pistonudos.com

Vers l'idiotisation technologique des voitures

Avant de poursuivre, permettez-moi de faire un bref retour en arrière dans le monde de l'informatique, où nous avons quelques années d'avance. Très tôt, la programmation était une tâche très complexe, qui était entre les mains d'experts, et des langages de bas niveau étaient utilisés. En d'autres termes, la programmation était effectuée en tenant compte de la machine sur laquelle vous travailliez.

Au fil du temps, l'accessibilité à un monde aussi sombre et opaque s'est étendue, avec l'arrivée de langages de haut niveau comme le C, ou de très haut niveau, comme Java. En d'autres termes, avec le même code ou très peu de modifications, le même programme peut fonctionner sur des machines très différentes avec des systèmes d'exploitation très différents. C'est ce qu'on appelle l'abstraction en informatique, et cela a encouragé la compatibilité.


Lorsque la compatibilité s'étend et que nous nous éloignons des spécifications fermées, c'est là que les problèmes commencent. Les programmeurs n'ont pas (ou n'ont pas pu) tenir compte de toutes les casuistiques possibles, de sorte que l'efficacité des programmes a commencé à tomber en dessous de 100 %. La probabilité d'échec a commencé à augmenter, une chose menant à une autre.

Les systèmes informatiques les plus sûrs et les plus stables se trouvent généralement dans des entreprises telles que les banques. Il y a eu des cas de programmes qui ont fonctionné pendant 30 ans (ou plus), et qui n'ont pas osé changer parce que celui qui les a conçus a pris sa retraite ou est décédé. Et si quelque chose fonctionne, il est préférable de ne pas y toucher. Il s'agissait de programmes qui pouvaient fonctionner pendant des années et des années sans échouer, ou avec des taux d'échec négligeables.


Aujourd'hui, l'informatique, ça craint. Nous payons 70 euros pour des jeux incomplets qui nécessitent des mises à jour quasi constantes. Nos téléphones portables, ordinateurs, consoles de jeux... sont devenus dépendants d'Internet, car ils ont besoin d'être constamment mis à jour. Dans le cas contraire, ils peuvent même cesser de fonctionner.

Et tu sais pourquoi on a besoin de se mettre à jour autant ? Pour reprendre les mots d'un ingénieur en informatique, parce que vous programmez avec votre cul. C'est aussi simple que cela. Parfois, c'est parce que quelque chose de nouveau a été ajouté, ou une compatibilité avec quelque chose qui a été publié après l'appareil physique. Jusqu'à ce point, nous pouvons comprendre. Le reste est constitué de corrections de bugs, qui relèvent la plupart du temps de la responsabilité des êtres humains qui se trouvent derrière. En théorie, les programmes ne font pas d'erreurs et ne peuvent pas en faire, mais il s'agit d'une situation idéale plutôt que courante.

Si tous les principes du génie logiciel étaient respectés, comme le fait de tester ce qui est vendu, ce serait une autre histoire.

Aujourd'hui, quelqu'un qui ne connaît rien à la programmation peut réaliser, s'il fait un petit effort, une application mobile. Il n'est pas nécessaire d'avoir une connaissance approfondie des entrailles de l'appareil, ni de lire des tonnes de documentation, certaines choses peuvent être faites beaucoup plus rapidement avec la conception assistée (IDE). Il est évident que pour obtenir le meilleur résultat, il faut savoir, et il faut savoir beaucoup.

Les appareils qui ne suivent pas le rythme frénétique des mises à jour deviennent rapidement obsolètes. Un jour, l'assistance prend fin, les mises à jour se terminent et s'il y a des bogues, vous les mangez (vous vivez avec) ou ils restent figés dans le temps. Nous accélérons considérablement l'obsolescence des appareils (matériel) parce que leurs logiciels sont devenus orphelins.


Par exemple, un téléphone portable d'il y a cinq ans, s'il a été laissé sans mises à jour il y a deux ans, peut être un presse-papiers pour de nombreuses tâches, bien que les fonctionnalités de base des appels téléphoniques, SMS, horloge... fonctionnent parfaitement. Je ne parle pas du Pléistocène, mais de 2011. Peu de gens ont la patience et les connaissances nécessaires pour prolonger au maximum la vie utile de certains appareils.

Petit à petit, la même chose va se produire avec les voitures, et j'en ai une peur bleue. Un jour, l'assistance et les mises à niveau prendront fin, et les systèmes deviendront pratiquement inutiles. Le système Intellilink d'Opel en est un excellent exemple. Il est sorti en 2013, et en 2015, il a été condamné à la mort numérique. Il est sorti à moitié cuit, et ne sera jamais terminé. Et je sais de source sûre que ceux qui ont payé 1 000 euros pour ce concept s'organisent pour aller en justice, pour cette histoire de publicité mensongère. Comme il s'agit d'un système fermé, il ne peut pas non plus être amélioré en dehors d'Opel.

Actuellement, l'un des systèmes qui devient le plus rapidement inutilisable est celui des navigateurs. Ils nécessitent des mises à jour de la carte, et dans le cas où le fabricant daigne en fournir une, la mise à jour peut coûter 150 euros. Nous parlons d'appareils qui coûtent bien plus de 3 000 euros dans certains cas. Dans de nombreux dossiers de presse, il est indiqué que le dernier modèle de navigateur sera mis à jour pendant cinq ans, puis payant, jusqu'à ce qu'ils cessent de les sortir.


Permettez-moi de m'écarter du sujet, parlons des classiques. Même si, il y a 15-30 ans, le fabricant les a déjà abandonnés, s'ils ont été entretenus, ils fonctionnent et peuvent être utilisés sans -presque- aucune restriction. Ils ne répondent pas aux normes de sécurité ou d'émissions, mais à l'époque, ils étaient conformes à ce qui était disponible. Certains fabricants ont cessé de fournir des pièces, mais d'autres entreprises les fournissent tant qu'il y a une demande. Quand les pièces de rechange seront épuisées, mauvaise chose, nous devrons faire appel à l'artisanat, ou à la mise au rebut. Cela ressemble à ce qui se passe avec l'électronique, mais nous parlons d'une durée de vie utile beaucoup plus longue.

Dans les premières voitures de presse haut de gamme que j'ai eues, il y avait parfois une pré-installation pour téléphone portable, mais d'une marque et d'un modèle très spécifiques. C'est une pièce inutile, sauf si le Sony Ericsson ou le Motorola fonctionne encore. On en a tiré une leçon. Aujourd'hui, il existe essentiellement deux systèmes de charge, le MicroUSB et l'iPhone, et le système Bluetooth assure une compatibilité quasi totale entre les téléphones et les voitures. Jusqu'à ce qu'une nouvelle norme sorte et que tout parte en vrille.

Regardez ce qui s'est passé avec la télévision analogique : soit vous achetiez une TNT, soit vous cessiez de recevoir la télévision. C'est ce qui se passe avec la radio, mais beaucoup plus lentement, car il existe déjà la DAB (radio numérique terrestre) et l'abandon de l'analogique prend plus de temps à arriver. Plus une technologie est établie, plus il est difficile de faire le saut vers la suivante. Pendant ce temps, la radio AM continue de fonctionner, et on peut l'entendre à des centaines de kilomètres avec clarté, à moins de passer sous des câbles à très haute tension. Parfois, la chose la plus simple fonctionne le mieux, et le plus longtemps.

L'autre jour, j'ai mentionné dans le premier test de l'Audi A4 que certains modules sont évolutifs à l'avenir, précisément pour éviter cela. Jusqu'à ce qu'Audi cesse de la conserver, et si les spécifications ne sont pas communiquées au public (ce que je n'attends pas d'eux), la voiture comportera davantage d'éléments inutilisables. Et cela peut se produire dans absolument toutes les marques.

Il y a des mises à niveau qui sont viables avec une technologie de pont. Par exemple, nous pouvons encore utiliser une radio du début des années 90 avec les dernières technologies sonores - même la musique sur Internet - pour autant qu'elle fonctionne avec des changeurs de CD. Vous adaptez un connecteur et le signal, et il est toujours opérationnel. D'autres améliorations n'ont aucun sens, parce que le câblage est incompatible, qu'il ne peut pas traiter autant d'informations ou qu'il est économiquement impensable d'apporter cette amélioration.

Aujourd'hui, les plateformes mobiles dominantes sont l'iPhone (Apple) et Android (Google). À la vitesse à laquelle tout évolue, dans seulement 10 ans, ils peuvent être totalement obsolètes et abandonnés. Il suffit de regarder ce qui est arrivé à Nokia, qui est passé du leadership total de la technologie mobile à l'insignifiance. Une voiture de modèle récent, compatible avec ces plates-formes, sera pratiquement inutile dans ce sens lorsque la technologie suivante sortira.

Si nous allons dans l'autre sens, assurer une compatibilité perpétuelle peut être une grave erreur. C'est ce qui se passe par exemple avec Windows, qui a essayé de maintenir la rétrocompatibilité avec tant de choses, qu'il a atteint un point où le système d'exploitation était une monstruosité de complexité, de bugs et de vulnérabilités. Il fallait faire table rase du passé et proposer quelque chose de nouveau qui rendait l'ancien matériel inutilisable, à moins d'utiliser des émulateurs et autres subterfuges.

Dans les voitures autonomes, mon inquiétude est portée à la puissance n, tant pour la fiabilité, l'utilisabilité à long terme que pour la sécurité logique.

Et tant que je suis sur le sujet des vulnérabilités, c'est un sujet très intéressant. L'internet est de plus en plus utilisé pour les systèmes embarqués, d'abord pour l'info-divertissement, puis pour des choses plus sérieuses comme les conditions réelles de circulation. Le précédent consistant à pouvoir pirater une voiture à distance et faire toutes sortes de conneries au conducteur a déjà été brisé, car il existe des vases communicants entre les zones critiques de la voiture et le monde extérieur. Sans mises à jour constantes, la porte est laissée ouverte, ce qui est très dangereux.

Tesla, en revanche, peut mettre à jour ses voitures à distance et les améliorer sur place... jusqu'à ce qu'elle décide d'arrêter de le faire... jusqu'à ce qu'elle décide d'arrêter de le faire.

Imaginez un instant que les voitures de plus de 20 ans puissent être arrêtées à distance, parce que le constructeur ne dispose plus de mises à jour et que les bogues ne sont pas corrigés. C'est ce qui se passera dans 20 ans, exactement comme cela se présente. Nous dépendons de la bonne foi des fabricants, aucune loi ne les oblige à fournir un support pendant des décennies, même si c'est aussi grave. Ils sont tenus de fournir des pièces de rechange physiques, mais pas logiques.

Même si tous les logiciels sont parfaits (ce qui n'est pas peu dire) et exempts de bogues, ils auront tôt ou tard besoin de mises à jour, et s'il n'y en a plus, la fonctionnalité sera clairement menacée. Et ne pensez pas que les fabricants se soucient beaucoup de ce qu'ils vendaient il y a 20 ans ou plus. Ils nous diront d'acheter le nouveau modèle, et de nous débarrasser du nôtre. Avec une telle mentalité, peu de voitures historiques seraient parvenues jusqu'à nos jours.

Imaginez un instant ce qui se passerait s'il n'y avait pas de pneus de rechange, pas d'additifs pour remplacer le plomb tétraéthyle, et si vous ne pouviez pas changer des choses comme les amortisseurs, les freins, les essuie-glaces et ce genre de choses. Ce serait le chaos total.

Dans un modèle récent, avec toute l'instrumentation sur un écran TFT, lorsque l'écran tombera en panne, le conducteur sera comme en 1910 : il ne saura pas à quelle vitesse il va, ni combien d'essence il lui reste, ni où il va, ni quel bruit il fait, ni qui l'appelle, ni si quelque chose se casse... Ce sera comme conduire une voiture sans instrumentation, telle qu'elle est. Les réparations seront possibles, mais pas bon marché.

Les fabricants, en toute honnêteté, essaient de rendre leurs conceptions plus durables dans le temps et de réduire les taux de défaillance en utilisant des composants de meilleure qualité et plus coûteux que ceux habituellement utilisés dans l'industrie technologique pure et simple. Ils sont moins sujets à l'obsolescence programmée. Le deuxième investissement le plus coûteux que les gens ont tendance à faire dans leur vie est censé durer longtemps, mais l'habitude d'allonger la durée de vie utile des voitures n'est plus ce qu'elle était. La crise a ralenti le processus ou l'a temporairement inversé, jusqu'à ce qu'elle passe.

Regardez ce qui s'est passé à Cuba. Des gens ont gagné leur vie pour maintenir les voitures en circulation par tous les moyens possibles : utilisation de pièces de camion, de moteurs russes, de plomberie artisanale... et de véritables monstruosités circulent. Si tu veux, tu peux mais... ufff. Dans le premier monde, les consommateurs sont responsables, nous voulons le dernier cri et méprisons le "vieux", et les fabricants en ont pris note.

Nous nous sommes habitués à ce que les appareils durent peu de temps et à les remplacer par de nouveaux parce que cela ne vaut pas la peine de les réparer. Cela s'est répercuté sur tous les appareils électroniques grand public, même s'ils sont estampillés d'une pomme en aluminium et coûtent deux ou trois fois plus cher. Allons-nous permettre aux voitures de devenir elles aussi des appareils ? Laissons-leur du temps. En outre, la possession d'une voiture va devenir de moins en moins populaire, les formules "plus vous l'utilisez, plus vous payez" sont déjà là.

Revenons au cas d'Opel. Pour l'instant, c'est à peine perceptible, mais de nombreuses personnes pourraient leur tourner le dos la prochaine fois qu'elles voudront acheter une voiture, pour avoir créé un précédent en vendant une technologie à moitié au point et en ne la laissant pas fonctionner. Pour une pièce d'une valeur de 1 000 euros. Si les consommateurs ne punissent pas ceux qui sont négligents avec leur produit déjà vendu (après-vente), cela se reproduira, et ainsi de suite jusqu'à ce que nous l'acceptions tous, et que cela devienne normal.

Avant de vous dire au revoir, je tiens à vous donner un autre avertissement, à savoir que lorsqu'un produit est si dépendant des mises à jour, ses créateurs ont beaucoup plus de contrôle sur lui, comme je l'ai signalé dans un article précédent. Une grande entreprise a failli sortir une console qui nécessitait une connexion Internet pour fonctionner, mais les consommateurs n'ont pas franchi le pas. S'ils l'avaient fait, un jour un serveur serait fermé, et des millions de consoles deviendraient des objets de décoration vintage.

Mon conseil est donc le suivant : avant d'acheter tout système avancé dans nos voitures, nous devons demander les conditions légales par écrit. Vous devez savoir combien d'années de maintenance seront garanties, ou combien coûteront les mises à niveau, et s'il existe des cas flagrants d'obsolescence planifiée dans le passé du fabricant.

Dans le monde de l'informatique, lorsque j'achète quelque chose, je suis très conscient de l'importance du soutien apporté aux produits "hérités". Cela me donnera une idée de la durée de vie utile de ce que j'achète, c'est-à-dire du moment où j'aurai jeté mon argent par les fenêtres. Je suis peut-être bizarre, mais j'aime bien utiliser les choses le plus longtemps possible, pour des raisons économiques et environnementales. Même le papier toilette, bien emballé, peut avoir une durée de vie bien plus longue que certains gadgets électroniques qui dépassent les 2 000 euros et dont le rythme d'utilisation est régulier.

Certains fabricants voudront nous prendre pour des idiots, dans nos mains il faudra leur donner la raison, ou récompenser avec notre argent ceux qui font les choses bien. Je ne parle pas de garder les voitures jusqu'à la retraite, mais il ne faut pas non plus accepter l'idée de plus en plus répandue qu'une voiture à cinq ans est déjà à moitié inutile, et dans dix ans, complètement inutile et qu'il faut la jeter. Cette mentalité conduit la civilisation humaine et la société de consommation vers la perdition.

Ajouter un commentaire de Vers l'idiotisation technologique des voitures
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.