étant de construire ultérieurement un autre hybride de 900 ch.

Ils ont également créé le site web avec le domaine : " www.hispanosuiza.de " au lieu de " lahispano-suiza.com ". Hispano-Suiza de Automóviles S.A. a poursuivi Delmar 04 et deux personnes - nous les appellerons les défendeurs pour faire court - pour utilisation abusive du nom et du logo, et a même lancé une note sur son site web pour préciser qu'elle s'est totalement dissociée du projet. Lorsque Delmar 04 a reçu l'action en justice, ce qu'elle a fait, c'est demander la révocation de la marque "Hispano-Suiza" et "La Hispano-Suiza Fábrica de Automóviles S.A.", car ayant des contacts avec l'entreprise classique, elle connaissait le statut de ses marques ; la guerre en justice a commencé. En septembre 2012, un tribunal a donné raison aux défendeurs car La Hispano-Suiza Fábrica de Automóviles S.A. ne faisait pas un usage effectif de la marque, selon le jugement, depuis 1936.

En d'autres termes, elle n'utilisait pas la marque pour ce pour quoi elle avait été créée.

Après le jugement, Hispano-Suiza a fait appel du jugement à deux reprises, d'abord devant l'Audience provinciale de Barcelone, puis devant la Cour suprême, bien que seul un des défendeurs ait fait appel devant la Cour suprême. Le 8 février dernier, la première chambre civile de la Cour suprême a ratifié le jugement de première instance : La Hispano-Suiza Fabrica de Automóviles S.A. a perdu la marque "La Hispano-Suiza Fabrica de Automóviles S.A.", et a confirmé la perte de "Hispano-Suiza" pour ne pas l'avoir utilisée depuis 1936 dans le but pour lequel elle a été créée, soit un total de 74 ans sans utilisation - avec l'ancienneté de cette marque, l'ampleur des années est de toute façon immense. Voici un extrait de la phrase :

Il s'agissait "d'expositions de voitures dans des foires, de la publication d'articles, de la fondation du Club Hispano-Suiza, des activités de celui-ci, de l'intervention dans des événements liés aux clubs de collectionneurs de voitures et d'autres produits avec la marque Hispano-Suiza, de l'organisation de rallyes, ni de transactions effectuées par des tiers lors de ventes aux enchères". Elle a également rejeté qu'un accord signé pour la fabrication de voitures miniatures anciennes ne constituait pas la preuve d'un usage réel et effectif, ni la licence d'utilisation de la marque au profit de la société Parker pour la production d'une publicité. Elle a relevé que l'usage de la marque aurait été réel et effectif s'il avait été fait publiquement dans le secteur de marché dans lequel les produits identifiés par la marque sont commercialisés. Et elle a noté que le demandeur reconventionnel lui-même avait reconnu qu'il ne fabriquait pas, ne vendait pas et ne réparait pas d'automobiles.

Quant à l'utilisation du logo - on se souvient des ailes, de la roue au centre et des drapeaux en arrière-plan - le tribunal a condamné les défendeurs à payer 35 560 euros pour concurrence déloyale, puisqu'il pouvait transférer l'image de la marque historique à la nouvelle. En première instance, ce n'était pas le cas, mais dans l'arrêt définitif, il en est fait mention. Les défendeurs peuvent conserver les marques "Hispano-Suiza", mais ils ne peuvent pas utiliser ses armoiries.

Mais pourquoi une marque peut-elle tomber en déchéance ?

Une marque est accordée pour un usage spécifique, dans un domaine spécifique et pour une période de cinq ans. Si l'entreprise qui enregistre la marque prouve qu'elle continue à l'utiliser, l'enregistrement est maintenu, mais si plus de cinq ans s'écoulent sans l'utiliser, elle peut perdre l'enregistrement.

Quelque chose comme cela est arrivé à TVR, une marque britannique d'origine minoritaire. Depuis 2005, elle n'a produit aucun véhicule, si bien que TVR Italia Srl - sa filiale italienne - a tenté de faire expirer la marque afin de l'enregistrer à son propre nom. TVR ne produit toujours pas de véhicules, cependant - et avec un changement de propriétaire - en 2015 TVR a reçu le feu vert pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les dates d'expiration n'ont pas été exactement respectées. Quant au manque de production, TVR a défendu qu'il s'agit d'une marque de voitures de sport avec des caractéristiques très spécifiques et une production à la demande, c'est-à-dire que sa quantité de production ne sera jamais élevée, donc avoir produit zéro pendant quelques années ne signifie pas qu'une telle entreprise n'est pas en activité. D'autre part, il a essayé à plusieurs reprises de reprendre la production, il a également conservé des informations sur ses modèles et ses catalogues. Dans les plans du propriétaire actuel est de relancer la marque cette année, d'ici nous leur souhaitons le succès.

Le cas de Lambretta, la marque de scooters d'Innocenti, concurrent de Vespa, était très similaire. Cette marque a été fondée en 1947 et acquise en 1972 par le gouvernement indien par le biais de la société Scooters India Limited. La société Brandconcern a déposé une demande de révocation partielle pour absence d'utilisation ininterrompue pendant plus de cinq ans, absence de fabrication pendant de nombreuses années. Après plusieurs procès, la marque est restée entre les mains de Scooters India Limited, parce qu'à part quelques défauts formels lors de la demande de révocation, bien qu'elle ne produisait pas, elle fabriquait des pièces détachées pour Lambretta, donc elle était encore utilisée.

Une marque peut-elle être enregistrée plusieurs fois ?

Oui, tant qu'ils ne coïncident pas dans le temps, l'espace ou l'usage. Pour nous, Carrera est toujours lié à Porsche, pour les amateurs de slot cars, c'est un fabricant et pour ceux qui aiment les lunettes design, c'est un fabricant italien. Ces marques existent depuis longtemps et ne sont généralement pas confondues. Toutefois, en 2007, une demande d'enregistrement de la même marque "Carrera" pour des appareils électroniques a été déposée pour l'ensemble de l'Europe. Porsche s'y est opposé car, selon lui, cela pourrait transférer l'image d'une marque déjà connue à la nouvelle. Ils voulaient empêcher qu'un lecteur vidéo ou, pire encore, un autoradio soit associé à Porsche parce qu'il possédait la marque Carrera, lui donnant ainsi une valeur qu'il n'avait pas méritée. En janvier 2016, la marque de Stuttgart a eu raison.

Toute marque peut-elle être enregistrée ?

La marque à enregistrer doit avoir un caractère distinctif pour identifier un produit ou un service, elle ne doit pas être ambiguë et elle doit avoir une perception pertinente. Par exemple, nous ne pourrions pas enregistrer "maison", parce que c'est un terme si largement utilisé qu'il ne devrait pas être enregistré, car son utilisation serait limitée par la société qui l'enregistre, bien que nous puissions l'utiliser, mais sans exclusivité. C'est le cas de la demande en 2013 d'enregistrement de "Concurrence" par Volkswagen pour tout ce qui concerne les véhicules, les modèles, la vente et la modification de ceux-ci. Apparemment, ils étaient à la recherche d'un identifiant pour leur gamme sportive dans le style de Motorsport de BMW ou de Nismo de Nissan. En 2015, ils ont été refusés au motif qu'il s'agissait d'un terme ambigu, ils devront trouver un nom ayant du caractère et du caractère distinctif pour l'enregistrer.

Seront-ils en mesure de vendre la marque à un tiers ou à l'ancien propriétaire ?

La réponse est oui et non. Oui, car une marque peut être vendue, bien sûr. Par exemple, Rolls-Royce plc, le fabricant de moteurs d'avion, a vendu la marque "Rolls-Royce" et le logo "RR" à BMW pour 40 millions de livres sterling. Pas dans ce cas, car cela générerait de nouveaux litiges. Si nous essayons de déclarer la déchéance d'une marque, c'est pour l'utiliser, pas pour la vendre, ce qui pourrait être fait par la société d'origine sans autre forme de procès. En cas de demande de revente, l'enregistrement de la marque peut être retiré pour "mauvaise foi". En 2007, un particulier lié à PSA a demandé l'enregistrement de la marque Simca. Rappelons que cette marque a été créée en France en 1934, puis est passée aux mains de Chrysler en 1970 dans son aventure européenne et a été rachetée, dans le lot avec le reste des sociétés européennes de l'américain, par Peugeot en 1978.

La marque Simca a été utilisée jusqu'en 1980, ses moteurs ont également été produits jusqu'en 1991. Tout cela devait être connu de ce monsieur, car travaillant pour PSA, il ne pouvait pas prétendre l'ignorance et dire qu'il avait inventé le nom et qu'il coïncidait avec une marque antérieure. Pire encore, lorsque PSA l'a invité en 2008 à renoncer à la marque, il a exigé une compensation financière pour le faire. Ainsi, PSA en a déduit que l'enregistrement de la marque avait pour but d'améliorer la situation économique de cette personne, il n'y avait pas de réelle volonté d'utiliser la marque pour ce pour quoi elle a été enregistrée. En 2014, la marque Simca est revenue à PSA.

Quelle est la prochaine étape pour la nouvelle Hispano-Suiza ?

Eh bien, si les défendeurs ont conservé l'enregistrement de la marque "Hispano-Suiza" et "La Hispano-Suiza, Fábrica de Automóviles S.A." dans les classes 12, 14 et 37, ils doivent produire, vendre ou réparer un certain type d'automobile. Ils peuvent rester cinq ans sans le faire, selon le droit des marques. Il est facile de rester aussi longtemps sans produire, le développement d'un nouveau véhicule prend du temps. Si ces 5 années passent et qu'aucun véhicule de la marque "Hispano-Suiza" n'a été produit, un autre acteur tentera sûrement de l'expirer à nouveau. Si tel est le cas, il faut démontrer que, au moins, une tentative a été faite pour le produire, en montrant des prototypes, des publicités, des croquis ou tout matériel ou document qui justifie la possession de l'enregistrement de la marque. Comme nous l'avons dit, ils ne peuvent pas revendre la marque comme ça, ils pourraient perdre l'enregistrement pour mauvaise foi, pour les raisons expliquées au point précédent.

Il semble que la série ne soit pas encore terminée et je crains que nous ne voyions de nouveaux procès mais pas de nouvelle Hispano-Suiza.

Ajouter un commentaire de La marque Hispano-Suiza change de propriétaire pour cause d'inactivité
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.