pistonudos.com

The Grand Tour : critique de l'épisode 3

Bref synopsis

Avant d'entrer dans le vif du sujet, passons très rapidement en revue ce que nous avons vu. Ce troisième épisode, une fois de plus, remplit son espace virtuel de voitures, plus précisément de trois (enfin, deux) exemples parfaits de véhicules "à piston" : une Aston Martin DB11, une Dodge Challenger SRT Hellcat et une Rolls-Royce Dawn. Le trio fait un voyage de Sienne vers le nord jusqu'à Vérone, avant de se retrouver à Venise. En chemin, le convoi passe par Florence, le circuit du Mugello, la ville de Vicence et la région de Modène, où se trouvent trois des constructeurs italiens les plus célèbres au monde. Entre les deux segments du cours principal de l'émission, nous avons entendu une autre série de nouvelles, assisté de loin à la mort d'un autre invité (Simon Pegg), et nous avons eu envie de voir des essais sur piste des voitures qui sont passées par l'Italie.


Vers la fin de l'émission, Jeremy sort de la tente, qui se trouve cette semaine dans le port de pêche de Whitby en Angleterre, et fait une démonstration de sa voiture non autonome, pilotée par un immigrant roumain. C'est alors, comme nous le dit notre lecteur Francisco Ruiz dans un commentaire, que James et Richard aplatissent la parcelle de terrain occupée par la maison de Jeremy Clarkson.

Une recette déjà connue

Alors que je préparais mentalement le scénario avec lequel je dessinerais les lettres pour cet article, j'ai imaginé que le troisième chapitre se présenterait de deux manières : il pourrait améliorer radicalement le troisième, sans atteindre le niveau du premier, ou il pourrait être pire que le troisième. Je n'ai pas bien compris.


Je considère que l'épisode a été meilleur que le second, mais pour moi, à bien des égards, il a été une énorme déception. Si je tolère les désaccords de Clarkson et compagnie, c'est précisément à cause de ces épisodes dans lesquels ils voyagent tous les trois dans différentes voitures, découvrant et, surtout, appréciant des routes incroyables, tandis que moi, depuis mon canapé, je me dis : "un jour, je ferai ça". Ce sont des épisodes dans lesquels, dès que vous commencez à regarder le générique de fin, vous vous levez, vous descendez au garage, vous regardez votre voiture et vous vous dites : "aujourd'hui, on va faire un tour". C'est une de ces expériences qui vous rappelle pourquoi nous aimons tant la voiture, et pourquoi cette passion pour un objet que certains considèrent comme inerte, nous rassemble autant. Nous nous sentons comme une famille ; "il y a quelqu'un qui me comprend", crions-nous silencieusement dans l'air. C'est la même expérience que j'ai commencé à vivre, lorsque j'ai débuté en tant que lecteur de Pistonudos dans sa phase d'Autoblog Espagne.

Mais aujourd'hui, nous n'avons pas bénéficié d'un de ces épisodes. Contrairement au voyage magique en France à bord de la Ferrari F430, de la Pagani Zonda et de la Ford GT, pour atteindre le pont de Millau en France, ou au voyage à la recherche de la meilleure route du monde (qui, soit dit en passant, a transformé le col du Stelvio en une attraction touristique), dans l'épisode d'aujourd'hui, ce mélange explosif de voitures que nous aimerions conduire, de paysages inoubliables, de routes à couper le souffle et de passion pour la voiture, n'a pas été vu. Au lieu de cela, le voyage en Italie sert d'excuse à May et Clarkson pour passer une demi-heure à essayer d'échapper à Hammond à travers l'Italie, au son de ses pneus en feu et de son clairon des Ducs de Hazzard.


Faire le tour de l'Italie dans trois supercars, dans le but de faire un Grand Tour, devrait être une aventure, pas une fuite dans la peur du son d'un moteur HEMI.

Le gros problème, en réalité, n'est pas que l'équipe ait décidé de tourner en Italie ; je suis le premier à mourir d'envie de voir une autre belle vidéo de ces trois-là dans le pays transalpin. Il y a beaucoup de terres dans ce pays qui doivent encore être vues et exploitées dans le contexte d'une exposition de voitures. Mais à cette occasion, ils auraient pu remplacer l'Italie par le Monténégro et cela aurait été pareil. La scène du musée ? Utilisons-en un autre. Les prétendus beignets de la place Michel-Ange ? Allons à un autre endroit avec une vue panoramique sur une ville. Le circuit du Mugello ? Je ne sais pas s'il y a un bon circuit au Monténégro, mais je suis sûr que nous pouvons trouver une solution, comme pour le spectacle à l'Arena di Verona.

Venise, dont nous n'avons même pas vu les voitures traverser le magnifique pont sur la lagune ? Dubrovnik a également accès à la mer, et elle est toute proche. Mais l'Italie n'a pratiquement pas été exploitée. Et Richard, nous vivons en 2016, pas en 2006 ; vous n'avez plus besoin de communiquer avec vos fans via la télévision pour qu'ils vous connaissent. La prochaine fois que vous irez à Sant'Agata Bolognese juste pour raconter à la télévision qu'ils vous ont mis les portes à ouverture en ciseaux, racontez ces choses sur Twitter. Ou mieux encore, utilisez Snapchat, où se trouvent toutes les personnes "cool" de nos jours. De même, un utilisateur autorisé de Wikipédia pourra trouver cette préférence et l'ajouter à la section "Aimes sexuels" de votre page.


Aussi bon que l'épisode ait commencé, et combien j'appréciais ces sons, ces vues en arrière-plan, et la simple idée d'accompagner ces trois présentateurs dans un incroyable voyage à travers l'Italie à la découverte de leurs voitures, le long de routes sinueuses et de paysages exceptionnels. Quelle déception.

Beaucoup de scénario et pas beaucoup de noix

Un autre aspect que j'ai trouvé décevant est le manque incroyable d'improvisation que nous avons vu tout au long de l'épisode. Qu'est-ce que je veux dire par là ? Au cours des années où Clarkson et ses collègues ont présidé à l'émission Top Gear, ils étaient connus pour improviser ce qui se passait dans l'émission. Et à défaut, agir de manière à ce que les scènes mises en scène ne nous sortent pas de l'illusion que rien n'a été mis en scène. Au lieu de cela, ici, aller dans un musée ou assister à un événement à l'Arena di Verona sert d'occasion à Richard d'arriver et de gâcher la journée de culture de Clarkson et May. C'est drôle la première fois, mais que le reste du spectacle soit une excuse pour une deuxième et une troisième fois annule complètement la valeur de ce voyage.

Après l'avoir laissé en rade entouré d'une foule de gens dans le centre-ville de Vicenza, quelles sont les chances que Richard, totalement ignorant du plan de ses compagnons, se rende à Venise, laisse sa Dodge flambant neuve, saute sur un hors-bord et réussisse à trouver la gondole de Jeremy et James pour y faire des beignets ? Il n'y a pas de surprise ; dès que le spectateur réfléchit, on le voit venir. Et il a clairement été orchestré sur le principe du rire idiot, comme un blockbuster hollywoodien, où le but n'est pas de faire quelque chose de nouveau, mais de s'assurer que cela plaise au plus grand nombre. L'ironie est que c'est exactement le contraire qui a rendu ce trio célèbre.

Et en parlant de réflexion, quelqu'un veut-il m'expliquer pourquoi Hammond a coupé le cadre en deux, et l'a attaché sur le côté de sa voiture musclée, alors que deux camions le suivaient ? Parce qu'après avoir détruit quelques jeux de caoutchouc, je pense qu'il y avait assez de place. Et sinon, je peux penser à d'autres solutions qui n'impliquent pas de camions, comme appeler un taxi et l'envoyer par la poste à la maison. Mais quelle est la raison de ne pas le faire ? Cette grâce a été scénarisée, un scénario qui a parfois ignoré le bon sens.

On le voit très clairement dans la dernière partie de l'émission, lorsque James et Richard encaissent le pari raté de Jeremy dans le premier épisode. La séquence commence avec les deux showrunners debout devant la maison, annonçant leur intention de la démolir. Ensuite, Richard grimpe sur le toit avec une échelle pour commencer à faire tomber les bardeaux au sol, un par un, car il y a une chauve-souris sur le toit. Et selon le règlement, ils doivent "lui donner une chance de bouger" en enlevant les tuiles. James, bien sûr, ne supporte pas les hauteurs et ne peut pas aider son partenaire. Lorsqu'ils ont terminé, ils attendent le lendemain pour que la chauve-souris s'en aille, de sorte que nous voyons des images nocturnes de la maison, y compris le vol d'un mammifère avec la lune en arrière-plan. Dois-je croire que l'équipe de tournage de The Grand Tour est restée debout toute la nuit pour essayer de filmer le vol de la chauve-souris, et que cela a si bien marché ? Je ne pense pas, mais dites-moi si je me trompe.

À l'aube, Richard fait irruption sur les lieux avec un bulldozer et commence à réduire le bâtiment en miettes de manière incontrôlée. James lui dit qu'il s'y prend mal, qu'il faut le faire d'une manière plus élaborée, mais ce qu'il fait, c'est être horriblement lent. Lorsque ni l'un ni l'autre n'arrive à faire s'écrouler la maison, ils apparaissent à bonne distance de celle-ci avec un détonateur comme dans les films, avant de voir la maison se transformer en ruines avec une explosion digne du dernier film de James Bond. L'explosion est si extrêmement réelle et si bien réalisée qu'elle laisse les explosions par ordinateur des séries télévisées américaines comme un remplissage à bas prix pour la grille de télévision.

Et la préparation d'une telle détonation est telle que l'on se demande pourquoi il était nécessaire d'essayer de démolir la maison avec des bulldozers, s'il était prévu de la dynamiter ensuite. La réponse est évidente : pour prendre des minutes dans l'épisode et provoquer des rires faciles, rien de plus. En fait, si Hammond et May voulaient apprendre comment démolir une maison de manière amusante, il leur suffirait de se regarder un peu le nombril.

D'ailleurs, ce que j'ai dit dans ma critique des deux premiers épisodes la semaine dernière est évident : ce n'est pas une émission de voitures. Si ça avait été le cas, la première chose que James et Richard auraient faite aurait été d'aller au garage de Jeremy, pour voir si par hasard Gary est toujours dans le coin. Au lieu de cela, James et Richard ont trouvé la collection de musique mono-artistique de Jeremy, un portrait de lui sur le dos d'un cheval, une poupée vaudou de James, et un livre rempli de photos de Richard.

Les voitures

Mais laissons cela, et concentrons-nous sur les voitures. Et parce que j'aime garder le meilleur pour la fin, nous allons commencer par la Rolls-Royce Dawn dans laquelle James May a fait le voyage.

Nous comprenons tous le commentaire de Jeremy sur le fait que la Dawn est un cabriolet de la Série 7, mais à cette occasion, je dirais que la Rolls-Royce est bien plus que cela. Je trouve beaucoup plus pertinente cette critique de la Maybach 57 et 62 lorsqu'elle était vendue comme telle, car rien qu'en les regardant, on pouvait facilement imaginer la Classe S à l'intérieur. Cependant, la Dawn, comme le reste de la gamme Rolls-Royce, a réussi à se différencier suffisamment de la gamme BMW pour ne pas y ressembler. La technologie et la plate-forme qu'elle transporte sont peut-être nées à Munich, mais le public cible de la voiture est très différent ; de l'avis de votre serviteur, l'opulence est ce qui décrirait une Rolls-Royce. C'est une de ces voitures qui n'est pas faite pour être conduite par vous, mais pour être conduite par vous. Et j'ai dit plus tôt que je ne la considérais pas comme une voiture "à piston" parce que j'ai du mal à m'imaginer choisir la Dawn pour un voyage de Grand Tourisme : une voiture avec ce poids et cette déconnexion absolue de la route, elle rejetterait toute mon envie d'attaquer n'importe quel tronçon sinueux dans le collecteur d'échappement.

Je n'ai absolument rien contre la Rolls ; elle est destinée à un public particulier, et je suis heureux qu'une marque avec une telle histoire ait réussi à survivre entre les mains de BMW et à être rentable. Mais bien sûr, c'est le genre de voiture dont James tombe amoureux : extrêmement raffinée, anglaise, et destinée à être une œuvre d'art roulante (au niveau de l'exclusivité, pas du design) plutôt qu'une voiture.

Mais la Rolls-Royce de James n'est pas la voiture qui m'a fait sourire à maintes reprises pendant le spectacle.

Non, cet honneur revient à la Dodge Challenger SRT Hellcat que Richard Hammond a amenée avec lui. Et ça sonne bien ; cela fait maintenant deux épisodes consécutifs que la série nous en fait voir et entendre. Ce n'est pas la voiture que j'aurais particulièrement choisie pour faire le voyage, mais il ne fait aucun doute que l'enthousiasme et le bonheur de regarder Hammond ont été l'un des aspects les plus positifs de cet épisode. Richard a également pu se mettre à la place de Jeremy, obligé de s'arrêter constamment pour faire le plein d'essence, tout comme Clarkson l'a fait avec sa Ford GT.

C'est marrant qu'ils ne s'en soient pas souvenus pendant l'épisode. Mais peu importe, car c'était une expérience religieuse de voir Hammond dévier sa Dodge sur le circuit du Mugello. Ce qui me rappelle que tout au long de l'épisode, il n'a jamais été mentionné non plus que, bien que Dodge soit un constructeur américain, il appartient au groupe FCA, et que la Challenger a donc été financée par des fonds italiens.

Mais la voiture la plus équilibrée des trois, à mon avis, est l'Aston Martin DB11 : belle, sur-vireuse lorsque vous désactivez l'antipatinage, adepte des virages rapides, et un véritable missile sur l'autoroute. Les ingrédients qui définissent un vrai Gran Turismo. Ce n'est pas parfait ? Bien sûr qu'elle ne l'est pas. Il y a des GT qui sont plus douées pour les virages, comme votre Porsche 911 préférée, mais ce n'est certainement pas un mauvais compagnon pour un voyage comme celui-ci. Ce n'est pas non plus un monstre de piste, mais elle a réussi à maintenir la dignité de la marque britannique face au carrossier du Michigan sur un tour rapide. Et oui, sa couleur est orange et non marron ; plus précisément, c'est Cinnabar Orange, comme le définit Aston. Lorsqu'ils auront une crise d'identité, ces DB11 pourront au moins aller voir le Golden Gate et lui demander comment il a supporté d'être appelé "le pont rouge" pendant toutes ces années, alors qu'il s'agit en fait de l'International Orange.

Mais bon. Hé, quelle GT auriez-vous prise ? J'aimerais bien le savoir. Pour moi, c'est clair, une Mercedes-AMG GT : plus rude, plus agile et plus amusante, mais je ne me plains pas ; la DB11 était un bon spécimen. Et qui sait, peut-être que la variante "R" de l'Affalterbach apparaîtra dans les épisodes restants. Ce que je trouve étrange, c'est que Jeremy n'a pas profité du voyage pour tester la nouvelle Ford GT... Peut-être qu'il l'a demandé et qu'ils ne pouvaient pas lui en donner une ?

La fermeture

Ce n'est pas mon sujet favori, mais il y a quelques moments qui se sont produits tout au long de l'épisode et qui, je pense, devraient être mentionnés dans un article de critique. Le premier est le geste enfantin de Jeremy et Richard que vous pouvez voir dans le GIF ci-dessus.

Tu as trouvé ça drôle ? Je ne l'ai pas fait ; j'ai trouvé cela extrêmement puéril, et ce n'est pas parce que je pense que c'est mal de se moquer du conducteur stéréotypé de Rolls, je m'en moque. C'est comme quelqu'un qui pourrait dire que "tous ceux qui possèdent une Leon sont des quintuplés" - eh bien, tant mieux pour eux ! Je pense qu'il est plus raisonnable de juger les gens sur leur façon de conduire et non sur la voiture dans laquelle ils la conduisent ; voyons si un jour nous achetons cette voiture que nous pensons parfaite, à la sueur de notre front, et maintenant parce que nous avons une Leon, une MX-5, une GT86 ou une M240i nous ne sommes pas des pistonudos mais des fils de papa. Mais voir deux adultes anglais d'une cinquantaine d'années (ou presque) faire des blagues sexuelles sur les conducteurs d'une Rolls ne suscite en moi aucune forme d'humour.

Et en parlant de perversions, il y a celles de Clarkson et de sa peinture avec son torse nu faisant (ce que je suppose être) une référence à la propagande de l'actuel président de la Russie, Vladimir Poutine. Je ne vais pas mettre les pieds dans le plat, car ce que j'aime, ce sont les voitures et j'ai encore beaucoup d'épisodes à commenter avec vous.

Il y avait bien d'autres choses à retrancher de cet épisode, comme la théorie selon laquelle les beignets de Hammond sont une référence au scandale qui a provoqué le tournage d'une scène de Top Gear, le beignet au centre de Londres à bord du Hoonicorn, avec Ken Block et Matt LeBlanc. Mais c'est tout ce dont je voulais vous parler aujourd'hui.

Je n'ai pas beaucoup parlé de la ville de Whitby, d'où l'épisode a été tourné, car il semble que l'équipe sera là la semaine prochaine, sans doute dans l'intention de nous offrir une séquence dans ce lieu. Peut-être avec les voitures avec lesquelles nous les avons vus arriver au studio ? Nous le saurons bien assez tôt.

Classement des épisodes

Il reste encore pas moins de 9 épisodes, et afin de ne pas perdre de vue ce que cette première saison de The Grand Tour nous a offert de meilleur, tenons un petit classement.

  1. Episode 1: Il y a absolument tout : des voitures, de la bonne humeur, et encore des voitures. On y voit la Sainte Trinité Hybride (918 Spyder, LaFerrari et P1) accompagnée d'une hypnotique BMW M2 nous présentant la piste d'essai du salon.
  2. L'épisode 3 reprend le livre de recettes du trio de tête de mort : des voitures exotiques (DB11, Challenger SRT Hellcat et Rolls-Royce Dawn) avec l'Italie en toile de fond, mais il se concentre davantage sur Jeremy et James qui essaient de se débarrasser de Richard plutôt que d'apprécier davantage les voitures et de profiter au maximum de leur séjour en Italie. L'épisode se termine avec James et Richard dynamitant la maison de Jeremy.
  3. Episode 2: Sauvé par l'Aston Martin Vulcan et la poursuite de l'Audi S8 vers la fin. Ce n'est pas ennuyeux à première vue, mais si je devais le regarder à nouveau, je sauterais tout ce qui se trouve entre les deux.

A la semaine prochaine !



Ajouter un commentaire de The Grand Tour : critique de l'épisode 3
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.