pistonudos.com

Ford Almussafes, le moteur de Valence depuis 1976

L'histoire d'Almussafes

Cela a dû paraître étrange à quelqu'un que ce soit la deuxième usine Ford en Espagne. En 1907, Ford avait déjà une concession à Cadix, où il vendait la Ford T dans une large gamme de couleurs... à condition qu'elle soit noire. Comme les ventes allaient bon train, en 1919, Henry Ford I a décidé qu'il était temps d'ouvrir une usine sur le sol espagnol. Un an plus tard, en 1920, la première Ford T fabriquée en Espagne sortait des chaînes de Cadix. À l'époque, la mise en place d'une usine n'était pas excessivement complexe, car elle ne nécessitait pas autant de robotique qu'aujourd'hui.


C'est pourquoi, trois ans plus tard, la production est transférée à Barcelone, où elle restera active jusqu'en 1930, date de sa fermeture définitive. En 1936, Ford avait l'intention de construire une nouvelle usine, mais a renoncé après le début de la guerre civile. Cette période sombre de notre histoire a été suivie de la Seconde Guerre mondiale. Ford n'a donc pas connu ses meilleurs moments et a décidé de mettre fin à sa présence dans notre pays en 1944.

Après cette première incursion de Ford en Espagne, le successeur, Henry Ford II, était déterminé à avoir à nouveau une usine dans notre pays, pour la production de son nouveau modèle Fiesta. En 1970, les premiers contacts avec le gouvernement de l'époque ont commencé, pour la mise en œuvre d'une usine à Valence, car il y avait les hauts fourneaux de Sagunto, de sorte que l'accès aux bobines d'acier pour la fabrication de la carrosserie était très pratique. En raison du fort protectionnisme exercé par le gouvernement à l'égard de SEAT, Henry Ford II a mis 3 ans pour obtenir les avantages fiscaux nécessaires, afin que l'implantation de l'usine en Espagne soit bénéfique pour l'entreprise.


C'est alors, en avril 1973, qu'est annoncée officiellement l'installation de l'usine à Almussafes. Dès lors, tout s'accélère : le terrain est acheté en décembre de la même année, et en janvier 1974, les travaux commencent. En mars, Henry retourne en Espagne pour poser la première pierre, et 1000 jours plus tard, l'usine est terminée. Après les derniers ajustements, en mars 1976, le premier moteur est fabriqué à l'usine d'Almussafes, et 7 mois plus tard, le 18 octobre 1976, la première Ford Fiesta fabriquée en Espagne sort de la chaîne de montage.

Enfin, le 25 octobre 1976, l'usine d'Almussafes est officiellement inaugurée, Henry Ford II faisant office de guide de luxe lors de la visite du roi et de la reine d'Espagne. À partir de ce moment, 1 000 voitures et 1 400 moteurs par jour ont été produits à l'usine Ford de Valence.

Vous avez ici une vidéo de l'époque dans laquelle vous pouvez voir le processus d'estampillage de la carrosserie de la Fiesta à Almussafes :

Parties de l'usine

Comme vous pouvez le voir sur l'image, l'usine comprend cinq parties principales, réparties de manière linéaire, occupant environ 2,7 millions de mètres carrés, avec environ 6 000 personnes dans ses installations. Les pièces sont :

  • Pièces de rechange, où sont stockées les pièces de rechange nécessaires au fonctionnement de la chaîne.
  • Moteurs, où les pièces sont reçues et où les moteurs sont assemblés.
  • Lacarrosserie, où l'acier est coupé, embouti puis soudé pour former la carrosserie.
  • Lapeinture, où la carrosserie est soumise au processus de cataphorèse et de peinture.
  • L'assemblage, où tous les éléments sont réunis pour former une voiture.

Il existe également des installations annexes telles qu'une piste d'essai, des stations d'épuration des eaux, la collecte des déchets, des installations sportives et une salle de classe pour l'école universitaire. Tout cela se traduit par un rythme de production d'une voiture toutes les 32 secondes, soit 900 voitures par équipe de huit heures.


En haut de l'image se trouve le parc industriel Juan Carlos I, qui est très important pour l'usine, car il abrite les entreprises auxiliaires qui fournissent des composants à Ford. Avant de parler des fournisseurs, d'une importance vitale pour toute marque automobile, examinons comment une voiture est produite. De cette façon, nous comprendrons mieux la raison de cette division dans l'usine Ford.

Le processus de production d'une voiture

Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas en profondeur la façon dont une voiture est produite - sûrement une minorité de têtes de piston - nous allons faire une brève revue. Pour ce faire, il faut remonter aux années 70, lorsque Toyota a dû ajuster ses coûts de production pour être compétitif. Jusqu'alors, la manière de produire des véhicules était basée sur ce qu'Henry Ford avait imaginé (le fordisme) : accumuler un stock de pièces et se lancer dans la fabrication de voitures, qui seraient vendues plus tard.

D'un point de vue économique, c'est inefficace, car vous avez investi de l'argent dans des pièces qui ne produisent aucune rentabilité jusqu'à leur vente. C'est pourquoi Taiichi Ohno a imaginé ce que l'on appelle le "juste à temps", dont la philosophie repose sur "la production des pièces dont vous avez besoin, dans les quantités dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin". Dans cette optique, plusieurs lignes directrices sont déclenchées :

  • Une production flexible
  • Production en petites séries
  • Réduction au minimum des délais de livraison et de production
  • Stock minimum de pièces
  • Zéro erreur
  • Minimiser les arrêts techniques de l'usine
  • Relations étroites avec les fournisseurs
  • Amélioration continue
  • Utilisation du kanban pour la logistique et le contrôle de la qualité
  • Environnement de travail basé sur les 5S : Seiri (tri), Seiton (ordre), Seiso (propreté), Seiketsu (standardisation) et Shitsuke (discipline).


En mettant ce modèle en pratique, Toyota a réussi non seulement à réduire les coûts, mais aussi à augmenter la qualité. À tel point que les autres constructeurs automobiles leur ont emboîté le pas et l'ont appliqué dans toutes leurs usines de production. Bien entendu, le système a évolué au fil du temps et profite des progrès technologiques, notamment en matière de systèmes informatiques et de communication, mais il reste toujours en vigueur.

Dans cette optique, lorsqu'une personne entre chez un concessionnaire et décide d'acheter une voiture, une myriade de commandes est automatiquement déclenchée, afin de demander aux fournisseurs toutes les pièces nécessaires à la fabrication de ce véhicule particulier avec notre couleur préférée et les options choisies - n'oubliez pas que pour fabriquer une voiture, nous aurons besoin d'environ 75 000 pièces - en tenant compte du moment où elles doivent arriver à l'usine, pour occuper l'entrepôt le moins longtemps possible.

Maintenant, que produit réellement un constructeur automobile ? Essentiellement la carrosserie et les moteurs. Certaines marques fabriquent également le sous-châssis et les bras de suspension, mais dans d'autres cas, cette partie est également sous-traitée. Le reste - le tableau de bord, les panneaux intérieurs, la moquette, les sièges, le câblage, l'électronique, les feux, les roues, etc. - provient de fournisseurs externes et le travail du fabricant est la conception et l'intégration.

Nous allons maintenant examiner plus en détail les processus de production, qui, bien qu'ils soient les mêmes en général, chaque entreprise apporte des variations en fonction de sa philosophie. Nous nous concentrerons sur ceux réalisés à l'usine Ford de Valence.

Installation de pressage

Ce processus est basé sur la manipulation des bobines d'acier pour obtenir les panneaux de la voiture : côtés, toit, plancher et portes. La réduction du poids étant imposée, ce processus doit changer dans un avenir pas trop lointain, avec l'arrivée de matériaux tels que l'aluminium ou la fibre de carbone et le CFRP (Carbon Fiber Reinforced Plastic) ; mais revenons au processus. Tout d'abord, les bobines de 20 tonnes sont déroulées et aplaties par des rouleaux, car l'acier prend cette forme après avoir passé du temps à se plier. Peu après, il est glissé pour être découpé par des presses hydrauliques, à la bonne taille en fonction du type de panneau à estamper ultérieurement. La vitesse de coupe est d'environ 20 pièces par minute pour le toit ou 40 pièces par minute pour les portes.

Une fois les "plateaux" découpés, ils passent à la phase d'estampage. À ce stade, la pièce glisse dans une presse, qui disposera d'un moule spécifique pour la pièce à fabriquer. La force exercée par ces monstres est d'environ 1 000 tm, ce qui est nécessaire pour plier l'acier à température ambiante.

Ensuite, l'excédent d'acier est coupé - qui est recyclé - et la pièce, après un contrôle de qualité, est prête pour la phase suivante. Normalement, toutes les pièces ne sont pas contrôlées, mais des contrôles périodiques et aléatoires sont effectués - une pièce toutes les heures dans le cas d'Almussafes - pour vérifier que le processus se situe dans les paramètres normaux.

Usine de carrosserie

C'est là que s'effectue la soudure des côtés avec le toit, le plancher et les renforts pour former la carrosserie. Il n'y a pratiquement aucune intervention humaine dans cette étape, car la tâche incombe aux dizaines de robots KUKA, l'un des plus grands fabricants de robots industriels au monde. L'ensemble de ce processus, qui compte quelque 3 000 points de soudure, est réalisé en 58 secondes seulement à chaque poste, avec une précision extrême. On passe ensuite au processus de contrôle de la qualité, où d'autres robots prennent des mesures pour vérifier que la carrosserie se situe dans des paramètres acceptables selon le cahier des charges.

Usine de peinture

Ce processus est l'un des plus automatisés de toute usine. Les carrosseries de voitures terminées sont reçues de l'étape précédente et placées en suspension sur un rail. Au cours de ce voyage, le corps commence par un lavage, afin d'éliminer toute saleté de sa surface. Ensuite, il passe dans le bain de peinture électrolytique : le liquide contient les particules de peinture en suspension aqueuse, ainsi que des électrodes positives qui fournissent entre 100 et 400 V. La carrosserie, étant fixée à l'électrode négative, va attirer les particules de peinture en suspension, et celles-ci seront collées par la réaction chimique produite par le courant électrique circulant dans le bain.

Ainsi, l'acier n'est pas exposé aux éléments, ce qui permet d'éviter la corrosion.

Après la cataphorèse et le séchage de la carrosserie, elle passe à la ligne de peinture, où d'autres robots appliqueront de la peinture en poudre à l'extérieur et à l'intérieur, en fonction de la couleur choisie par le client. Il convient de mentionner que ces robots sont très polyvalents, puisqu'ils sont capables de changer de couleur de peinture en quelques secondes, après le processus de purge. Une couche de laque avec un protecteur UV, et c'est tout. De là, nous passons au four, où la peinture est durcie à 150 ºC pendant 15 minutes.

Enfin, comme dans tout processus, le contrôle de la qualité est effectué. Dans le cas d'Almussafes, elle est réalisée par la technologie Made in Spain, grâce au brevet de l'Université polytechnique de Valence, avec à sa tête Josep Tornero, qui l'a vendue à Ford. Grâce à la vision artificielle, les défauts de la carrosserie sont détectés, avec un processus qui ne prend que 10 secondes et obtient une précision de 0,2 millimètre. Le coût de cette technologie est d'environ 800 000 euros, et Ford la met en œuvre dans toutes les usines du monde. Grâce à ce procédé, le temps est gagné et les défauts sont réduits, ce qui permet d'obtenir une carrosserie brillante.

Usine de moteurs

Dans cette partie de l'usine, les moteurs sont assemblés à partir de leurs pièces individuelles. Certains fabricants incorporent dans cette partie le moulage du bloc lui-même, bien que chez Almussafes cela ne se produise pas. Dans le cas des moteurs EcoBoost, ils sont importés d'autres usines Ford sur le continent. Une fois qu'il a été assemblé et qu'il a passé le contrôle de qualité, il est envoyé à l'usine d'assemblage comme un composant de plus.

Usine d'assemblage

Et enfin, nous arrivons à la phase finale où la voiture prend sa forme définitive. Ici la carrosserie complète arrive, donc pour faciliter les opérations de montage intérieur, la première chose à faire est de démonter les portes. Ils suivent un chemin parallèle dans la chaîne, où les panneaux intérieurs sont assemblés, pour se retrouver presque à la fin avec le véhicule complet.

C'est dans ce domaine que travaillent la plupart des opérateurs, car la flexibilité est nécessaire, et les robots d'aujourd'hui sont stationnaires. On peut distinguer deux zones : la première où sont assemblés tous les composants du châssis : suspensions, freins et moteur. Et la seconde, où l'intérieur est assemblé : tableau de bord, moquettes, sièges, etc. Avant l'assemblage de l'intérieur, les deux parties convergent sur la chaîne de montage pour effectuer le "mariage", c'est-à-dire que le châssis situé en bas est vissé par les opérateurs à la carrosserie, qui se trouve en haut.

L'abaissement de la carrosserie est un travail de haute précision, car les boulons du châssis doivent correspondre aux trous de la carrosserie. La première équipe joint les deux pièces, effectue un léger serrage, et dans la station suivante, le serrage final est effectué avec la précision nécessaire pour atteindre le couple requis selon la conception. Une fois les deux parties jointes, l'assemblage de l'intérieur et des roues commence, les portes étant pratiquement la dernière chose à être assemblée.

Une fois que nous avons transformé un tas de pièces en une voiture, il est temps de remplir tous les fluides : huile, liquide de refroidissement et quelques litres de carburant. A ce stade, nous pouvons dire que la voiture est terminée. Il ne manque que les tests de rodage et d'étanchéité. Dans la première, la voiture est placée sur des rouleaux au bout de la chaîne de montage, et un schéma programmé est réalisé pour vérifier que le moteur et les freins fonctionnent correctement.

Toutes les quelques unités, une voiture est prise au hasard et testée de manière plus approfondie sur la piste adjacente à l'usine, principalement pour vérifier qu'il n'y a pas de défauts dans la suspension ou la direction. Bien sûr, on ne peut pas faire plus de 50 miles, sinon la voiture ne peut pas être vendue comme neuve. Enfin, le test d'étanchéité, qui fait passer chaque voiture dans un tunnel simulant une tempête tropicale, pour vérifier qu'aucune eau ne s'infiltre à l'intérieur. Si elle a passé ces derniers tests, la voiture est prête à quitter l'usine et à rejoindre son nouveau domicile, où son nouveau propriétaire l'attend avec impatience.

Si vous voulez voir comment se déroule le processus de fabrication d'Almussafes, je vous laisse une vidéo pour satisfaire votre curiosité :

L'industrie auxiliaire

Nous ne pouvons pas oublier que dans la méthodologie du juste à temps, les fournisseurs doivent être proches, très proches. Dans le cas de Ford à Almussafes, un parc industriel a été construit, juste derrière l'usine, à quelques mètres de celle-ci. Dans le parc industriel Juan Carlos I se trouvent plus de 80 entreprises formant l'APPI (Association des propriétaires et utilisateurs du parc industriel). Parmi elles, on peut citer des multinationales telles que Faurecia, Johnson&Control, Magna ou Gestamp.

Ces grands fournisseurs disposent de tunnels d'accès direct à l'usine et de trains surélevés pour envoyer leurs produits finis lorsqu'ils sont nécessaires, c'est-à-dire lorsque le véhicule est pratiquement sur la chaîne de montage. N'oublions pas que le travail en JAT nécessite une coordination exquise avec les fournisseurs, afin que les pièces arrivent à temps et qu'il n'y ait pas de retards qui obligent la chaîne de production à s'arrêter.

C'est le cauchemar de tout directeur d'usine, en raison de l'impact élevé sur les délais et les coûts impliqués. Rappelez-vous ce qui est arrivé l'été dernier à Volkswagen pour avoir eu certaines "divergences d'opinion" avec ses fournisseurs : ils ont dû arrêter la production de la Golf à Wolfsburg en raison d'un conflit avec l'annulation de certaines commandes à un couple d'entreprises qui fournissaient le revêtement des sièges et des boîtes de vitesses. Comme nous pouvons le constater, dans l'industrie automobile, les fournisseurs sont un élément clé pour que l'usine fonctionne à pleine capacité.

L'impact économique

Comme toute grande industrie, la construction d'une usine automobile dans une ville a un impact économique énorme. Nous allons faire une brève analyse de deux points de vue : l'impact pour l'entreprise implantée, et l'impact pour la population elle-même.

Du point de vue de l'entreprise, la situation d'une nouvelle usine implique de nombreuses études préalables. Calculons, à titre d'exemple, combien de voitures une usine comme celle d'Almussafes devrait fabriquer et vendre pour être rentable. Pour ce faire, la première chose que nous devons savoir est quel est le bénéfice net par voiture. Dans le cas de Ford, nous allons le faire en calculant le pourcentage de bénéfice net de son bilan. Je vous laisse ici les chiffres - en millions de dollars - de Ford Motor Company, afin que vous puissiez vous faire une idée des masses de factures que les entreprises automobiles traitent :

Comptabilité au 31 décembre 2015 En millions de dollars
Total des revenus 149.558
Total des dépenses -126.495
Bénéfice brut 23.063
Frais de vente, généraux et administratifs -14.999
Non récurrent -417
Résultat d'exploitation 7.647
Autres dépenses -274
Bénéfice net 7.373

De ce bilan, nous pouvons conclure que le bénéfice net est d'environ 5 % du revenu, ce qui, traduit pour une voiture moyenne de 30 000 euros, serait un bénéfice par voiture d'environ 1 500 euros. Avec ce chiffre, nous allons calculer combien de voitures il faudrait produire pour être rentable dans une usine comme celle d'Almussafes.

Pour ce faire, nous supposerons que l'usine a un coût de 4 000 millions d'euros, et que nous voulons amortir en 5 ans, la durée de vie moyenne du modèle que nous voulons fabriquer. Rappelons que chaque modèle a des moules différents, et que ces moules pour les presses sont assez chers. Sans compter les ajustements dans la conception et la programmation des robots, qui peuvent également être considérables. En supposant que le salaire moyen en Espagne est de 26 000 euros par an, avec les 6 000 personnes qui travaillent à Almussafes, nous avons un coût annuel de 156 millions d'euros en salaires.

À cela, il faut ajouter les taxes, que nous allons supposer être de 44 millions d'euros. Cela représente un total de 1 000 millions d'euros de dépenses par an. Si nous divisons ce chiffre par les 1 500 euros de bénéfice par voiture, le résultat est que nous devrons fabriquer et vendre environ 667 000 véhicules par an pendant cinq ans pour récupérer l'investissement. Si l'entreprise veut aussi faire des bénéfices, elle devra vendre plus que cela. Si un économiste lit ces lignes, ne vous inquiétez pas : il ne s'agit que d'une approximation grossière permettant de se faire une petite idée des gros chiffres auxquels les constructeurs automobiles doivent faire face lorsqu'il s'agit d'installer une usine.

Examinons maintenant l'impact sur la population. Il est clair que la nouvelle usine va être une source d'emplois, non seulement dans l'usine elle-même, mais aussi dans les entreprises qui fournissent les composants. En raison de la philosophie de fabrication juste à temps que nous avons expliquée précédemment, il est essentiel qu'ils soient situés très près de l'usine, donc, là encore, l'impact sur l'emploi sera important. Pour commémorer le 40e anniversaire d'Almussafes, Ford a commandé une étude à l'Université européenne de Valence, afin de quantifier cet impact économique. Comme vous le comprendrez, il est assez compliqué à réaliser, et nous partons du principe qu'une multitude d'hypothèses doivent être réunies pour que les chiffres se réalisent. En tout état de cause, cette étude estime que chaque euro de valeur ajoutée généré chez Ford génère 2,86 euros dans l'économie valencienne et que chaque emploi généré chez Ford génère 5,8 emplois dans la Communauté valencienne.

Au niveau national, chaque euro de valeur ajoutée généré chez Ford génère 6,52 euros en Espagne et chaque emploi généré dans l'entreprise contribue à la création de 11,7 emplois en Espagne. Le secteur automobile de Valence, avec Ford comme référence, représente 80 % des exportations par voie ferroviaire et 40 % de celles réalisées par voie maritime. Comme vous pouvez le constater, la situation d'une usine est un moteur pour l'économie et l'emploi dans la région, si nécessaire en ces temps.

Ligne du temps

Pour finir, je vous laisse les principaux jalons et éphémérides de cette usine au cours de ses 40 ans d'histoire.

1973

13/12 Achat du terrain à Almussafes

1974

19/1 Début du nivellement de 108 parcelles de terrain.

26/3 Pose de la "première pierre" par Henry Ford II


1976

01/3 Production du premier moteur

18/10 Production de la première voiture, une Ford Fiesta

10/25 Le roi Juan Carlos inaugure l'usine

1979

04/7 Production du millionième moteur

1981

02/1 Production de la millionième Fiesta

24/8 Le modèle Escort entre en production

1982

25/2 2 millionième moteur produit

1983

05/12 Le modèle Orion entre en production

1984

12/6 3 millionième moteur produit

1985

05/12 Début de la production du moteur 1 300 cc

1986

31/3 Fiesta 2 millions produits

04/11 Visite de Leurs Majestés le Roi et la Reine d'Espagne (10e anniversaire) Le roi et la reine d'Espagne (10e anniversaire)

1987

27/1 4 millionième moteur produit

1989

02/1 Début de la production de foamizado (tissu matelassé)

04/1 La Fiesta '89 (BE-13) entre en production

5/18 5 millionième moteur produit

1990

20/3 Inauguration du centre de formation

27/8 Début de la production de l'Escort '90 (CE-14 - 5 portes)

03/9 Orion '90 (CE-14 - 4 portes) entre en production

1991

11/3 Production du 6 millionième moteur

23/4 Attribution du Q1 Quality Award à l'usine de moteurs (P.T.O.) par Ford Europe.

15/5 1 million de véhicules exportés du port de Valence

14/10 Fiesta 3 millions fabriqués

18/10 4 millionième véhicule fabriqué

12/11 Escort / Orion 1 million fabriqué

1992

14/12 Remise du Q1 Quality Award aux Vehicle Manufacturing Plants (B.A.O.), décerné par Ford Europe.

1993

15/1 Production du 7 millionième moteur

25/5 Remise du prix de la qualité Q1 à l'usine de pièces détachées (P.S.O.), décerné par Ford Europe.

29/9 Inauguration de l'extension du Centre de formation

16/12 Réception du prix Henry Ford de la technologie

1994

25/10 Obtention du Prix européen de la sécurité au travail pour B.A.O. pour 1993

1995

30/1 Présentation du parc industriel aux fournisseurs

24/2 Inauguration de l'école universitaire

03/3 Fabrication du 8 millionième moteur

06/3 Annonce à la presse de la fabrication de la Ka (BE-146) à Valence

27/3 Inauguration de l'usine pilote

02/5 Le 5 millionième véhicule est fabriqué

05/5 Inauguration de l'usine de moteurs ZETEC-SE

10/7 Présentation du moteur ZETEC-SE à la presse spécialisée européenne

1996

14/6 Le prix européen de la sécurité au travail a été décerné à P.T.O. en 1994.

02/8 Fiesta 4 millions fabriqués

24/8 Inauguration de la piste d'essai

02/9 Entrée en production du Ka (BE-146)

25/9 Présentation du Ka à la presse spécialisée espagnole

17/10 Visite de Leurs Majestés le Roi et la Reine d'Espagne (20e anniversaire) Le roi et la reine d'Espagne (20e anniversaire)

17/10 Inauguration du parc industriel des fournisseurs "Rey Juan Carlos I".

1997

30/7 Le 9 millionième moteur est fabriqué

1998

20/7 Obtention de la certification ISO 14.000

31/7 Production de l'Escort 1,5 million (Fin de la production de l'Escort)

Entrée en production du 31/8 Focus (CW-170)

11/13 Production du 6 millionième véhicule

25/11 Présentation du Focus à la presse spécialisée espagnole

1999

05/5 Obtention de la certification QS 9000

16/9 L'usine de moteurs reçoit la certification Quality Connection

07/10 Lloyds Bureau Register décerne à l'usine d'Almussafes le "Green Flag" qui sanctionne l'obtention de la certification de la norme internationale ISO 14001.

12/11 Annonce officielle de la production du moteur I4 à Almussafes

2000

24/7 Le 10 millionième moteur est fabriqué

29/11 La conférence européenne sur l'environnement se tient à l'usine.

2001

05/3 Annonce officielle de la production du nouveau modèle Fiesta et du nouveau modèle Mazda plate-forme B à Almussafes

Août Obtention de la recertification ISO 14.000 - Lloyd's Register (2ème audit)

2002

4/29 1ère Fiesta de 5ème génération fabriquée

17/6 La millionième Ka est fabriquée

01/10 Sortie du premier moteur Duratec-HE

06/10 Début de la troisième équipe de fabrication dans le secteur des véhicules.

2003

20/1 Début de la production de la Mazda2

04/9 Reçu le prix européen de la sécurité sur le lieu de travail pour V.O. + P.T.O. pour l'année 2002

25/9 Science Museum : Inauguration de l'exposition "Ford : One Hundred Years of Automobiles".

2004

08/4 La millionième Focus est fabriquée

01/6 Fabrication du 8 millionième véhicule

10/21 Obtention de la recertification ISO 14.000 - Lloyd's Register (3ème audit)

2005

10/1 1ère Focus (C-307), 5 portes, 2ème génération, fabriquée

07/2 1ère Focus (C-307), 4 portes, 2ème génération, fabriquée

2006

19/1 4 millionième Focus européenne produite

17/10 30e anniversaire de Ford Espagne et 10e anniversaire du parc industriel des fournisseurs "Rey Juan Carlos I".

10/11 Fabrication du 9 millionième véhicule

2007

30/5 Visite du ministre de l'Industrie, Joan Clos

22/6 La dernière Mazda2 est fabriquée

28/6 Lancement du nouveau moteur Duratec-HE 2.3i 161hp

12/12 Remise de la certification environnementale intégrée à Ford España

2008

02/1 1ère Focus de 3ème génération (CB 4) produite

04/2 Visite de la 1ère vice-présidente du gouvernement, Mª Teresa Fernández de la Vega

03/7 Fabrication du 1 millionième moteur Duratec-HE

25/7 Le dernier Ka est fabriqué

26/9 La dernière Fiesta de 5ème génération fabriquée

2009

21/1 1ère Fiesta 6ème génération fabriquée

10/28 10 millionième véhicule produit

2010

23/8 Le nouveau Ford C-MAX Compact entre en production

17/9 Le nouveau Ford Grand C-MAX entre en production

2011

29/7 Fin de la production de Focus

21/10 Visite de l'usine par Alfredo Pérez Rubalcaba, 1er vice-président du gouvernement espagnol

22/11 La 5 millionième Fiesta produite à Almussafes depuis ses débuts en 1976

2012

11/7 Production du 2 millionième moteur Duratec-HE

03/12 Début de la production du nouveau Ford Kuga

2013

30/9 Transit et Tourneo Connect entrent en production

2014

18/2 11 millionième véhicule produit

04/7 Fin de la production du Grand C-MAX

01/8 Fin de la production du C-MAX

08/9 La Mondeo entre en production

2015

05/2 Visite de l'usine par Mark Fields (PDG de Ford) et Mariano Rajoy, président du gouvernement espagnol

20/5 Les Ford S-MAX, Ford Galaxy et Ford Mondeo Vignale entrent en production.

2016

24/6 La Ford S-MAX Vignale entre en production

25/10 40e anniversaire de l'usine Almussafes

Si un pistonudo n'a rien prévu pour le week-end, voici une suggestion : pour commémorer cet anniversaire, la Cité des arts et des sciences accueillera une exposition qui passera en revue les 40 ans de Ford Espagne à travers des photographies reflétant la trajectoire de l'entreprise au cours des quatre dernières décennies et une sélection de modèles de la Ford Fiesta. L'exposition peut être visitée jusqu'au 2 novembre.

Félicitations à Ford, à ses employés à Almussafes et à toutes les entreprises auxiliaires qui s'y trouvent. Grâce à eux tous, 40 ans de succès ont été atteints pour cette usine, et nous espérons qu'il y en aura encore beaucoup d'autres.

Ajouter un commentaire de Ford Almussafes, le moteur de Valence depuis 1976
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.