pistonudos.com

Contact : Toyota Auris 2015

En plus des changements de design, la compacte japonaise renouvelle certaines de ses mécaniques et améliore la qualité des finitions et des équipements de sécurité. Elle est toujours disponible en version cinq portes et en carrosserie familiale, appelée Touring Sports. Dans les deux cas, elle dispose d'un tout nouveau moteur à essence, de deux moteurs diesel et d'un moteur hybride.

Le succès de cette dernière variante de l'Auris sur notre continent est plus qu'évident, puisque plus de la moitié des unités vendues du modèle intègrent cette technologie. De tels chiffres l'ont amené à devenir l'hybride le plus vendu en Europe et, suivant cette ligne, il vise à se développer considérablement sur le marché espagnol.


Design

Comme vous pouvez le constater, Toyota n'a pas opté pour une métamorphose du modèle en termes d'apparence. Et nous ne parlons pas d'une nouvelle génération mais d'un lifting du modèle que nous connaissions déjà. La partie avant présente une nouvelle garniture chromée dans la zone du logo, qui est désormais plus proéminente. En option, le véhicule peut désormais intégrer des groupes optiques Full LED, qui s'ajoutent aux feux de circulation diurne, également de type LED.

Une face avant redessinée lui donne plus de personnalité

Parmi les changements qui affectent l'apparence du véhicule, on trouve également le nouveau pare-chocs, qui est légèrement plus proéminent qu'auparavant et donne à l'Auris une plus grande présence visuelle. La calandre inférieure a grandi, s'étendant d'un côté à l'autre, tandis que les phares antibrouillard ont été déplacés vers les bords de la voiture. De profil, on remarque surtout la légère augmentation des deux porte-à-faux, ainsi que la présence de l'antenne de toit en aileron de requin. Les designers de Toyota ont également renouvelé les jantes de 16 et 17 pouces disponibles dans des variantes bicolores, qui donnent une touche esthétique colorée et originale à la voiture.


L'arrière a également reçu quelques modifications. L'un d'eux se trouve dans le pare-chocs, plus énergique que celui de la précédente Auris et doté d'une nouvelle bande chromée qui accentue sa largeur. Les feux arrière à technologie LED et les réflecteurs inférieurs situés aux extrémités clôturent les nouveautés dans ce domaine. Les options de couleurs de carrosserie augmentent avec l'arrivée des nouveaux bleu Denim et bleu marine.

Intérieur

En s'installant dans la position de conduite, on constate une simplification des commandes, ce qui rend leur utilisation un peu plus facile et intuitive. Tout d'abord, il y a le nouveau tableau de bord, avec un design plus attrayant renforcé par la présence d'un nouvel écran couleur TFT de 4,2 pouces entre les cadrans selon la finition.

Le tableau de bord a une forme plus incurvée qu'auparavant et la colonne centrale est dominée par un écran tactile de 7 pouces avec des boutons capacitifs. Si le système d'infodivertissement est facile à utiliser, la sensibilité de l'écran peut être améliorée, car il n'est pas aussi réactif qu'il devrait l'être lorsque nous voulons nous déplacer sur la carte pendant la navigation. De plus, la réponse des boutons capacitifs est un peu lente. En revanche, il y a eu une amélioration en termes de finitions, ce qui est particulièrement visible dans le matériau utilisé pour les panneaux du tableau de bord, qui sont plus doux et plus agréables au toucher qu'auparavant.

Le nouvel écran de 7 pouces occupe une place centrale sur le tableau de bord.

La rénovation est également visible au niveau des bouches d'aération, de la zone du levier de vitesse, des poignées de porte et du design de la sellerie. En termes d'espace intérieur, il n'y a pas de différences, elle dispose donc de sièges avant spacieux, avec une position de conduite qui vous permet de trouver facilement la meilleure position au volant. A la rangée arrière, deux adultes de taille considérable peuvent s'installer sans problème. La capacité de chargement est bonne, avec un volume de 360 litres dans la carrosserie compacte qui peut augmenter jusqu'à 1 199 litres en rabattant les dossiers des sièges arrière. Si nous choisissons la version familiale Touring Sports, cet espace passe à 530 et 1 658 litres, respectivement.


Moteurs

Du point de vue mécanique, la nouveauté la plus importante est l'arrivée du moteur à essence 1.2T. Ce moteur quatre cylindres avec turbocompresseur et système d'injection directe spécifique fait ses débuts sur l'Auris et développe une puissance de 116 ch et un couple maximal de 185 Nm entre 1 500 et 4 000 tr/min.

Avec ce moteur, la compacte remaniée de Toyota est capable d'accélérer de 0 à 100 km/h en 10,1 secondes, tandis que son temps de reprise de 80 à 120 km/h en cinquième vitesse est de 13,7 secondes. Quant à la vitesse de pointe, elle peut atteindre 200 km/h. Les ingénieurs du constructeur japonais ont mis l'accent sur les économies de carburant et les faibles émissions sur l'ensemble de la gamme. C'est pourquoi, avec le 1.2T, ils ont atteint une moyenne homologuée de 4,8 l/100 km et des émissions de CO2 de 112 g/km.

Le nouveau 1.2T est économique et donne de bons résultats

Les changements concernent également les variantes diesel. Tout d'abord, le 2.0 turbo diesel du modèle précédent a été remplacé par le nouveau 1.6 D-4D. D'une puissance de 112 ch, ce bloc délivre un couple maximal de 270 Nm entre 1 750 et 2 250 tr/min et passe de 0 à 100 en 10,5 secondes. Sa vitesse maximale est de 190 km/h. Mais là où l'amélioration par rapport à son prédécesseur est perceptible, c'est surtout dans une consommation de 4,2 litres et des émissions de 108 g/km. Le 1.4 D-4D de 90 ch, deuxième alternative diesel de la gamme, délivre sa puissance maximale à des régimes plus bas qu'auparavant (205 Nm entre 1 400 et 2 800 tr/min) et est désormais plus efficace.


Toyota n'a apporté aucune modification mécanique à sa variante hybride, qui continue d'associer un moteur à essence 1,8 litre VVT-i et un moteur électrique qui produisent ensemble 136 ch. Cette puissance permet à l'Auris Hybrid de boucler le 0-100 km/h en 10,9 secondes et d'obtenir une vitesse de pointe de 180 km/h. Son point fort est sans aucun doute l'économie de carburant, avec une consommation moyenne de 3,5 litres et des émissions de CO2 de 79 g/km. Le moteur électrique fonctionne de l'arrêt jusqu'à environ 50 km/h, lorsque le moteur à essence entre en action.

La confiance de Toyota dans cette alternative mécanique est telle qu'elle prévoit qu'elle représentera 60 % des ventes d'Auris dans notre pays. L'un des moyens d'atteindre cet objectif ambitieux est le repositionnement de son prix, puisqu'il peut être encore moins cher que la version à essence selon la finition choisie. Tous les moteurs sont associés à une transmission manuelle à six vitesses, à l'exception de la version hybride, avec transmission automatique, une alternative également disponible avec le 1.2T. Par rapport aux versions manuelles, j'ai trouvé la position de l'accoudoir inconfortable. Il est très fréquent de le heurter avec le coude lors du changement de vitesse car il est trop avancé.

Derrière le volant

Afin d'obtenir une certaine évolution au niveau dynamique, la marque japonaise a également revu la direction et le système de suspension. En ce sens, la sensation de direction est aussi précise qu'auparavant, mais légèrement plus douce, ce qui la rend plus confortable à conduire. Les différences au niveau de la suspension se remarquent dans l'absorption des petites irrégularités de la route, qui sont moins perceptibles que sur son prédécesseur grâce à un carrossage plus efficace. Une fois de plus, l'objectif était d'augmenter le niveau de confort de conduite, ce qui a été réalisé, sans toutefois apporter de changements radicaux.

Lors de la présentation du modèle, qui a eu lieu près de Bruxelles, j'ai pu tester deux moteurs. Le premier était le nouveau moteur à essence 1.2T. Il répond très bien à partir de très bas dès que l'on pose le pied sur l'accélérateur et sa puissance la plus évidente est perçue à partir de 1 600 tours, se prolongeant très progressivement jusqu'à 4 500. Elle est assez silencieuse en général, bien que le sifflement du turbo atteigne trop l'habitacle. Au terme du trajet de 80 km que j'ai pu effectuer, où prédominaient les routes urbaines, les routes interurbaines et les autoroutes sans dénivelé, la moyenne enregistrée par l'ordinateur de bord était très raisonnable : 6,2 litres.

Le pack Safety Sense renforce son aspect technologique.

J'ai également eu l'occasion de conduire l'Auris avec le moteur 1.6 D-4D de 112 ch, qui donne de bons résultats à bas régime mais perd un peu de son élan à haut régime. La consommation est ici de 5,9 litres, légèrement inférieure à celle de son homologue à essence. En revanche, le système Stop&Start a été revu et le résultat est un démarrage un peu plus rapide qu'avant et moins perceptible.

La gamme espagnole de l'Auris se compose de quatre niveaux de finition. Le Business est le plus basique et, selon la marque, il est plus orienté vers les flottes. Il est suivi par Active, Feel ! et Advance, qui est le haut de gamme. Les prix, hors plan PIVE, vont de 16 190 euros avec le moteur 1.2T et la finition Active à 22 800 euros avec le 1.6 D-4D mécanique et la finition Advance. L'une des principales nouveautés en matière d'équipement technologique est le nouveau pack Safety Sense qui, pour 700 euros, comprend un système de précollision (qui peut freiner automatiquement le véhicule pour éviter un choc avec la voiture qui le précède), l'alerte de franchissement de ligne, le contrôle intelligent des feux de route et la reconnaissance des panneaux de signalisation.

Ajouter un commentaire de Contact : Toyota Auris 2015
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.