pistonudos.com

Michelin CrossClimate, un test longue durée (partie 1)

Il ne faut pas qu'il neige, le froid durcit le caoutchouc et dégrade les performances.

Lorsque la variation des températures est plus importante, il est plus difficile de choisir les bons pneus, car ils seront performants dans certaines conditions, et moins performants dans les conditions opposées. C'est là que les pneus toutes saisons interviennent, ils offrent un compromis acceptable et évitent d'avoir deux jeux de pneus. Je n'ai pas encore essayé ceux qui donnent entière satisfaction sur une voiture de tourisme, et je n'en ai pas une haute opinion. Lorsque Michelin a annoncé un pneu été performant en hiver - avec une certification hiver, bien sûr - la première chose qui m'a traversé l'esprit est que je devais le voir pour le croire.


Lorsque j'ai lu les premiers tests de collègues du secteur, donnant un très bon avis sur eux en conditions hivernales, ma curiosité a commencé à me mordre. Je fais partie de ces Espagnols qui se réveillent dans le froid de la montagne - pas trop froid, mais moins de 7 degrés - et qui se déplacent dans une zone périphérique à forte variation thermique, et qui préfèrent ne pas avoir à garder un autre quatre roues la moitié de l'année à la maison ou dans un entrepôt. Je n'ai jamais mis de chaînes, je n'en ai pas envie, et là où j'habite, il peut neiger quelques jours par an. Mon autre voiture, une voiture de sport, a un jeu pour chaque saison, en hiver je ne conteste pas l'efficacité de ceux d'hiver, et je les recommande avec véhémence.

C'est pourquoi j'ai commencé un test à long terme du Michelin CrossClimate, pour tester ces qualités dans des conditions d'utilisation totalement incontrôlées par le fabricant. Ils sont annoncés comme "le premier pneu d'été Michelin certifié pour l'hiver", avec le badge des trois pics enneigés (3PMSF). Les pneus que j'utilisais sur ma voiture arrivaient à la fin de leur vie utile, et bien qu'ils soient conformes à la loi, j'ai eu une bonne frayeur avec beaucoup de pluie et un peu de précipitation, et j'ai décidé de les remplacer par ceux-ci.


J'ai retiré un jeu de Pirelli PZero Nero à l'avant, excessif pour une voiture comme la Prius (136 cv) et avec un code de vitesse Y (>300 km / h), absurde pour une voiture qui ne dépasse pas 180 km / h ou en descente (limitée électroniquement). Sur l'essieu arrière, les Goodyear EfficientGrip étaient sur le point d'atteindre les 100 000 km sans être changés, et m'avaient rendu un excellent service en quatre ans. Avec une profondeur de bande de roulement d'environ 3 mm sur les quatre pneus, j'ai retiré les Pirelli avec plus de 26 000 km, et les Goodyear avec près de 92 000 km. Si je les avais poussés davantage, ils auraient pu atteindre respectivement 30 000/100 000 km.

Avec cette profondeur de bande de roulement, il y a déjà un risque important d'aquaplaning à plus de 90 km/h, et je peux en témoigner en tant que chrétien. Le minimum légal est de 1,6 mm

Pour la taille standard de 215/45 R17, il n'y a pas de références, j'ai donc dû chercher une taille compatible. J'ai finalement opté pour la 225/45 R17, la plus grande taille disponible, avec une catégorie d'efficacité "C", une adhérence sur sol mouillé "A" et un niveau sonore de 69 décibels. Les indices de charge (94) et de vitesse (W) sont suffisants pour ma voiture, ils ne poseront donc aucun problème au contrôle technique. Trop large pour une Prius ? Pas pour la façon dont je conduis parfois... Les autocollants "Petrol Heads" ne sont pas pour la décoration...


Une fois les roues changées dans un garage de Madrid, j'ai dit au revoir à mes quatre pneus usagés, qui n'ont heureusement pas brûlé à Seseña. Pour être honnête, j'ai préféré leur bande de roulement, la CrossClimate a un design en forme de coin très agressif, qui me rappelle les roues arrière des tracteurs agricoles ; il ne lui manque que le moteur à essence et la boule de remorquage. Michelin affirme - sur la base de données fournies par DEKRA et TÜV SÜD - que cette sculpture garantit de bonnes performances sur le sec et la neige, sans affecter la durabilité du pneu. J'ai déjà la référence que plus de 50.000 km sur l'essieu avant est une bonne durée, ce que l'EfficientGrip a duré, et ce avec beaucoup d'utilisation.

Nous verrons combien de temps elles dureront, je le saurai dans deux ans et quelques avec un kilométrage annuel de plus de 20 000 km.

Les premières impressions en roulant avec ces pneus ont été une petite amélioration du confort et un peu moins de bruit. Les Pirelli avant avaient déjà cinq ans, bien qu'ils aient été stockés pendant trois ans dans des sacs et sans soleil, ils ne devraient pas souffrir du durcissement du caoutchouc. Bien sûr, la voiture est devenue un peu plus silencieuse, il y a une différence de 3 dB en homologation (72 dB). Les ex-arrière, les Goodyear, sont encore plus silencieux, 66 dB. Je mentirais si je disais que je trouve l'essieu arrière plus silencieux, je n'ai pas l'habitude d'être passager dans ma propre voiture.


En ce qui concerne la consommation de carburant, les Pirelli sont classés "E", et les Goodyear "B". Considérant que les Michelins sont "C" sur les deux essieux, je dois constater une amélioration si l'étiquetage européen a un minimum de rigueur scientifique. Bien sûr, l'expérience préliminaire a été très positive dans ce sens, et elle a été remarquée. Dans le même état de la voiture et en utilisant la combinaison de pneus précédente, la consommation a été réduite de 9 % après 2 300 kilomètres. Ma Prius est au gaz, elle est passée de 6,6 l/100 km au GPL à 6,06 l/100 km. Au prix actuel de l'essence, cela représente moins de 4 euros par 100 km, bien qu'au prix auquel je fais le plein, je suis descendu en dessous de 3 euros.

La différence de 9% ne doit pas être considérée comme définitive, loin de là, car sur les longs trajets la consommation est un peu plus élevée, et je n'en ai pas encore fait. J'ai utilisé la CrossClimate pour le moment avec des exigences moindres pour la voiture, donc la différence réelle sera moindre, probablement 0,4 l/100 km et non 0,6 l/100 km. Et combien cela représente-t-il en essence ? 6,06 l/100 km de GPL équivalent à 4,6 l/100 km, auxquels il faut ajouter une consommation de 0,1 l/100 km d'essence. Nous la laissons à 4,7 l/100 km, en dessous de la consommation moyenne de ces voitures, dans Spritmonitor sont autour de 5,1 l/100 km.

Pour être honnête, ma voiture a un "ecotuning" qui réduit la consommation de carburant de 0,4 l/100 km, un plafonnement variable du radiateur, donc je suis exactement dans la moyenne des calculs d'ajustement. Une autre façon de voir les choses est que l'utilisation de ces pneus ne pénalise pas la consommation, ce qui se produirait en utilisant des pneus d'hiver toute l'année. Quoi qu'il en soit, j'insiste sur le fait que ces données sont préliminaires, la voiture doit circuler toute l'année, car à cette époque il est normal de dépenser moins de carburant. Tout le monde peut suivre l'évolution du test sur mon compte Spritmonitor.

En laissant de côté la question de la consommation, ayant roulé avec elles principalement sur le sec, je n'ai pas remarqué de baisse de performance en termes d'adhérence ou de freinage, et ce en considérant que les plaquettes de frein sont celles d'usine et n'ont jamais été changées, avec près de 150 000 kilomètres. Et elles dureront encore plus longtemps si j'en prends un peu soin, on ne m'a pas encore dit dans les révisions qu'il était temps de les changer.

La seule différence pertinente que j'ai remarquée est que lorsque la voiture s'incline dans un virage, et il n'est pas nécessaire que ce soit une ligne très agressive, il y a un très léger son, de fréquence moyenne, qui disparaît dès que la direction se redresse. Dans une voiture plus bruyante, ces bruits peuvent passer inaperçus, mais une voiture qui peut fonctionner avec le moteur éteint vous permet de remarquer ces choses davantage. C'est une façon de dire que les épaules fonctionnent. J'ai remarqué quelque chose de similaire en conduisant la Saab 9-3 XWD à transmission intégrale.

Si vous regardez de près les épaules, vous verrez qu'elles sont dotées d'un laminé destiné à grignoter la neige, mais en même temps, les crampons sont profilés en diagonale, et non en carré, pour les rendre moins bruyants. Un pneu d'hiver est un peu plus bruyant, précisément en raison de sa bande de roulement agressive. En outre, Michelin affirme que cela facilite un freinage efficace sur le sec. Je n'ai pas encore eu à freiner assez fort pour apprécier cela.

La différence de largeur des pneus est-elle perceptible ? J'avais 215/45 à l'avant et 205/50 à l'arrière, avec l'approbation de l'ITV car ils étaient compatibles. Je n'ai pas remarqué le changement de 215 à 205, ou de 205 à 215, ou de 215 à 225. Si je disais le contraire, je mentirais. Je suppose que j'aurais dû faire le test avec des pneus neufs et sous une pluie battante. Sur le sec, si vous ne faites pas beaucoup de virages, c'est un peu plus compliqué à apprécier.

Jusqu'à présent, il n'y a qu'un seul incident à souligner, à savoir que j'ai subi une crevaison à l'arrière droit alors que je roulais à Madrid. Je ne sais pas à quel moment je me suis retrouvé au sommet d'une double pince, et la voiture a commencé à perdre de la hauteur lorsque j'étais garé. J'ai décidé de changer la roue immédiatement et de ne pas rouler avec celle qui était crevée, afin de ne pas l'endommager. J'ai pu la faire réparer dans un garage Euromaster après avoir payé 5 euros, ce que ma compagnie d'assurance a fait. Il n'y avait aucun dommage structurel, donc je n'ai eu aucun problème.

Dans les parties suivantes du test, je commenterai leur comportement sur le mouillé, lorsque le temps se dégrade, ils devraient être parfaits selon le "A" de leur étiquetage européen. Des mois plus tard, je vous dirai mes impressions en utilisation hivernale, et si je n'ai pas de chutes de neige, je me lancerai, comme je l'ai déjà fait. Techniquement parlant, ce sont des pneus d'hiver pour le DGT, donc si des chaînes sont nécessaires, je peux parfaitement rouler avec. En attendant une vérification plus approfondie, ils semblent être les pneus idéaux pour quelqu'un qui a les mêmes habitudes de déplacement que l'auteur de ces lignes.

Avant de vous dire au revoir, quelques remarques. Avec des pneus d'été, j'ai réussi à démarrer la voiture en légère pente sur une plaque de glace - avec peu d'inclinaison - grâce à la magie du moteur électrique, qui dose parfaitement le couple et ne fait pas patiner les roues. D'autre part, la Prius de cette génération ne dispose pas de la déconnexion du contrôle de traction, je dépendrai donc exclusivement de l'efficacité des pneus en cas de problème. Comme nous l'avons vu dans un précédent article, il est préférable de déconnecter cette assistance lors de la conduite sur neige, afin que les pneus soient plus efficaces (s'ils ont la bonne bande de roulement et le bon type, bien sûr).

NOTE : Michelin a pris en charge le coût des pneus, ainsi que le montage.

Ajouter un commentaire de Michelin CrossClimate, un test longue durée (partie 1)
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.