Michelin CrossClimate, test longue durée (partie 2)

Avec une température moyenne de moins de 7 degrés, les composés d'hiver sont meilleurs, et plus encore ceux d'été. La plupart des Espagnols utilisent normalement des pneus d'été, quelques bizarres envisagent d'utiliser des pneus d'hiver de façon saisonnière, et une autre minorité utilise des pneus "toutes saisons" parce que leur voiture en est équipée de série (comme certains SUV) ou parce qu'ils préfèrent un juste milieu : les pneus ne sont pas à 100% n'importe quel jour de l'année.

C'est pourquoi j'ai décidé d'essayer les pneus toutes saisons de Michelin, les CrossClimate. Après un an d'essais et environ 15 000 kilomètres parcourus, je peux donner quelques conclusions qui sont plus que préliminaires. J'ai affronté des journées ensoleillées, de fortes pluies, de la neige non salée, du grésil... un peu de tout. Voyons si les attentes en matière d'adhérence, de kilométrage, de confort, de polyvalence à longueur d'année, etc. sont satisfaites.


Tout au long de l'été dernier, les pneus se sont comportés presque aussi bien que s'il s'agissait de pneus d'été classiques. Malgré l'agressivité de la bande de roulement, qui ressemble à la roue arrière d'un tracteur, ils ne sont pas plus bruyants, ne s'usent pas rapidement et la bande de roulement de la voiture est pratiquement la même que d'habitude. Même en conduite sportive, ce sont des pneus fiables, ils me préviennent à temps avant que je ne dévie de la trajectoire.

L'effet le plus notable que j'ai commencé à constater avec les nouveaux pneus a été une réduction de la consommation de carburant. L'homologation de ces pneus en dimension 225/45 R17 94W est C, c'est-à-dire à moyen terme. Je venais de retirer de l'essieu avant des roues avec un classement E (largeur 215), et oui, cela a été remarqué. L'été dernier (de juin à septembre), j'ai enregistré une moyenne de 6,22 l/100 km au GPL, contre 6,63 l/100 km pour la même période l'année dernière. Cela représente une économie de 0,4 l/100 km, soit 7 % de moins.


Mais ces données sont plus surprenantes. À la même période en 2014, j'utilisais encore des pneus Goodyear EfficientGrip pour essieu avant, homologués B pour la consommation de carburant, et ma moyenne était alors de 6,05 l/100 km. De plus, ces pneus avaient une largeur de 210 mm. Ainsi, même si les CrossClimate sont 15 mm plus larges et ont une homologation moins favorable, la différence était à peine perceptible. En 2014 et 2015, j'utilisais encore les Goodyear EfficientGrip sur l'essieu arrière, je n'ai donc parlé que des pneus avant, qui sont ce qui a changé.

A l'occasion de l'hiver, il était temps de faire une révision générale de la voiture, les 150.000 kilomètres, et je me suis rendu à mon endroit habituel, la concession Kobe Motor à Villalba. J'en ai profité pour rechercher tout défaut qui pourrait altérer l'usure des pneus. Les mécaniciens de Toyota n'ont trouvé que les plaquettes de frein avant à la limite, qui étaient les plaquettes standard (2009), et ont procédé à la pose de nouvelles plaquettes. Cela permettrait de dissiper tout doute sur l'efficacité des freins au moment de tirer des conclusions. Le reste était en ordre.

Lorsque le temps a commencé à se rafraîchir, bien avant le mois de novembre, la température dans la région est déjà de 7 degrés ou moins, une période où les pneus d'été commencent à perdre plus de performance en raison du durcissement de la gomme. Les matins où il faisait un froid glacial, il y avait une différence notable dans les performances, les CrossClimate se comportant beaucoup plus comme le reste de l'année. La température la plus basse que j'ai vue sur la jauge était de -4°C, et je dirais que j'ai raté le coche en ce qui concerne les pneus. Les pneus Goodyear EfficientGrip ont eu tendance à perdre plus d'adhérence dans les ronds-points et sans conduite rapide ou agressive, ce qui est normal pour des pneus de ce type.


Avec l'homologation hiver, si les chaînes sont nécessaires, avec ces pneus ce n'est pas nécessaire (ni recommandé).

Ce n'est pas une région où la neige est une grande menace, en fait il y a très peu de jours par an où j'ai des problèmes, et c'est un problème très relatif, car le chasse-neige passe généralement avant votre serviteur. Un matin, j'ai trouvé de la neige partout, assez pour avoir des problèmes avec des pneus normaux, mais pas assez pour des chaînes. Le moment a été immortalisé par ce tweet :

J'avais commenté dans mes premières impressions qu'elles étaient silencieuses, mais si vous vous concentrez, vous pouvez entendre un léger bruit lorsque les parois latérales fonctionnent. Gardez à l'esprit que la Prius est un peu plus silencieuse qu'une voiture normale. Il est fort probable qu'un conducteur moyen avec une voiture normale ne remarque même pas ce bruit. Dans tous les cas, il n'est jamais gênant, voire pas du tout perceptible.

Plus tard, j'ai affronté des couches de neige vierge dans des conditions plus compliquées, des rues sans le passage des chasse-neige à Cercedilla, l'un des endroits les plus froids de cette région. J'ai fait le même test qu'avec la Supra avec des pneus 100% hiver, en démarrant en montée pour vérifier son efficacité. La Supra a ensuite gravi les côtes en première vitesse sans aucune difficulté, mais il faut dire qu'elle n'a pas d'assistance électronique à la traction et qu'elle a un différentiel autobloquant.

Avec la Prius, j'ai essayé de monter une côte et la traction était bien pire. Le contrôle de la traction a remarqué une perte de vitesse et a commencé à limiter la puissance du moteur et à appliquer les freins. C'est le même sentiment qu'une fois que j'ai échoué sur le sable d'une plage, avancer était pratiquement impossible. Je dois dire quelque chose qui n'est pas évident : ce n'est pas la faute des pneus, mais de la voiture elle-même.


La Prius 3g est l'une des rares voitures que j'ai conduites qui n'a pas de bouton ou de menu pour désactiver le contrôle de la traction. Cela signifie que je l'ai toujours sur moi, et dans des conditions où vous devez laisser les roues glisser pour vous enfoncer, cette voiture ne peut pas le faire. En fait, une traction avant avec un contrôle de traction intelligent (comme une PSA avec Grip Control) dans son programme neige aurait fait des progrès, car elle permet un patinage contrôlé des roues. J'ai consulté un expert Michelin qui m'a expliqué que j'aurais eu le même problème avec des pneus d'hiver purs.

Je n'ai pas eu ce problème de mobilité à une autre occasion, lorsque je suis tombé sur une rue où le chasse-neige n'était pas passé, avec moins de pente, où je suis entré avec une certaine inertie et où la voiture a avancé sans aucune difficulté, pratiquement comme si j'avais porté des chaînes à ce moment-là. J'avais essayé le plus difficile : à l'arrêt, en montée et avec un antipatinage qui faisait office d'ancre. Le résultat aurait été très différent sans l'assistance électronique, ce qui est arrivé avec l'ancienne Supra.

Un autre test que j'ai fait a été de freiner un peu brusquement sur une couche de neige de quelques centimètres. Le freinage était logiquement plus long que sur un tarmac clair, mais pas aussi long que s'il avait été effectué avec des pneus d'été, où l'ABS aurait laissé le pneu glisser beaucoup plus. En dehors des tests et des situations forcées, je peux facilement dire que je pouvais oublier la température extérieure. Je le ressentais sous la forme d'un froid dans l'habitacle, car la Prius met plus de temps à produire de la chaleur pour le chauffage parce qu'elle a l'habitude de couper le moteur. Le matin, jusqu'à ce que je prenne l'autoroute, je n'ai même pas 50 degrés de liquide de refroidissement, donc logiquement je remarque la rayure. Les roues ne le font pas.

Pendant la période la plus froide, de novembre à fin janvier, j'ai constaté une augmentation de la consommation (6,7 l/100 km), mais je ne peux pas en attribuer la faute aux pneus, mais à la voiture elle-même. J'ai déjà remarqué que dans la Prius la consommation augmente toujours en hiver, et la raison est évidente : le moteur perd plus de chaleur et il faut utiliser plus d'essence (GPL dans ce cas) pour maintenir un niveau adéquat. L'effet est partiellement masqué car je garde le radiateur couvert presque toute l'année, mais le froid s'infiltre par d'autres endroits que la prise d'air avant.

Par rapport aux pneus d'hiver purs, les CrossClimate sont clairement plus silencieux. Il y a également une différence notable dans le fait que le volant est moins rugueux. En d'autres termes, dans mon cas personnel, je n'aurais pas constaté d'avantages notables si j'avais roulé avec des pneus d'hiver classiques, comme ceux d'Alpin que j'utilise sur mon autre voiture : je dépenserais plus, j'aurais plus de bruit et, en termes de mobilité, je resterais plus ou moins comme je suis.

Dès que la température a commencé à se stabiliser à des niveaux plus ou moins printaniers, la réduction de la consommation de carburant a été sensible. Je l'ai aussi remarqué en faisant des voyages longue distance, où je pars généralement très chargé car je partage des sièges dans Blablacar et je n'ai pas la possibilité de consommer peu (plus d'autoroute, moins de ville). De mars à aujourd'hui, la moyenne est tombée à 6,5 l/100 km. Mon pire réservoir, et en lui donnant la canne, je n'ai pas dépassé les 7,8 l/100 km. J'insiste sur le fait qu'il s'agit de GPL, l'équivalent en essence est inférieur à 6 l/100 km.

Permettez-moi de parler un peu des conditions humides, qui sont plus courantes que la neige. Je n'ai jamais conduit sur de la glace pure (et j'en suis reconnaissant). Sur l'eau, ils devraient théoriquement être excellents, car leur note sur l'eau est A, la meilleure du tableau. Et voilà, j'ai profité d'une journée où quelques radeaux se sont formés pour les attaquer à 90 km/h et la direction est restée très stable et sans dévier. Sur l'eau, je roule avec beaucoup de confiance, encore plus qu'avec les Pirelli Pzero Nero que j'utilisais auparavant sur l'essieu avant.

J'ai remarqué un peu plus de sous-virage à la limite ou lors de freinages brusques. Je mets cela sur le compte du fait que j'ai maintenant des pneus plus larges, car j'ai 225 sur les deux essieux, donc il est tout à fait normal que dans ces conditions je sois pénalisé par rapport à des pneus plus étroits comme les Goodyear. La taille standard (215/45 R17) est un peu bizarre et j'ai dû utiliser des tailles compatibles, ce qui n'a pas posé de problème à ITV ou d'avoir une taille avant et arrière (le règlement laissait cela à la discrétion de l'inspecteur de la station).

De toute façon, toutes les voitures vont moins bien quand il pleut et la mienne ne fait pas exception. A défaut de pouvoir faire une mesure plus sérieuse, je m'en tiendrai à "il m'a semblé que", car avec les freins de cette voiture si peu puissants, je n'ai jamais eu la sensation de freiner sur une feuille de papier. Il a sa justification, avec le freinage régénératif c'est que je n'utilise pratiquement pas les plaquettes ou les disques, c'est pourquoi j'ai fait durer 150 000 kilomètres les plaquettes d'origine. En outre, les amortisseurs sont toujours ceux de série, ce qui a également des conséquences lors du freinage.

Quoi qu'il en soit, les jours où il a plu le plus, j'ai utilisé des voitures de presse, donc je n'ai pas parcouru autant de kilomètres que je l'aurais voulu avec ces roues dans ces conditions. Hormis cette impression personnelle, ils se déroulent comme il se doit : très bien. Et cela nous amène à la façon dont ils ont été portés.

Après 15 000 kilomètres, j'ai mesuré une profondeur de sculpture d'environ 6 millimètres sur les quatre pneus, sachant que les pneus avant durent généralement deux fois moins longtemps que les pneus arrière sur ce modèle. J'ai utilisé une jauge à œil, il y a des décimales, mais sur les roues avant le chiffre est légèrement inférieur à 6mm, mais pas tout à fait 5,5mm. Les arrières sont légèrement moins usés. Quant à la bande de roulement, les flancs ont des rainures un peu plus creusées, mais c'est dû à la façon dont je prends les ronds-points... un peu vite si le trafic me le permet.

L'efficacité de la neige est censée commencer à être perdue lorsque la profondeur des rainures est inférieure à 4 mm.

Compte tenu du taux d'usure de mes précédents trains avant, il est fort probable que je puisse aller jusqu'à 50 000 miles sur l'essieu avant, ce qui correspond à la durée de vie des Goodyear, alors que les Pirelli en avaient assez avec environ 30 000 miles (3 mm de rainure). En l'état actuel des choses, cela n'a aucun sens pour moi d'échanger l'avant et l'arrière, l'usure étant très homogène. Je donnerai les données d'usure plus tard, vers 30 000 kilomètres.

Conclusions après un an d'utilisation

De manière plus compacte et résumée, en tant que pneus d'été, ils sont parfaits, et en conditions hivernales, je dispose pratiquement des avantages des pneus d'été et d'hiver, sans les inconvénients de l'un ou l'autre. Sans pouvoir supprimer l'antipatinage, je ne peux pas profiter à 100% des performances qu'offre la bande de roulement sur la neige, c'est une honte.

La consommation de carburant est pratiquement la même que celle que j'avais avec des roues de catégorie énergétique supérieure (B) et avec une largeur inférieure de 15 mm. De plus, en conditions hivernales, les purs estivaux (B) m'ont donné la même consommation que les CrossClimate (C), donc mathématiques à l'appui, les Michelin sont plus efficaces lorsque les températures baissent : la gomme durcit moins, le moteur fait moins d'efforts.

Je n'ai pas remarqué d'effet négatif par rapport aux pneus que j'utilisais auparavant, ni par rapport à l'EfficientGrip (HP) ni par rapport au Pzero Nero (UHP). Que je roule lentement en mode électrique ou que je dépasse facilement les 120 km/h, en toutes circonstances, ils se révèlent être des pneus d'une polyvalence que je n'ai jamais vue depuis que je roule.

Ils répondent à toutes les attentes annoncées par le fabricant, il n'y a pas de piège ni de problème.

Et ils ne sont pas non plus scandaleusement chers ! Le prix recommandé (qui baisse toujours dans la pratique) est de 125 euros par roue selon le site web de Michelin, très dans la moyenne de ce que valent des roues de cette taille (225/45 R17) en taille été. À moins qu'un modèle technologiquement supérieur n'apparaisse, à des fins strictement personnelles, je n'envisagerais pas d'essayer un autre modèle de pneu. Pour l'instant, je peux dire que c'est le pneu idéal pour moi.

Je me demande encore si elles tiendront 50 000 kilomètres ou non, car la bande de roulement centrale tient parfaitement, mais je doute un peu des flancs, ils risquent de s'user plus vite à cause de l'agressivité de la bande de roulement. Je le vérifierai au fur et à mesure de l'avancement du compteur kilométrique. J'ai vérifié les pressions tous les deux ou trois mois, comme ce sont des pneus qui ont peu tendance à se dégonfler, je ne suis jamais descendu en dessous de 2 bars de pression.

A tout cela, ajoutez que je n'ai pas trouvé de commentaires négatifs sur les Michelin CrossClimate, même dans les Forocoches qui en parlent en bien. L'année dernière, ils ont présenté leur évolution, CrossClimate+, avec un composé différent. Je ne vois aucune raison de passer au nouveau composé, bien que j'aie la taille exacte pour ma voiture, ils sont plus chers et n'améliorent ni l'efficacité dans l'eau ni l'économie de carburant, bien qu'il semble que le composé dure plus de kilomètres. Nous verrons.



Ajouter un commentaire de Michelin CrossClimate, test longue durée (partie 2)
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.