pistonudos.com

L'abandon de l'AdBlue/SCR est une turpitude morale, mais les économies réalisées en valent-elles la peine ?

Un camion comme celui de la photo, un IVECO Stralis XP, est équipé de différents systèmes permettant de réduire au maximum le poison qui sort des tuyaux d'échappement. Pour les camionneurs, cela a un coût en termes d'urée ou d'AdBlue. Nous ne parlons pas de quelques litres tous les quelques milliers de kilomètres, mais tous les quelques centaines. Un camion peut fumer deux litres d'urée tous les 100 km, et au prix actuel, cela représente 6 euros par jour.

Pour ces économies, il y a ceux qui jouent avec des dispositifs qui annulent la réduction catalytique sélective.

Il est facile de trouver des dispositifs qui se connectent au port de diagnostic (OBD) et font croire à l'unité de contrôle que le système fonctionne, même s'il est désactivé. La pollution par les oxydes d'azote - ou NOx - atteint des sommets, le tout pour une économie financière dérisoire par rapport aux coûts de fonctionnement d'un camion. Quiconque se fera prendre sera poursuivi pour modification non autorisée, puisqu'il n'y a manifestement aucun moyen d'approuver ces dispositifs, et pour crime contre l'environnement.


Ils ont un minimum de sens - juridiquement parlant - si le chauffeur du camion doit traverser un pays où les normes n'exigent pas que ce système soit actif. Ce serait légal, ce serait économique, et ce serait tout aussi moralement méprisable. C'est un acte aussi exécrable que, de la part des constructeurs, de ne pas vendre les systèmes anti-pollution actuels dans les pays où ils ne sont pas obligatoires. La Chine, ce dragon asiatique en pleine croissance, a récemment adopté Euro 4, comme l'Europe l'a fait il y a 12 ans.

Si les Nations unies n'étaient pas une maison de *****, où les membres disposant d'un droit de veto peuvent mettre tous les bâtons dans les roues qu'ils veulent, il y aurait une harmonisation mondiale sur cette question. La pollution ne connaît pas de frontières, il y a peu de choses plus internationales que cela. Au final, à long terme, tout arrive. Polluer volontairement est un acte de psychopathie pure et simple, ce n'est pas penser aux autres. S'agissant d'un système d'échappement, il n'a aucune influence sur la consommation, la puissance ou les performances, il ne fait que modifier ce qui est pollué.


Les tricheurs disposent de beaucoup d'informations et de ressources. Dans le monde des poids lourds, cela peut valoir la peine de prendre un pari sur le plan économique, mais pour les voitures particulières, ce serait faire preuve de très peu d'intelligence. Une voiture particulière peut transporter à bord une quantité d'environ 20 litres, qui peut durer jusqu'à 20 000 kilomètres, soit 0,1 l/100 km. Cette quantité varie en fonction de votre conduite. Plus il y a de NOx, plus il faut d'urée pour les neutraliser. Les économies réalisées ne valent évidemment pas la peine dans une voiture de tourisme.

Le rapport diesel/AdBlue est d'environ 1/25.

Un neutralisateur AdBlue est "amorti" en l'utilisant pendant trois jours. Il est difficile d'éradiquer cette modification perverse, les agents doivent prendre le chauffeur routier en flagrant délit, il est très difficile de détecter la supercherie en cours. Que se passe-t-il si le chauffeur routier est tombé en panne d'AdBlue par négligence ? Le camion lui aurait déjà rappelé, il n'aurait pas démarré sans l'additif, et le compteur l'avertit à temps.

Dans les voitures particulières, l'additif est censé durer jusqu'à la révision, mais si ce n'est pas le cas, vous pouvez l'acheter dans presque toutes les stations-service. Vous devez le manipuler avec précaution car c'est un liquide corrosif. Des lunettes de protection et des gants sont nécessaires, et faites attention à ne pas verser le liquide par la bouche, il attaque la peinture. Ce qui n'est pas si élémentaire, c'est de réinitialiser le niveau électronique pour qu'il sache qu'il y a déjà de l'additif. Dans un garage, faire le plein d'essence coûte 30 à 40 euros.


Tant que prendre un pari peut être rentable, ces astuces continueront. Si seulement l'éthique était suffisante. D'après le fabricant d'additifs Finish Metal, 10 % des camions pourraient être équipés de systèmes SCR. Ce serait beaucoup...

Ajouter un commentaire de L'abandon de l'AdBlue/SCR est une turpitude morale, mais les économies réalisées en valent-elles la peine ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.