pistonudos.com

Audi remporte les 24 heures du Nürburgring les plus serrées de l'histoire.

Le fait est que l'Audi R8 précédente a mis du temps à devenir une voiture vraiment valable pour les courses d'endurance. Elle avait réalisé des temps vraiment remarquables au Nürburgring, prenant les premières places sur la grille, mais ses problèmes électriques étaient nombreux jusqu'à ce qu'Audi les résolve et parvienne à remporter la course mythique de la Nordschleife pour la première fois.

Mais cette année 2015 nous a encore surpris. Avec l'équilibre artificiel des performances fixé par l'ADAC, pratiquement toutes les voitures de pointe de la catégorie SP9 (la FIA GT3) ont roulé plus ou moins de la même manière d'un tour à l'autre, mais au final, nous avons vécu une lutte entre BMW et Audi, avec Mercedes-Benz en spectateur de luxe, et avec une Porsche 997 étonnamment compétitive.


Le début de la course a été dominé par BMW et Mercedes, mais les "ailes de mouette", qui seront remplacées l'année prochaine par la toute nouvelle Mercedes-AMG GT3, ont eu les problèmes habituels en termes de consommation de pneus et de carburant, devant s'arrêter plus souvent que leurs rivaux, et montrant plus de difficultés à maintenir un rythme constant au tour par tour. Ainsi, bien que dans la première heure de course ils aient donné le sentiment qu'ils allaient être dans la lutte pour la victoire finale, ils ont fini par sombrer progressivement.

La chose a été une lutte entre la nouvelle Audi R8, le vétéran BMW Z4 GT3, qui a également affronté sa dernière course avant sa retraite en faveur de la M6 GT3, et la horde de Porsches 911 997 GT3, parmi lesquelles s'est distinguée de manière inattendue l'équipe Frikadelli (Sabine Schmitz et compagnie) qui est venue mener la course. Mais avant qu'il ne fasse complètement nuit, une pluie diluvienne a fait irruption sur la piste et a tué les espoirs des Porsche rouge et blanc, lorsqu'elles sont sorties de la piste et se sont écrasées, alors qu'elles roulaient en pneus slick pendant que leurs rivales passaient en pneus pluie.


Certaines nouvelles R8 LMS ont commencé à accumuler les problèmes. L'un d'entre eux est sorti par accident, un autre a brûlé son système électrique et a dû passer quelques bonnes heures dans les stands pour le réparer... La lutte se réduit, et la BMW Z4 la mieux placée, la pole, le numéro 26, a également brûlé ses options dans un incendie dans les stands. Le feu a également touché l'Audi qui allait finalement gagner la course lors d'un ravitaillement en carburant. Dans les deux cas, le fait de déplacer la voiture alors que le tuyau d'essence était encore bouché a provoqué un déversement d'essence qui, en atteignant les zones chaudes de la voiture, a fini par prendre feu. La BMW était plus endommagée et a perdu du temps dans les stands.

La course s'est résumée à une bataille frontale entre l'Audi R8 LMS n°28 et la BMW Z4 n°25. Curieusement, l'Audi s'est arrêtée et a mis le feu à ses plaquettes de frein lors d'une deuxième alerte, ce qui a semblé la mettre hors course pour la victoire. Mais une réparation rapide de l'extincteur a permis de régler le problème et de le remettre sur la bonne voie. Tour après tour, il semble contrôler la distance avec la BMW Z4 au millimètre près. Après 19 arrêts aux stands pour les deux voitures, le drapeau à damier est tombé, et la distance entre l'Audi gagnante et la BMW était d'un peu plus de 40 secondes, record de la plus courte distance dans l'histoire de cette course.

La troisième marche du podium général est revenue à la Porsche 911 GT3 #44, démontrant que l'équilibre artificiel de la performance ADAC atteint son objectif : rendre compétitive une voiture comme la Porsche 997, en mains privées, et complètement décalée par rapport à ses rivales. Nous devrons voir ce qui se passera l'année prochaine avec Mercedes, BMW et Porsche qui lanceront de nouvelles machines GT3 devant la R8 LMS déjà surélevée. Nissan, quant à elle, a dû se contenter de placer une voiture dans le Top 10, sans avoir à aucun moment la capacité de se battre pour la victoire par le rythme. Et la voiture n°35, avec Lucas Ordoñez au volant, s'est classée neuvième, certes, mais son meilleur tour était à neuf secondes des meilleurs tours des gagnants, démontrant un manque de vitesse qui a également été ponctué par un arrêt aux stands supplémentaire. La GT-R a besoin d'une autre modulation dans la balance de performance ADAC pour être compétitive.


Bentley, qui faisait ses débuts aux 24 heures du Nürburgring, a obtenu une bonne huitième place, après un week-end au cours duquel la Continental GT3 préparée par M-Sport s'est montrée relativement rapide, mais très gourmande en pneus et en carburant (elle s'est arrêtée quatre fois plus que les leaders de la course).


Quant aux catégories secondaires, il faut souligner une année de plus l'excellent travail de Subaru, qui a remporté une année de plus la catégorie SP3T avec la voiture la plus proche de la série de cette catégorie, cette année très peu compétitive, il faut le dire. Bien sûr, l'exploit de Subaru n'était pas de gagner le SP3T, mais de placer la voiture SP3T en 18ème position au classement général, un exploit vraiment considérable, en terminant toute la course avec seulement 18 arrêts aux stands, avec un rythme constant et régulier. Parmi ses pilotes figurait d'ailleurs Tim Schrick, le célèbre présentateur allemand du salon automobile DMax.

Une mention spéciale est également décernée à l'Opel Manta de l'équipe Kissling. La désormais légendaire voiture de course à la "queue de renard" a réussi non seulement à terminer la course, mais aussi à remporter la catégorie SP3... Pas mal pour une voiture de trente ans, n'est-ce pas ?

Nous verrons si l'année prochaine nous pourrons ramener la narration en direct des 24 heures pour vous tous.

Ajouter un commentaire de Audi remporte les 24 heures du Nürburgring les plus serrées de l'histoire.
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.