pistonudos.com

Volkswagen a-t-il touché le fond et y a-t-il une lumière au bout du tunnel ?

Tout d'abord, le scandale des émissions de CO2 falsifiées et de la consommation homologuée avec tricherie n'a pas fait grand bruit. On a d'abord parlé de quelque 800 000 unités, et elles sont très nombreuses, mais finalement la chose est restée à 36 000 (du moins, pour l'instant). Il y a eu peu de modèles, neuf différents au total, et avec des différences d'homologation de 0,1-0,2 l/100 km. En d'autres termes, l'entreprise elle-même a été trop alarmiste dans une tentative de transparence.


On peut également y voir une stratégie commune en matière de communication, qui consiste à annoncer une mauvaise nouvelle, puis à en annoncer une autre beaucoup plus douce, de sorte qu'il y a un effet positif, et que la chose est adoucie. En l'absence d'autres voix faisant autorité pour le réfuter, nous devons croire ce que dit la société. 36 000 voitures seulement ? Pour le volume traité par Volkswagen AG, premier constructeur européen (et de loin), c'est un non-sens.

Deuxièmement, le Kraftfahrt-Bundesamt (KBA) - l'autorité fédérale allemande chargée des transports - a approuvé les solutions techniques proposées pour les moteurs TDI à rampe commune de la famille EA189. Je fais bien sûr référence à cette famille de moteurs qui, lorsqu'ils sortaient des conditions très spécifiques des tests de gaz de l'Union européenne, émettaient des oxydes d'azote à la pelle.

À l'heure actuelle, des études indépendantes telles que celles menées par Deutsche Umwelthilfe indiquent que Volkswagen est loin d'être le seul constructeur dont les moteurs s'emballent en émettant des gaz toxiques lorsqu'ils ne sont pas dans les conditions exactes du test officiel. Jusqu'à présent, l'Opel Zafira Tourer 1.6 CDTI, le Renault Espace 1.6 dCi et la Mercedes-Benz C 200 CDI (Euro 5) sont en panne. Et d'autres sont à venir. La KBA doit vérifier tout cela, et huy comme il en ressort la même chose... Pour l'instant les services de communication contre-attaquent : ce ne sont pas des tests fiables, pour savoir comment ils ont été faits, ne les partagez pas, blablabla....


Heureusement pour Volkswagen, ils ne sont pas les seuls...

De plus, pour le plus grand bonheur du public, ce malheureux épisode nous a fait prendre conscience que les petits chaudrons que l'on remplit désormais volontiers à 90 centimes le litre sont les principaux responsables de l'air vicié que nous respirons dans les grandes villes. Selon les sources du Parlement européen, cela entraîne la mort directe de plus de 75 000 Européens chaque année, soit bien plus que le nombre de personnes tuées dans des accidents de la route.

Le lobby industriel européen sera bientôt confronté aux tests RDE (Real-World Driving Emissions), dont les résultats seront publiés en 2016 à titre indicatif, et en 2017 officiellement. Les constructeurs PSA Peugeot Citroën et General Motors ont été les premiers à dire qu'ils allaient aller au-delà de l'obligation légale et donner une consommation réaliste.

En sortant les voitures du laboratoire, elles vont logiquement consommer plus et polluer plus. Un comité technique de la Commission européenne a proposé de relever les limites d'émission de NOx de 80 mg/km (Euro 6) à plus du double, soit 168 mg/km. La proposition s'est heurtée au Parlement européen, qui l'a stoppée et qui, en janvier, pourrait l'abroger complètement à moins qu'une majorité simple ne se dégage. Ne pas autoriser les diesels à polluer davantage, les fera disparaître du marché des dizaines de fois à partir de 2017. Selon les fabricants, les consommateurs ne paieront pas la différence de prix nécessaire pour les rendre tous légaux.

Pour en revenir à la question de Volkswagen, les 20 milliards d'euros qui ont été levés auprès de 13 banques couvriront tous les coûts de réparation des moteurs, les amendes, les pénalités et certaines poursuites judiciaires. Pour l'instant, nous ne savons pas jusqu'où peut aller la pluie de plaintes, mais nous ne sommes pas aux États-Unis. S'il y avait un recours collectif ici, les nœuds des cravates seraient loin de la gorge des dirigeants. Et il reste à voir ce qui se passe dans ce pays, où l'on parle "seulement" d'un demi-million et quelques de voitures, de tous les camions-citernes qu'ils ont vendus depuis 2008.


En Europe, ils sont plus de 10 millions, mais peu à peu, ils seront "légalisés". Le 2.0 TDI CR sera corrigé en premier, puis le 1.2 TDI CR ; une demi-heure de reprogrammation suffit. Les 1.6 TDI CR, qui en dehors de la "repro" ont besoin d'un filtre dans l'admission, commenceront à être réparés pendant l'été, et cela prendra moins d'une heure. Donc, progressivement, Volkswagen va réduire les mauvaises odeurs. Rien que pour esquiver la crise des autorisations de CO2, le palmarès s'arrêtera à 3 000 millions d'euros, ce qui n'est pas rien.

Dans plus d'une des usines des concurrents, on craint sûrement que le scandale ne les éclabousse aussi. Une ONG appelée International Council on Clean Transportation (ICCT) est en train de mettre le bazar, et c'est une découverte accidentelle.

Et pour l'instant, les actions de Volkswagen ne sont pas si mauvaises, la valeur marchande d'occasion des voitures du groupe VAG n'est pas exactement au niveau des importations bon marché des années 90, aucun manager n'a été jeté du haut des tours de Wolfsburg, et Raphaël ne se présente pas à nouveau au concours Eurovision de la chanson. Je pense que le pire est passé pour le géant allemand, et s'ils vont lentement et bien, ils peuvent maintenant se remettre de l'impact médiatique et de la crise.

Après tout, cela s'est déjà produit. Aujourd'hui, Toyota est le premier constructeur mondial, et ses millions d'hybrides font plus parler d'eux que l'affaire du Pedalgate ou ses problèmes de qualité. Ford, qui a évité le sauvetage de 2008, est le leader technologique et peu de gens se souviennent - surtout en dehors des États-Unis - du Ford Explorer avec des pneus Firestone. General Motors a été la vedette en 2014 des plus gros rappels de l'histoire de l'automobile et c'est un autre sujet dont on parle déjà peu.


Selon la théorie des deux phases de la communication, de Lazarsfeld et compagnie, le public n'est pas manipulable et possède ses propres critères, mais il a tendance à oublier. Et cela aussi sera oublié. Volkswagen, avant tout cela, était déjà un grand partisan des technologies alternatives, et maintenant, s'ils leur donnent un petit coup de pouce, ils les rendront rentables. Après tout, la Volkswagen Golf est toujours la seule voiture sur le marché qui peut être achetée avec des moteurs à essence, diesel, gaz naturel, électrique ou plug-in essence/électrique. Et cela remonte à loin.

Les Allemands vont renverser la situation, j'en suis sûr.

Actuellement, selon le Financial Times, la plupart des analystes interrogés (33) choisissent de conserver le titre, et la tendance à la sous-pondération (vente des actions) est en baisse. Le prix le plus bas de l'action a atteint 86,36 euros, et maintenant ils sont à 130 euros. Le titre a atteint son plus bas niveau le 5 octobre, deux mois se sont écoulés et le graphique indique un rebond. Quiconque veut investir dans Volkswagen n'est pas un kamikaze maintenant.

De mauvaises nouvelles restent à entendre, notamment sur le front judiciaire et administratif, mais au niveau des consommateurs, un petit coup au niveau des ventes, et peut-être que l'objectif 2018 de dépasser Toyota ne sera pas atteint. Les Japonais se sont déjà remis de leurs catastrophes, des scandales en Amérique du Nord et des catastrophes naturelles en Asie. Ils sont rentables et avancent comme un rouleau compresseur. Volkswagen devra dépenser beaucoup d'argent pour compenser son manque d'éthique commerciale, mais allez, ils n'ont pas été les premiers, exactement. Ils vont s'en sortir, ils ont déjà survécu à la Seconde Guerre mondiale. C'était un broyeur.

Ajouter un commentaire de Volkswagen a-t-il touché le fond et y a-t-il une lumière au bout du tunnel ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.