pistonudos.com

Ce Derby de la Volkswagen a été marqué par une visite de son lieu de naissance.

Notre protagoniste est une simple Volkswagen Polo à deux portes de la deuxième génération, plus précisément appelée Derby. Plongeons dans un peu d'histoire pour un moment. La première génération de la Derby, anciennement connue sous le nom d'Audi 50, a été produite entre 1977 et 1980. Au cours des premières années, la Derby est un succès commercial avec 72 412 unités vendues en 1977 (plus que la Polo "ordinaire"). À la fin de 1980, la deuxième génération de la Derby et de la Polo est présentée. En 1984, la gamme a été restructurée, le nom Derby étant remplacé par la Polo Classic qui, en raison des faibles ventes, a été commercialisée sous le nom de Passat Stufenheck à partir de 1985. Cette année-là, seules 5 044 unités de la Derby ont été vendues.


La plupart des pièces du Derby sont interchangeables avec celles des deux premières générations de la Polo, puisque seuls les panneaux latéraux et la porte du coffre changent. La calandre et les phares sont identiques, bien que pour la deuxième génération, les optiques du Derby deviennent rectangulaires contre les ronds de la Polo. Avec le changement de nom en 1985, la Polo Classic partage à nouveau la calandre et les phares avec la Polo bicorps et coupé.

Notez les protections inférieures en plastique noir, les crossovers n'ont rien inventé.

La Derby, dans sa première génération, avait quatre variantes mécaniques à quatre cylindres : un 0,9 litre de 40 ch, un 1,1 de 50 ch en version normale et Formel E, et un 1,3 de 60 ch. Tous les moteurs étaient associés à une boîte de vitesses manuelle à 4 rapports. Dans sa deuxième génération, les moteurs étaient également à quatre cylindres : un 1.0 de 40 ou 45 ch selon l'année, le 1.1 de 50 ch qui a été remplacé par un 1.3 de 55 ch (carburé jusqu'en 1990, où il est devenu à injection) et un 1.3 diesel de 45 ch qui a été remplacé par un 1.4 de 48 ch en 1990. Ses boîtes de vitesses étaient des manuels à 4 ou 5 vitesses.


Bien que les troisième, quatrième et cinquième générations ne soient pas de trop pour notre histoire, il n'est jamais inutile de faire une petite mention. La troisième génération de ce modèle, contrairement aux deux précédentes, n'est pas conçue à partir de la Polo, mais de la version berline de la SEAT Ibiza, la Cordoba. Il est resté en production jusqu'en 2008. La quatrième génération a été introduite en 2003 et est toujours en production aujourd'hui. Tout comme les deux premières générations l'ont été en leur temps, cette quatrième partie de la Polo à hayon. Pour le marché russe, sud-africain et indien a été introduit en 2010 la version berline de la Polo V, appelé Vento dans ce dernier marché. Elle est commercialisée avec des moteurs quatre cylindres de 85 et 105 ch, FSI et TDI.

Et après ce rappel historique, passons à l'histoire qui nous occupe.

Le jeune propriétaire finlandais de la Derby et sa petite amie étaient garés dans une rue de Tallinn, en Estonie, avec des milliers de kilomètres à parcourir et une Volkswagen blanche faisant des bruits étranges. Un hipster est sorti de nulle part, a posé sa main sur le toit, leur a souhaité bonne chance et a poursuivi sa route sur un vieux vélo. "Kōik saab korda" - "Tout ira bien", dit le garçon souriant en estonien.

Le voyage vers Wolfsburg, en Allemagne, a commencé à Helsinki, en Finlande, avec l'idée de ramener l'humble Volkswagen Derby à l'endroit où elle a été construite il y a plus de 30 ans. Notre protagoniste a été acheté par son propriétaire en 2013 pour seulement 60 euros, avec un mauvais joint de culasse. Une fois réparé, son propriétaire a voulu faire un très long voyage à travers les pays baltes et la Pologne pour visiter la ville qui a donné vie à la voiture. Au cours de la longue vie de cette simple Volkswagen, elle avait à peine parcouru 100.000 kilomètres, donc 3.000 kilomètres de plus étaient pecata minuta.


La voiture faisait des bruits très étranges. Le seul endroit ouvert un week-end pendant le voyage vers le sud était un concessionnaire VW estonien qui a inspecté la voiture et confirmé le problème : le roulement d'une des roues avant. Profitant du chariot, l'autre roulement avant a également été remplacé. La voiture se sentait beaucoup mieux sur le tarmac. Heureusement, les visites s'améliorent au fil des kilomètres. En arrivant à Varsovie par la campagne polonaise, nos Finlandais sont tombés sur une usine FSO Polonez.

Les vieilles Fiats de construction polonaise étaient en abondance à Varsovie. Plus tard, à Dresde, en Allemagne, ils ont trouvé un garage spécialisé dans les Trabant, qu'ils ont pu visiter. Le lendemain, ils ont visité le musée de l'usine Wartburg à Eisenach. La majeure partie de l'ancienne usine a été rasée, mais ce qui reste est un bâtiment en briques rempli de voitures est-allemandes idiosyncratiques et des histoires qu'elles racontent ; un contraste frappant avec l'usine de verre et d'acier de la VW e-Golf - anciennement Phaeton - à Dresde, qu'ils ont également visitée.

Les jours suivants seront plongés dans une pluie incessante, mais la Polo semble convenir aux routes allemandes, de l'ancienne Allemagne de l'Est au Nürburgring. Il n'est généralement pas conseillé de faire une visite guidée du célèbre circuit sous une pluie battante (et encore moins dans une écono-box de 30 ans), mais comme le circuit était ouvert et moins fréquenté que d'habitude, un petit tour n'était pas une mauvaise idée. Bien sûr, c'était après avoir fait équilibrer les roues dans un garage spécialisé dans les Porsche qui a insisté pour travailler sur le Derby gratuitement.


Après ce tour, il était temps de se rendre à Wolfsburg.

Ulrike Gutzmann, archiviste de Volkswagen, a expliqué que ces voitures des années 1980 n'étaient plus vues en très bon état, bien que les passionnés de la marque les contactent souvent pour en savoir plus sur leurs montures.

Un certificat signé de l'origine de la voiture a été remis, où la date du châssis et les spécifications d'origine peuvent être notées. Une visite de l'usine, du musée et du parc Autostadt, la modeste petite Derby était à Berlin, prête à se reposer quelques jours. Il avait bien fait.

"En garant la VW à bord du ferry qui la ramenait en Finlande, j'ai commencé à réaliser que ce voyage de deux semaines et de près de 5 000 km aurait été presque impossible en 1986, lorsque la voiture était neuve et que le rideau de fer était encore intact" Les passages de frontières en Europe de l'Est étaient un jeu d'enfant par rapport à la fin des années 1980, et si la voiture est restée pratiquement intacte depuis qu'elle a quitté l'usine de Wolfsburg, ce n'est pas le cas en Europe. Entre ses deux maisons, l'usine et la petite ville finlandaise où les Derby ont passé des décennies, le ciel est haut et la route est droite, avec des prairies ouvertes dans toutes les directions.

Mais à aucun moment la petite voiture blanche n'a vraiment ressenti tout ce qu'elle a perdu.

Ajouter un commentaire de Ce Derby de la Volkswagen a été marqué par une visite de son lieu de naissance.
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.