pistonudos.com

Si c'est votre obligation, ne me vendez pas le vélo.

Mais cela peut toujours être utilisé à l'avantage du fabricant, voire transformé en argument de vente. Les consommateurs aiment qu'on leur donne des arguments qui les confortent dans leurs décisions : "maintenant avec XYZ". Peu importe ce qu'est "XYZ", c'est généralement quelque chose de cool, de plus technologique, de plus sûr... un avantage, wow. Ce que le consommateur ne sait peut-être pas, c'est que cette avance ne provient pas de la bonne foi du fabricant, mais constitue une obligation légale.

Toutefois, il faut reconnaître en toute équité que certains fabricants sont très en avance sur les exigences légales parce qu'ils veulent vraiment être les meilleurs dans quelque chose, ou devancer tout le monde. Parmi les exemples que je vais donner, je reconnaîtrai les fabricants qui, un jour, ont décidé de mieux faire les choses parce qu'ils en avaient envie, et non parce que c'était obligatoire. Les images sont dans ce sens positif, en essayant d'éviter les exemples dans un sens négatif, car je n'ai pas l'intention de faire du sang à des marques spécifiques, mais à tous ceux qui agissent de cette façon.


Jetons un coup d'œil au passé. Quelqu'un se souvient-il de la phrase "Le Model X est recyclable à 85 % ou plus à la fin de sa vie" ? Oui, ils ont fait beaucoup de promesses au milieu de la dernière décennie. Cela est dû à un règlement européen (directive 2000/53/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 septembre 2002) que les États membres ont dû assimiler dans leur législation. Et en Espagne, elle a été intégrée au décret royal 1383/2002, du 20 décembre, sur la gestion des véhicules hors d'usage. Je cite :

Article 9 : Objectifs de la réutilisation, du recyclage et de la valorisation.


1. Les opérateurs économiques se conforment, dans le cadre de leur activité, aux objectifs de réutilisation, de recyclage et de valorisation suivants :

a) Au plus tard le 1er janvier 2006, au moins 85 % du poids moyen par véhicule et par an du nombre total de véhicules hors d'usage générés sont réutilisés ou valorisés, et 80 % ou plus du poids moyen par véhicule et par an du nombre total de véhicules hors d'usage générés sont réutilisés et recyclés.

Pour les véhicules fabriqués avant le 1er janvier 1980, ces pourcentages doivent être supérieurs à 70 % du poids moyen par véhicule et par an pour la réutilisation et le recyclage et à 75 % du poids moyen par véhicule et par an pour la réutilisation et la valorisation.

b) Au plus tard le 1er janvier 2015, au moins 95 % du poids moyen par véhicule et par an sont réutilisés et valorisés. À la même date, au moins 85 % du poids moyen par véhicule par an sera réutilisé et recyclé.

Je trouvais déjà suspect que tant de fabricants soient d'accord sur les 85 % de recyclabilité, il devait y avoir une autre raison. Voilà, les voitures sont devenues plus recyclables grâce à une obligation imposée par l'Union européenne. C'est-à-dire que celui qui a accepté comme argument d'achat que sa voiture soit plus recyclable, non pas qu'il ait été trompé, mais disons que c'est une caractéristique qui tôt ou tard devra être conforme à la tato.


Maintenant, la moto qui nous est vendue est conforme à la norme d'émissions Euro 6. C'est formidable que cela soit fait, car c'est obligatoire. Actuellement, la réglementation à respecter est la deuxième phase, Euro 6b, et cette année, la troisième phase, Euro 6c, va être imposée, ce qui obligera les moteurs à essence à réduire considérablement leurs émissions de particules toxiques. C'est pourquoi les moteurs à essence vont commencer à utiliser des filtres à particules (DPF/FAP), et Mercedes et Volkswagen ont été les premiers à le faire. Mais presque tous les moteurs à injection directe, turbocompressés et à aspiration naturelle devront le faire (il en reste peu).

Dans de nombreux cas, cette conformité n'a été donnée qu'en laboratoire, il s'agit donc d'une escroquerie pour le consommateur, qui ne conduit pas dans un laboratoire.

Un phénomène similaire se produit dans le secteur des motocycles. En 2017, il n'est plus possible d'immatriculer les motos neuves qui ne sont pas conformes à la norme Euro 4 et qui ne disposent pas d'ABS ou de système de freinage combiné. Dans les communiqués de presse, il est souvent souligné qu'il s'agit de versions conformes aux dernières réglementations, mais elles y sont conformes parce qu'elles sont obligatoires. Il y a des fabricants, comme KYMCO, qui ont anticipé ce changement de plusieurs mois, même si c'est au prix d'une perte d'argent, car la technologie qui permet le passage d'Euro 3 à Euro 4 a un impact sur le prix des motos. En conséquence, les marges se sont un peu réduites.

Un de nos lecteurs, Manolito Gafotas, s'est plaint dans un article récent que certaines avancées en matière de sécurité ne sont accessibles qu'à ceux qui achètent le modèle le plus cher ou le plus puissant, et que cela ne contribue pas à démocratiser la sécurité. Malheureusement, il a raison, ce qui n'est pas obligatoire prend beaucoup de temps à venir. Les premiers systèmes de freinage antiblocage remontent aux années 1970 dans les voitures, mais ce n'est qu'au XXIe siècle qu'ils sont devenus obligatoires sur les principaux marchés occidentaux. Au départ, il n'était réservé qu'aux voitures haut de gamme, et aujourd'hui, tout pétard du segment A en est équipé de série.


La même chose s'est produite avec le contrôle de stabilité, ce n'est qu'au début des années 90 que cette invention est apparue, une évolution du contrôle de traction des années 80, basé à son tour sur l'ABS. Désormais, l'ESP est obligatoire en vertu de la réglementation européenne. Auparavant, il fallait le mettre dans les finitions de base si l'on voulait opter pour la cinquième étoile EuroNCAP. Il y a dix ans à peine, il était très courant de trouver des modèles sans ESP, même en payant un supplément. Aujourd'hui, si nous voyons une nouvelle voiture sans ESP, la première chose que nous pouvons penser est qu'elle est chinoise.

Les fabricants jouent beaucoup avec ce manque d'information des consommateurs, en marquant des buts. C'est comme si un fils disait à ses parents qu'il réussit tout et qu'il réussit le cours : "Nous pensons que c'est génial, mon fils, c'est ton obligation en tant qu'étudiant". Et nous, journalistes automobiles, devons rappeler au consommateur que ce qui est vendu comme un cadeau ou un avantage concurrentiel n'est que cela, quelque chose qu'il doit faire de toute façon. Mais nous devons faire la distinction entre ceux qui respectent les règles depuis longtemps et ceux qui le font parce qu'ils n'ont pas le choix.

La sécurité de Volvo et Saab à l'aube de l'EuroNCAP me vient à l'esprit. Il faut savoir que les notations EuroNCAP ne sont en aucun cas obligatoires, il s'agit d'une notation privée, les exigences de sécurité de l'UE sont beaucoup plus laxistes. Cependant, les étoiles EuroNCAP font vendre beaucoup. Peu de constructeurs se souciaient de la sécurité en 1997 comme ils le font en 2017. Vous vous souvenez de la "réponse sûre" de Volvo ? Eh bien, ça. Puis elle a commencé à obtenir des notes EuroNCAP 5 étoiles, même avec le prompteur. Et EuroNCAP a resserré ses critères pour éviter cela, afin que l'innovation n'y stagne pas.

Lorsqu'un fabricant se vante de quelque chose, faites attention ! Parfois, ils ont même les couilles de dire qu'ils sont les premiers au monde à intégrer la technologie X, alors que c'est un mensonge ; parfois, ils n'ont fait que la populariser, d'autres fois, c'est parce que les personnes chargées de la documentation n'ont pas fait leur travail de comparaison avec les autres. Le reste du temps, c'est un journaliste qui a pris l'information telle quelle, sans la vérifier, et la marque Y a marqué un but pour ses lecteurs.

Un responsable d'un service de presse m'a dit qu'il adorait que les journalistes reprennent les communiqués de presse tels quels, ce qu'il n'aimait pas, c'est que le copier-coller prenne aussi le pied de page, avec le nom du fabricant, son siège social et le numéro de la page. Ce n'était pas professionnel. Oui, mes amis, il y a eu des cas.

Il convient également de noter que certaines avances ont été incluses avant qu'elles ne soient obligatoires afin de répondre à une autre obligation. Par exemple, Mazda a utilisé la fameuse réduction catalytique sélective (SCR ou AdBlue) pour son moteur diesel sur le CX-7, un SUV vieux de quelques années maintenant, en 2009. Il était nécessaire de se conformer à la norme Euro 5, et non pas que Mazda veuille se conformer plus tôt à la norme Euro 6. En fait, ce moteur n'était pas homologué pour Euro 6, ils avaient déjà arrêté de le vendre.

Il faut être plus critique dans cette vie, il y a beaucoup de voyous qui travaillent dans la communication.

Les fabricants ont tendance à faire le minimum si personne ne les encourage à faire mieux. Il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays où les réglementations anti-pollution sont beaucoup plus douces (c'est-à-dire celles d'il y a plusieurs décennies en Europe), où il n'y a pas de tests NCAP, où les normes sont minimales... Eh bien, ils peuvent continuer à vendre des voitures conçues dans les années 80 et 90 sans aucun problème. Demandez aux Chinois, aux Argentins, aux Iraniens, aux Indiens, aux Sud-Africains... ils ont sur leurs routes des voitures d'apparence neuve qui, ici, sont de la viande de rebut, car les constructeurs les traitent comme des clients de catégorie II ou III.

Mais allons plus près, l'Europe elle-même. Plusieurs fabricants anglais sont allés en enfer pour avoir insisté pour vendre le même genre de produits dont le cycle de vie est plus long que celui du "Hobbit" en vulgaire elfique sans avoir à portée de main un dictionnaire elfique-castillan-léonais-elfe. Grâce à l'avènement de réglementations plus modernes, leurs gammes de produits sont devenues obsolètes, il n'y avait aucun moyen de s'adapter à cela. D'un autre côté, ceux qui font bien les choses ont la vie beaucoup plus facile, avec quelques ajustements, ils peuvent sauter à travers des cerceaux avec dignité.

Il n'est pas toujours facile de lutter contre ces stratégies de communication, à moins de parler de journalistes qui sont constamment au courant de ce qui se passe au niveau réglementaire. J'admets qu'ils ne le font pas, c'est trop de riz, mais ils essaient de séparer le bon grain de l'ivraie, ce qui est une vraie innovation de ce qui est quelque chose d'obligatoire qui est mis en production un peu plus tôt parce que ça coïncide avec leurs calendriers de production... c'est-à-dire que ça les arrange de le faire plus tôt.

Des rappels ? Si c'est pour des raisons de qualité, c'est volontaire ; si c'est pour des raisons de sécurité, c'est presque toujours obligatoire.

Réveillons-nous de notre innocence. Les fabricants ne nous offrent pas la dernière technologie par responsabilité sociale d'entreprise. Ils nous offrent ce qui est nécessaire, en cherchant la rentabilité, et de nombreuses technologies restent dans le tiroir jusqu'à ce qu'elles soient obligatoires ou rentables, ne serait-ce qu'à des fins publicitaires. Il y a moins d'occasions où une avancée est offerte pour que nous puissions tous avancer, et je peux donner un bon exemple : tous les brevets qu'Elon Musk a libérés pour booster le développement de la voiture électrique, et je doute encore que ce ne soit que pour la bonhomie (à long terme ce sera sûrement bon pour lui)....

Ajouter un commentaire de Si c'est votre obligation, ne me vendez pas le vélo.
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.