pistonudos.com

De la silhouette de la Silvia et de la Skyline aux Nissan 85V et 86V en passant par la première du Mans.

Vous vous souviendrez que Nissan avait décidé de se débarrasser de sa marque Datsun et d'appeler ses voitures sous sa propre marque à partir du milieu des années 80. La décision est prise en 1981, et si aux Etats-Unis le projet GTP ZX-T est soutenu pour conquérir le championnat IMSA GTP, en Europe une autre stratégie doit être trouvée. Il s'agissait d'essayer de gagner une place dans le Championnat du monde d'endurance de la FIA, qui se déroulait selon les règles du Groupe C.


La première idée de Nissan pour concourir au Mans a été de convertir l'une de ses voitures de course du championnat de la silhouette japonaise aux spécifications du Groupe C.

Le championnat de "super silhouette", connu sous le nom de Fuji Super Silhouette Series, battait son plein au Japon à l'époque. Il se tenait depuis 1979, autour des voitures du Groupe 5 de la FIA, des "voitures de série lourdement modifiées", qui n'avaient en fait que peu ou rien à voir avec les voitures de route auxquelles leur esthétique faisait référence.

Nissan a fait ses débuts dans le championnat avec la silhouette de la Silvia en 1981. Partant d'une Silvia S110 "conventionnelle", Nissan a coupé le châssis et l'a remplacé par une structure tubulaire, tout en développant une carrosserie Mooncraft avec d'énormes spoilers pour améliorer l'appui aérodynamique. Le cœur du coupé a été remplacé. On a pris comme base le bloc Nissan Violet A10, le LZ20, un moteur de deux litres de cylindrée réparti entre quatre cylindres, auquel on a ajouté la suralimentation par un turbocompresseur AirResearch T05B, un système d'injection mécanique Lucas et un énorme intercooler. Ainsi, le bloc délivrait 570 chevaux aux roues arrière. La fiabilité ne devait pas être un problème, puisque c'est le moteur qui avait propulsé Nissan vers la victoire avec ses voitures du Safari Rally à plusieurs reprises.


La Silvia S110 impressionne les Japonais, et Nissan décide d'utiliser la voiture de base pour promouvoir d'autres modèles Nissan. Partageant châssis et mécanique, la silhouette Bluebird Turbo et la silhouette Skyline Turbo sont nées au cours des saisons suivantes, créant ce qui sera connu au Japon sous le nom de "Nissan turbo armada".

Au début des années 1980, Nissan a présenté trois Super Silhouettes dans le championnat japonais du groupe 5, avec d'énormes ailerons et des moteurs quatre cylindres turbocompressés.

Le succès local étant garanti, nous en revenons à ce que je vous ai dit plus haut : Nissan voulait être compétitif en Europe, et avait ces voitures sur leur marché local, remportant des victoires. Le succès de Porsche avec les 935 du Groupe 5 a encouragé les Japonais à tenter un assaut au Mans avec la silhouette de la Skyline Turbo, mais lorsqu'ils ont essayé de l'implanter en Europe, le championnat avait évolué vers le Groupe C et la voiture était clairement plus lente que la Porsche 956, si bien que la société a mis fin à la tentative et n'a jamais fait une apparition au Mans avec elle.

Un plan entièrement nouveau a dû être élaboré, et la même approche a été utilisée pour la GTP ZX-Turbo : avoir un fournisseur de châssis-corps éprouvé, et l'équiper d'un moteur " maison ". Le fournisseur du châssis sélectionné était March.

L'idée originale de Nismo était d'utiliser une de leurs super silhouettes au Mans, mais elles manquaient de vitesse.

La société britannique travaillait depuis 1982 sur une série de prototypes Group C et GTP qui se comportaient bien, grâce à un design du brillant Adrian Newey. La voiture originale, connue sous le nom de 82G, était une évolution de la monocoque en aluminium utilisée dans la BMW M1C que Newey avait conçue pour la marque bavaroise, mais rapidement abandonnée par celle-ci. Le projet évoluera vers la March 83G, et Nissan acquerra un châssis sur lequel il implantera le moteur LZ20B/T de sa silhouette, créant ce qu'ils baptiseront la même année Silvia 83G.


Entre 1983 et 1985, la voiture disputerait successivement les 1000 kilomètres de Fuji et Suzuka, avec des résultats peu encourageants, mêlant des abandons dus à des problèmes de moteur à un manque de compétitivité face à la poussée de la Porsche 956. Pour être compétitif, Nissan a mis plus d'argent en mars, et a été réalisé avec les châssis 85V et 86V avec l'idée de prendre le départ au Mans 1986, la première participation de la société aux plus importantes 24 Heures de la planète.

Nissan a acheté un châssis 83G à March, l'a rebaptisé Silvia 83G et l'a équipé du moteur Silhouette. Il l'a utilisé dans les épreuves d'endurance japonaises du championnat du monde d'endurance contre les Porsche 956 et autres.

Pour résoudre le problème du manque de performances et de fiabilité, Nissan a repris le moteur GTP ZX-T, le VG30T dérivé de la Nissan 300ZX street car, et l'a installé avec ses 680 chevaux dans les deux châssis. La 85V était une évolution aérodynamique plutôt discrète de la 83V, tandis que la 86V était une voiture beaucoup plus moderne, mais moins éprouvée. La 85V arrive également au Mans avec une victoire importante derrière elle, après avoir dominé avec ce nouveau moteur (elle avait débuté d'abord avec le quatre cylindres moins fiable) les mille kilomètres de Fuji en 1985, aidée par une pluie diluvienne que les constructeurs européens n'ont pas pu supporter car ils n'avaient pas les bons pneus.

Le nouveau châssis 86V promettait beaucoup, mais a montré des problèmes de jeunesse lorsqu'il était associé au V6 six cylindres de Nissan.

La 86V était un châssis que March avait développé avec l'argent de Nissan et de BMW. La société bavaroise avait l'intention d'utiliser la voiture dans le championnat nord-américain IMSA GTP, tandis que Nissan allait concentrer ses efforts sur les épreuves européennes.


La 86V était beaucoup plus compétitive lors des qualifications du Mans que sa sœur 85V, mais en course, l'association moteur-châssis ne fonctionnait pas, et une vibration dans le six cylindres commençait à se développer, ce qui a fini par mettre la voiture hors course. La R85V a été laissée pour défendre l'honneur des débutants, et elle l'a fait avec une respectable 16ème place, ayant fait le neuvième tour dans certaines phases de la course, mais 83 tours derrière la Porsche 962 gagnante.

La 85V terminera 83 tours derrière la Porsche 962 gagnante au Mans.

Outre le résultat discret au Mans, qui incitera l'entreprise à redoubler d'efforts lors des prochaines saisons, Nissan maintiendra la 85V active dans les courses locales, où elle commencera à installer une évolution du moteur VG30T qui arrivera finalement en production. Il s'agissait d'une variante à double turbocompresseur.

L'idée était de monter deux turbocompresseurs plus petits, ce qui permettrait de résoudre en partie le problème de décalage du moteur d'origine, tout en fournissant plus de puissance. Le résultat était brutal : plus de mille chevaux-vapeur.

Le retour d'Alfa Romeo : de la 1900 à la Giulia




Ajouter un commentaire de De la silhouette de la Silvia et de la Skyline aux Nissan 85V et 86V en passant par la première du Mans.
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.