pistonudos.com

Si vous voulez une Toyota D-4D (diesel), tenez compte des éléments suivants


Si l'on regarde de plus près, parmi les Toyota vendues avec le badge D-4D, une minorité utilise des moteurs qui sont en fait conçus par le constructeur. Lorsque la norme Euro 6 est arrivée, Toyota a décidé de ne pas investir plus d'argent dans le développement de moteurs diesel qui ne pouvaient pas répondre à la norme avec des changements minimes, et a préféré s'en remettre à d'autres fabricants. Les efforts se sont davantage concentrés sur les options pétrolières.


L'actuel 115D, tout comme le 150D, provient de BMW, plus précisément des N47D16 et N47D20. Ces moteurs ont été tristement célèbres dans les forums de propriétaires de BMW pour des problèmes de chaîne de distribution, mais il semble que le problème ait été réglé il y a quelques années. Il ne faut pas non plus dire que les moteurs diesel Toyota sont indestructibles, il suffit de mentionner le 2.2 D-CAT et ses problèmes de culasse, non reconnus par le constructeur, les propriétaires "mangent" le problème quand il apparaît hors garantie.

Seuls le 1.4 D-4D (ou 90D) de l'Auris et le 3.0 D-4D des Hilux et Land Cruiser sont de "purs" Toyota. Dans la gamme Yaris, l'option diesel a été supprimée en Espagne (bien qu'elle soit toujours proposée en Europe), de la même manière que l'Aygo ne dispose pas de ce moteur, qui n'existait pas non plus dans la première génération. Les petits et gros moteurs ont été mis à niveau pour répondre à la norme Euro 6, mais les moteurs de deux litres (2.0 D-4D) n'ont pas été mis à contribution. C'est parfaitement logique, Toyota vend plus de moteurs à essence.

Actuellement, le mix de Toyota est le suivant : 44% d'essence, 31% d'hybride, 25% de diesel. La part des véhicules hybrides continue d'augmenter, car ils sont déjà présents dans les segments de volume (Yaris/B et Auris/C) et pas seulement dans les modèles de niche (Prius et Prius+). Le SUV RAV4 dispose également de groupes motopropulseurs hybrides depuis l'année dernière, mais l'Avensis et la Verso n'en ont pas et n'en auront pas dans cette génération. Le prochain grand lancement, le C-HR, aura également une version hybride.


Johan van Zyl, PDG de Toyota Europe, estime que d'ici 2020, la part des voitures à essence ne sera plus que de 15 %.

L'objectif de Toyota à l'horizon 2020 est que la moitié des produits vendus soient hybrides et que chaque modèle de la gamme de voitures particulières dispose d'une option hybride. L'exception est le fourgon Proace qui, dans toutes ses versions (industrielle, mixte ou passagers), n'est proposé qu'avec des moteurs diesel qui, soit dit en passant, sont fabriqués par le Groupe PSA. Les Land Cruiser et Hilux sont également une exception à cet égard.

Y aura-t-il un hybride dans le segment A, c'est-à-dire pour l'Aygo ? Il est techniquement compliqué d'intégrer tous les composants dans une si petite voiture sans faire de sacrifices au niveau du coffre, et il est également compliqué d'en faire une combinaison rentable (pour le constructeur et pour le client). Une solution possible pourrait être comme celle de Suzuki pour la Baleno, un système semi-hybride très léger et très compact qui permet d'obtenir des gains appréciables en matière de consommation, sans sacrifier l'espace ni augmenter le poids de manière significative, et à un prix raisonnable.

Il est donc clair que Toyota cessera de vendre des diesels lorsque ses clients n'en demanderont plus.

Ce n'est pas un plan anti-diesel comme la marque Lexus. Eh bien, cela doit être expliqué. Lexus ne proposait que des moteurs diesel pour l'IS (220d, et 200d plus tard), si elle voulait vendre quelque chose en Europe, mais lorsque la version hybride est arrivée, ce n'était plus nécessaire, ni de dépenser de l'argent pour convertir ce moteur à Euro 6. Ils auraient pu utiliser des mécaniques BMW, comme dans l'Avensis, mais pendant qu'ils y étaient, ils en ont profité pour se déclarer anti-diesel et arrêter de les proposer.


En 2013, lors du salon de l'automobile de Francfort, j'ai interviewé Daniele Schillaci, vice-président senior des ventes et du marketing, et il m'a assuré qu'il n'était pas prévu chez Toyota d'éliminer ces moteurs. L'idée de Toyota est de proposer des moteurs à essence, des moteurs hybrides et des moteurs diesel (chaque fois qu'il est judicieux de le faire) afin que ce soit aux clients de choisir. Dans le cas de la Yaris et de l'Auris, la part d'hybrides est très élevée, et la compacte vend 60 % d'hybrides. Certains des rivaux de l'Auris font ce mélange avec des moteurs diesel.

L'engagement de Toyota en faveur des hybrides est solide, rentable et commercialement viable. Cela n'a rien à voir avec le Dieselgate, cela vient d'avant.

Cependant, nous ne pouvons pas en dire autant des concurrents. Les généralistes qui ont misé sur des versions hybrides n'ont pas atteint les objectifs de vente, et le cas le plus clair est celui de PSA avec ses 3008, 508 et DS 5. Quant au Premium, comme les ventes n'ont pas accompagné, il mise désormais sur les hybrides rechargeables. Le seul constructeur qui a trouvé la combinaison magique pour vendre des hybrides à grande échelle est Toyota, une exception mondiale. Lexus a un poids très important d'hybrides sur des marchés comme l'Europe, l'Amérique du Nord et le Japon. En Europe occidentale, en évitant les pays de l'Est et la Russie, 96 % des Lexus vendues en 2015 étaient des hybrides. Normal ! Les versions à essence sont pénalisées par des taxes liées au CO2.

Peut-être que plus d'un se demande "et pour un type qui ne connaît rien aux moteurs, et qui ne se soucie pas de savoir qui les fabrique, quelle différence cela fait-il dans sa vie que son moteur ne soit pas un authentique D-4D ?". Par exemple, les fourgonnettes Proace peuvent être entretenues par n'importe quel concessionnaire Citroën ou Peugeot, qui saura parfaitement comment entretenir le moteur puisqu'il s'agit du leur. La même chose peut être faite avec le 115D et le 150D, ce sont des moteurs BMW, si cela a du sens de le faire est une autre chose, l'heure d'atelier n'est pas moins chère.


Un D-4D est-il meilleur que le diesel rebaptisé d'un concurrent ? Je n'ai rien dit de tel. Bref, je terminerai par une petite anecdote. Il y a environ trois semaines, j'ai eu ma Prius arrêtée pendant 15 jours, et elle ne voulait pas démarrer, j'ai dû demander de l'aide pour lui donner "la bouteille". Un Land Cruiser de moins de 10 ans est venu à mon secours, avec le 3-0 D-4D 150 HP. Après avoir démarré le mien, en discutant avec le chauffeur de la dépanneuse, j'ai réalisé que l'odomètre affichait plus de 577 000 kilomètres. Si l'on fait abstraction de la réputation/du karma terni par le 2.2 D-CAT, on pourrait penser que ces gens fabriquent de bons moteurs diesel.

Ajouter un commentaire de Si vous voulez une Toyota D-4D (diesel), tenez compte des éléments suivants
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.