pistonudos.com

Contact : Fiat Tipo 1.6 MultiJet

C'est un concept simple, mais avec plus de cachet. Si nous voyons la Fiat Tipo dans la rue, nous ne penserons pas que c'est une voiture économique. Par économique je ne veux pas dire spartiate, c'est assez surprenant le rapport qualité/prix, Fiat a fait un effort pour faire un produit vraiment compétitif. Même les versions d'entrée de gamme ne sont pas "dépouillées", elles disposent de plus d'équipements que ce que l'on pourrait attendre pour ce budget.

Nous avons testé le moteur le plus puissant et qui devrait générer plus de ventes, le 1.6 MultiJet 120 ch, avec l'Opening Edition +. Les 450 premières unités de la Fiat Tipo sont dotées d'un équipement supérieur à celui des versions haut de gamme, et compte tenu du total, c'est très tentant si vous envisagez une voiture du segment D (modèle d'occasion ou d'entrée de gamme). Oubliez vos préjugés sur les Fiat et poursuivez votre lecture.


Un design magnifique et aérodynamique

La Fiat Tipo a été conçue dès le départ comme une berline, contrairement à d'autres berlines qui sont parties d'une cinq portes compacte et ont ajouté un troisième volume. Les responsables de la marque sont très conscients de cet aspect. Le résultat est évident, les trois lignes dynamiques sont douces, non forcées, et agréables à l'œil. Elle a obtenu un Cx de 0,29, la propreté de l'aérodynamique est très perceptible à haute vitesse. En fait, le diesel de 120 ch atteint une vitesse de pointe de 199 km/h (199 mph).

Il est proposé dans une couleur unie et six finitions métalliques.

Cette voiture n'intègre pas de solutions bon marché comme des pièces extérieures en plastique noir ou des roues en acier avec enjoliveurs. Les finitions les plus simples -Opening Edition (premières unités seulement) et Easy- sont déjà équipées de roues en aluminium de 16 pouces. Les modèles supérieurs vont jusqu'à 17″, et la voiture est visuellement attrayante. Vous n'êtes pas obligé de monter des roues 18″ absurdes pour vous démarquer.


Elle appartient de plein droit au segment C et n'a rien à voir avec la Fiat Punto. Elle est basée sur une nouvelle plateforme du groupe FCA, qui convient aux voitures des segments B à D. D'un autre côté, c'est une voiture nettement supérieure à la Fiat Linea (une Punto allongée). Elle mesure 4,54 mètres de long, ce que pouvait mesurer une berline du segment D il y a quelques années, comme la Mercedes-Benz Classe C (W203). Il possède l'un des empattements les plus longs du segment, soit 2,64 mètres de long.

À l'intérieur, on dirait qu'il s'agit d'une classe supérieure.

On dirait que je l'ai pris directement du dossier de presse, mais c'est parfaitement logique. On s'attendrait à des plastiques durs comme le roc, comme dans la SEAT Toledo ou la Citroën C-Elysée, mais la Fiat Tipo a des plastiques amortis. Il y a un détail curieux, la rayure de nombreuses surfaces en plastique me rappelle les voitures des années 90, mais pas dans un sens négatif.

Il existe un choix de quatre teintes intérieures

Les formes de base du tableau de bord sont symétriques, avec une ligne qui le traverse de part en part. L'ergonomie est très bien résolue, pratiquement toutes les commandes peuvent être manipulées sans avoir à séparer le dossier du siège. Il y a neuf compartiments de rangement d'une capacité totale de 12 litres. Il est facile de vider ses poches et de trouver de la place pour tout ce que l'on transporte.


Il y a des détails qui parlent très bien de la voiture, comme la boîte à gants qui s'abaisse de manière différée, certains fonds garnis de caoutchouc, ou le réglage en hauteur des ceintures de sécurité. À mon avis, la chose la plus simple de la voiture est le tableau de bord, qui comprend un écran multifonction en couleur. Si quelqu'un s'attendait à un écran monochrome criard, je suis heureux de le décevoir. Pour ce genre de choses, il est un cran au-dessus de ses concurrents. Ce sont des détails de haut niveau du segment C, voire du segment D.

J'ai trouvé qu'il était très facile de trouver la bonne position de conduite car le volant est réglable en hauteur et en profondeur (dans la version de base également), et il peut même être équipé d'un réglage lombaire électrique pour les versions supérieures. Mais il y a un détail qui laisse la voiture un peu dépassée pour 2016, et c'est que l'écran central supérieur est de 5″, très petit. C'est un écran tactile qui n'implique pas de navigation, mais il peut en avoir une.

Quelqu'un pensera que les versions de base auront un écran plus minable, ou pas d'écran du tout. Non aux deux, il a toujours un écran 5″. Les boutons physiques de l'interface prennent beaucoup de place, ce n'est pas comme la tablette que possèdent certains modèles de son segment, tirant déjà pour la partie supérieure. Malgré cela, il ne dispose pas d'un nombre excessif de boutons. Il y aura ceux qui préfèrent avoir un nombre raisonnable de boutons plutôt que de devoir naviguer dans plusieurs menus pour faire la même chose.


Regardez le volant, il ne comporte pas non plus un nombre excessif de boutons. L'astuce est que le côté gauche sert à se déplacer dans les menus et à contrôler le téléphone mains libres, laissant le côté droit pour le régulateur de vitesse (le limiteur est réglé via le menu). Les commandes permettant de changer de chanson, d'annuler le son ou de modifier le volume se trouvent sur des boutons situés derrière le volant.

Elle possède certains détails Fiat qui n'ont pas changé au cours des 15 dernières années, comme les boutons centraux, ou l'inclusion des phares antibrouillard dans le panneau gauche. Ces dernières commandes auraient pu être incluses dans le levier d'éclairage, de sorte que vous n'ayez pas à les chercher des yeux. Un autre détail qui ne cesse d'attirer mon attention est que l'ordinateur de bord ne mesure jamais moins de 2 l/100 km (même si la consommation est nulle).

Dans cette voiture, il nous manquera l'assistance à la conduite au-delà du contrôle de stabilité, il n'y a rien de tel, ni le freinage automatique en ville dont dispose la Fiat Panda. Le téléphone Bluetooth, le navigateur TomTom 3D ou l'écran multifonctionnel du tableau de bord sont les plus sophistiqués sur le plan technologique. Si vous voulez quelque chose de plus, vous devez vous tourner vers une autre marque. D'un autre côté, il y a beaucoup de gens qui ne s'en soucient pas du tout.

Cependant, l'ordinateur comprend des informations précieuses telles que les intervalles d'entretien, la tension de la batterie et le capteur de pression des pneus (TPMS). Il comprend également deux mémoires (voyage A et voyage B), avec calcul de l'autonomie et consommation instantanée. Tout ce dont je parle n'est pas attendu dans une voiture dont le prix est de 9 900 euros. Ai-je oublié de dire que même le rétroviseur central a une fonction anti-éblouissement dans le deuxième niveau d'équipement ?

Je termine cette partie par l'habitabilité. A l'avant, je me suis senti à l'aise, dans une position confortable et sportive, je n'avais pas du tout l'impression d'être haut perché. Aux places arrière, Fiat affirme que des adultes peuvent s'asseoir jusqu'à 1,8 mètre de haut, à condition qu'ils soient chauves. Avec 1,75 mètres et toupet et frotte presque le toit, et dans le siège central avec 1,7 mètres et frotte. Dommage, le dossier n'est pas dur et la largeur est plus que suffisante.

L'ensemble transmet solidité et qualité, il n'y a aucun défaut évident dans la finition, on peut même oublier qu'il est fabriqué en Turquie. Même l'isolation sonore est étonnamment bonne lorsqu'on roule à des vitesses avec perte de points sur l'autoroute, je m'attendais à ce qu'elle fasse beaucoup plus de bruit. La chaîne stéréo du deuxième niveau de finition offre un très bon son. Elle comprend 220 watts répartis sur six haut-parleurs : deux aigus, deux médiums et deux pleins.

Tous les équipements de sécurité sont de série, y compris les appuis-tête.

La climatisation est mono-zone, certes, mais elle est de série sur les niveaux de finition entrée de gamme et Lounge. La climatisation est toujours de série dans les versions de base. Comme je l'ai dit, ne vous attendez pas à ce que cette voiture soit luxueuse au-delà du cuir synthétique (qui est d'ailleurs très beau et agréable au toucher), mais Fiat proposera des versions plus haut de gamme si les ventes sont bonnes.

Une dernière remarque concernant le coffre : 520 litres de capacité, c'est beaucoup, et pour les chauffeurs de taxi, c'est un fait important. Les formes sont régulières, sa profondeur est de 1,2 mètre et sa largeur d'un mètre. Le hayon n'a pas une ouverture mécanique classique, il peut être ouvert avec des boutons (intérieurs et télécommande), il monte et descend en douceur. Si vous mettez la tête dans le coffre, vous trouverez les câbles bien rangés, il est difficile de les endommager, et le couvercle ne tombe pas violemment (c'est comme s'il n'était pas lourd).

Trois moteurs au choix, et des moteurs familiers

Fiat continue de s'appuyer sur la triade de moteurs que nous connaissons depuis des années : l'éternel 1.4 Fire 16v (95 ch) en essence, et en diesel le 1.3 MultiJet (95 ch) et le 1.6 MultiJet (120 ch). Une version GPL arrivera en novembre, évidemment avec le 1.4 Fire, et aucun moteur turbo essence n'est prévu. Il n'y a pas de boîte de vitesses automatique pour le moment, mais il y en aura à l'avenir. Le petit diesel a cinq vitesses, les deux autres en ont six.

Par rapport aux générations précédentes de moteurs diesel, la conception des injecteurs et des systèmes anti-pollution a été modifiée. Il n'y a pas de solution technique qui n'ait déjà été vue. Il s'agit de moteurs à longue durée de vie commerciale, ce qui, dans le langage de Fiat, signifie "fiable". Notez que le moteur à essence 1.4 est un quatre cylindres à aspiration naturelle avec injection multipoint. Elle n'est pas à la pointe de la technologie, mais au moins elle a ses quatre cylindres, avec tout ce que cela implique.

Le moteur de 120 ch me semble être le meilleur choix à long terme, bien que le coût supplémentaire soit important.

Le 1.6 MultiJet est un très bon compromis entre consommation de carburant, performances et agrément. Il délivre 320 Nm à 1 750 tr/min, ce que les turbodiesels de 140 ch délivraient il y a quelques années. Lors d'un voyage, j'ai davantage sollicité la voiture, obtenant une moyenne de 6 l/100 km, et lors d'un petit tour avec l'esprit de basse consommation, j'ai arrondi à 4 l/100 km. L'homologation avec ce moteur est de 4,2 l/100 km, le moteur de 95 ch obtient 4,1. Dans la vie réelle, la consommation sera très similaire, et même le 1.6 peut consommer moins.

Un comportement sain et très facile à maîtriser à la limite

La Fiat Tipo dispose des solutions habituelles du segment C, comme l'essieu avant avec une suspension à jambes de force McPherson et une barre de torsion sur l'essieu arrière, d'ailleurs sans barre antiroulis. La version de 120 ch est équipée de freins à disque à l'arrière, tandis que la version de 95 ch utilise des freins à tambour. Au moins sur le diesel de 120 ch, la pédale de frein est assez sensible, et le freinage est puissant. Les pneus sont des Pirelli P7 Cinturato 225/45, dans ce cas 17″.

A la limite, la voiture a tendance à sous-virer, et la direction assistée semblera peu informative, mais il y a pire à cet égard, et un toucher beaucoup plus artificiel. Si pour une raison quelconque nous subissons un survirage, j'ai trouvé très facile de le récupérer, bien que je parle en tant que professionnel de la déformation et après avoir suivi des cours pour réagir dans ces situations. J'ai même essayé le freinage à sec dans un rond-point très bombé avec un peu d'humidité, en moins de deux secondes j'allais tout droit.

La suspension est confortable, mais efficace. Si l'on considère qu'un 1 correspond à un confort maximal et qu'un 10 correspond à un réglage sportif, je dirais qu'il se situe dans la fourchette 3-4. L'essieu arrière présente un mouvement un peu plus brusque de dilatation des amortisseurs et des ressorts, mais c'est tout à fait normal. Je pense que c'est une bonne voiture pour voyager, et pour le type de clientèle qu'elle va avoir, je n'ai rien à lui reprocher. Rien.

En bref, de très bonnes vibrations

En Italie, cette voiture est en vente depuis décembre, et beaucoup plus d'unités ont été vendues que prévu, près de 4 000 au cours de ce mois. Gardons à l'esprit que oui, en Italie Fiat impose beaucoup, mais là-bas le segment des berlines C n'existe pas : les Toledo, Rapid (berline), C-Elysee et 301 ne sont pas à vendre. Pour le marché espagnol, on prévoit 2.500 à 3.500 unités pour toute l'année 2016 !

Peut-être que la berline ne se vend pas beaucoup en Espagne, mais la carrosserie à cinq portes peut avoir beaucoup d'attrait. Pour les classiques qui nous rappellent les problèmes mécaniques que connaissaient certaines voitures italiennes il y a plus de 20-25 ans, une garantie de quatre ans ou 100 000 kilomètres est offerte de série et sans conditions. Le reste de la gamme Fiat fera de même cette année. Vous devez ouvrir votre esprit à la "Fiatbilité".

Les 450 premières unités sont vendues avec l'équipement Opening Edition et le moteur à essence pour 10 900 euros (PIVE et financement), et le diesel de 120 ch avec la finition Opening Edition+, plus complète, 5 000 euros de plus. Lorsqu'ils seront tous vendus, il y aura deux lignes d'équipement, Easy et Lounge, qui pourront être combinées avec les trois moteurs sans distinction. J'ai un très bon pressentiment sur cette voiture, bien que Fiat dans notre pays n'ait pas la meilleure considération. Le produit est excellent, le prix est très compétitif, et c'est le genre de voiture que les gens demandent : très complète, mais sans fioritures.

Ajouter un commentaire de Contact : Fiat Tipo 1.6 MultiJet
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.