pistonudos.com

Joyeux 24e anniversaire, McLaren F1


Trois hommes uniques sont à l'origine de sa conception, Gordon Murray, Peter Stevens et Ron Dennis. Le projet commence à prendre forme en 1989 et constitue la première voiture de McLaren Cars. De nombreuses heures d'expérience de la course avaient été accumulées, et la McLaren F1 était innovante à de multiples égards. Il voulait être supérieur à tout ce que l'homme avait créé. McLaren ayant republié le dossier de presse original de 1992, nous allons nous pencher sur de nombreux détails.


Il s'agit de la première voiture de série à intégrer l'effet de sol (conçu en 1978), l'utilisation intensive de la fibre de carbone et la construction légère dans un sens radical, avec du magnésium, de l'aluminium et même de l'or pour le compartiment moteur. Son poids à vide n'étant que de 1 018 kg, il s'agissait bien entendu de la voiture présentant le meilleur rapport poids/puissance au monde. Initialement, une puissance de 550 ch était annoncée, mais elle a dépassé les 600 ch. Aujourd'hui encore, c'est une figure à respecter. Quant à l'aérodynamisme, perfectionné en soufflerie, il est toujours excellent en ce milieu d'année 2016.

Elle était équipée du moteur S70/2 d'origine BMW, un V12 6.1 avec des bancs espacés de 60 degrés, 48 soupapes, une injection électronique multipoint et une levée de soupape variable. Les spécifications initiales parlent de 600 Nm entre 4 000 et 7 000 RPM, avec un minimum de 350 Nm à seulement 1 500 RPM. La coupure d'injection a été réglée à 7 500 tr/min. Selon le dossier de presse de 1992, la vitesse de pointe devait dépasser 321 km/h, ce qu'elle a atteint sans problème grâce à l'augmentation de la puissance mécanique.


De nombreuses voitures modernes peuvent être terriblement humiliées par cette préclassique dotée de la technologie des années 90.

Goodyear a développé des pneus F1 spécialement pour elle, avec des dimensions 235/45 ZR17 à l'avant et 315/45 ZR17 à l'arrière. Comme il n'y a pas deux pneus identiques, en termes de taille et de sens de marche, il n'avait pas de pneu de rechange mais un kit anti-crevaison. Brembo était chargé des freins, qui disposaient d'un refroidissement variable, et, attention ! il n'y avait ni servofrein ni ABS. Il était si bien fait que les ingénieurs ont estimé qu'il n'avait besoin ni de l'un ni de l'autre, et que le risque de blocage des roues était très faible. Il n'y avait pas de direction assistée non plus, c'était une voiture de base.

Son aménagement intérieur était très innovant, c'est un 1+2, trois places avec un siège conducteur entièrement central. Dans le dossier de presse, elle se vantait d'être la seule voiture au monde à offrir un son stéréo parfait, puisque le conducteur se trouvait au centre de la voiture. Le système audio Kenwood était équipé du changeur de 12 CD KDC C600, qui pouvait être utilisé même en cas d'accélération latérale de 1,5 G. Si deux personnes seulement se trouvaient dans la voiture, les bagages pouvaient être rangés sur l'un des sièges dans un conteneur spécial. Elle était équipée de la climatisation, de vitres électriques, d'un ordinateur, de rayons anti-UV et d'un pare-brise chauffant...

S'agissant d'une voiture comportant autant d'électronique, un système de diagnostic et de maintenance ad hoc a été conçu sur la base des ordinateurs portables Compaq équipés de processeurs Pentium qui sont toujours utilisés (comme nous l'avons vu dans un article précédent). Pour faciliter les diagnostics, la voiture dispose d'une prise téléphonique standard (RJ-11) avec modem pour communiquer avec les ingénieurs de Woking afin qu'ils puissent découvrir ce qui ne va pas (ou si tout va bien).


Les plus jeunes d'entre vous se demandent ce qu'est un modem. Il s'agit d'une communication numérique sur une ligne téléphonique classique. À l'époque, elle était aussi avant-gardiste que la Tesla Model S avec mise à jour à distance (via Internet) qui existe aujourd'hui. En 1992, le WWW n'était pas encore né, c'était un pionnier.


64 unités de la voiture ont été produites, plus cinq prototypes. Plus tard, des versions plus grosses sont apparues, soit un total de 106 voitures, mais c'est une autre histoire. Aujourd'hui, c'est toujours une voiture très prisée, loin d'être à la portée d'un millionnaire de la "classe inférieure" et extrêmement recherchée. Certains d'entre nous se contentent de le goûter dans Need For Speed dans ses premières versions, comme High Stakes ou Road Challenge. Inoubliable. Conduire une de ces voitures serait un bon dernier souhait, vous ne pensez pas ?

Ajouter un commentaire de Joyeux 24e anniversaire, McLaren F1
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.