pistonudos.com

Les courses de voitures sont pour les riches

Au cours des jours suivants, le désir de courir s'est accru et, pour la énième fois, j'ai essayé d'aligner les étoiles de manière impossible pour retourner m'asseoir "une dernière fois" (il n'y a jamais de dernière fois) dans une voiture de course pour contester ce qui était...

Mais lorsque vous essayez de rassembler un millier de personnes pour un projet, de mélanger les intérêts, les parrainages et les idées, parce que, tout simplement, votre argent ne suffit pas pour courir, c'est là que vous tombez dans la dure réalité : vous ne pouvez pas courir sans dépenser (beaucoup) de votre propre poche.


Piqués par le poison de l'envie de courir, nous oublions parfois volontairement que cela coûte très cher et ne convient qu'aux poches résistantes.

Aujourd'hui, nous voyons de nombreux projets à tous les coins de rue où les "gens ordinaires" peuvent participer à des courses sans payer un centime, par le biais de compétitions acharnées (GT Academy, Make It Your Race, et bien d'autres). Mais la réalité est que la course gratuite est une chimère, presque impossible à réaliser. Même les gagnants de certains de ces processus de sélection des pilotes se voient demander de l'argent pour continuer à courir, quel que soit leur niveau (et je connais le cas d'un jeune qui est un grand pilote et... eh bien, il est en cale sèche).

Mais je ne vais pas parler de cela aujourd'hui, je le garderai pour un autre jour. Je voulais parler du sport automobile comme source de problèmes économiques personnels. Comment ce n'est pas un sport, mais un hobby, très drôle, oui, pour les gens qui ont de l'argent, et aussi pour ceux qui, n'ayant pas assez d'argent pour se le permettre, veulent s'endetter pour son hobby, avec tout ce que cela implique.


La course n'est jamais bon marché

Nombreux sont ceux qui, jeunes, ou avec quelques euros en poche, pensent à la course, et ne savent même pas par où commencer. Karting ? slalom ?

La réalité est que l'Espagne, bien qu'elle ait créé une infrastructure spectaculaire de circuits professionnels presque à partir de rien en profitant de deux booms simultanés (la construction et l'Alonsomanie), n'a pratiquement pas de championnats "club" de circuits dans lesquels on peut courir pour peu d'argent (quelques Open auxquels je peux penser, mais ils sont peu nombreux).

C'est pourquoi le rallye reste probablement le format le plus économique pour aborder une incursion sportive dans le monde du sport automobile. Et vous pouvez penser que les karts sont moins chers, et cela dépend beaucoup de l'expérience personnelle de chacun et du championnat qu'il affronte, mais ma réalité me dit que je vous conseille de vous en passer si vous n'êtes plus un enfant.

Mais, quand je dis que la course à pied coûte cher, à quels chiffres je me réfère ?

Courir à pied est bon marché : vous achetez une paire de chaussures de course et vous sortez. Vous pouvez dépenser de l'argent pour des cardiofréquencemètres, des distancemètres et tous les " geeks " que vous pouvez imaginer, mais avec une paire de chaussures et de l'envie, vous pouvez vous en sortir.

Football, basket-ball... ajoutez le ballon et la recherche de l'équipe. Le problème avec les voitures est que la barrière à l'entrée est déjà épique en soi.


Moi qui suis un passionné de voitures depuis toujours, j'étais d'abord passé par le purgatoire du cyclisme amateur, où le vélo de course, les chaussures à crampons automatiques, le casque et autres accessoires étaient déjà chers en soi. Mais rien ne m'a préparé à ce que j'allais voir dans le monde des quatre roues, auquel je suis arrivé en retard (parce que chez moi, les courses de karts n'ont jamais été à l'ordre du jour des "on peut").

Pensez que pour faire une course, vous avez besoin de sous-vêtements ignifugés, de bottes, de gants, d'un casque, d'un sous-casque... Et vous avez besoin qu'ils soient bons. Economiser sur le casque est une mauvaise idée, croyez-moi. En outre, les règlements d'homologation régissant les courses ne vous permettront pas d'économiser sur les articles qui expirent après un certain temps.

En fait, l'introduction du HANS comme obligation dans presque tous les championnats a fait que beaucoup d'entre nous ont dû renouveler leurs casques et investir dans un dispositif anti-coup de fouet. Je pourrais me plaindre, mais je peux vous assurer que courir avec le HANS est toujours une bonne idée pour votre cou.

Que vous couriez en kart ou en voiture, tout cet équipement peut vous priver de 2 000 € à... l'infini. Parce que si vous voulez dépenser, croyez-moi, il y a beaucoup de place pour dépenser.

Et ça, c'est juste pour vous équiper.

Voitures ? karts ? rallyes ? circuits ?

L'endroit le moins cher pour commencer est certainement les slaloms locaux. Si les organisateurs ne sont pas trop pointilleux, vous pourrez participer avec des voitures de récupération, sans papiers, avec un casque et peu d'autres choses. S'ils sont un peu plus exigeants, vous devrez chercher une voiture avec un ITV et des papiers en règle, et vous équiper un peu plus avec des combinaisons, etc.


Karts

Le problème est l'étape suivante. À tort, votre serviteur a pensé que les karts devaient être une formule bon marché pour faire des courses et s'amuser. Ce n'est pas le cas. Selon la Communauté autonome dans laquelle vous vous déplacez et le niveau de vos adversaires, le karting peut être extrêmement cher. Au-delà de l'équipement personnel que j'ai déjà mentionné, il y a le coût d'acquisition d'un kart, la logistique pour le transporter aux événements, le coût des consommables (roues, carburant), les frais d'inscription, le déplacement d'un petit dossier au travail...

C'est beaucoup plus coûteux que vous ne le pensez au départ.

Au final, dans des championnats disputés comme le Catalan ou l'Espagnol, les coûts peuvent monter en flèche au-delà de ce que vous pouvez dépenser pour une course "avec une vraie voiture". De 1 500 € par épreuve, vous pouvez passer à 6 000 € ou plus en un seul week-end, entre certaines choses et d'autres, surtout si vous entrez dans le cercle vicieux de l'équipement, dans lequel les marques qui le vendent essaient également de vous accrocher : si votre rival utilise de nouvelles roues à chaque tour... n'allez-vous pas le faire aussi ? Et si lui, qui court en KF ou dans une autre catégorie à moteur ouvert, change de moteur chaque week-end, n'allez-vous pas le faire aussi ?

Comme beaucoup de gens vous le diront, le karting est déjà très cher, mais il peut être encore plus cher si vous voulez qu'il le soit... Parce que si vous insistez pour avoir toujours le dernier équipement, vous aurez ce problème, et à cela vous devez ajouter l'assistance personnelle. Si vous gardez le kart à la maison, et que vous ne faites pas appel à une équipe d'assistants, vous devrez trouver un moyen de transport pour le kart (une grande camionnette, une remorque) et trouver un endroit dans votre garage pour le laisser.

Il arrive un moment où cela cesse d'être amusant et devient stressant et déprimant.

Rallyes

Moi qui aime aller à reculons, comme un crabe, j'ai commencé à m'intéresser au rallye avant de m'intéresser au karting. J'ai pensé à tort que changer le rallye pour le karting serait favorable à mon économie. Non, ce n'était pas...

Ce qu'il y a de bien avec le rallye régional, c'est qu'il s'agit d'une étape logique pour tous ceux qui sont sortis des slaloms "avec de bonnes mains". Les problèmes sont dans... oui, les coûts.

Et ceci est encore plus cher

La première chose à faire est de se procurer une machine pour la course. Si vous n'êtes pas un débutant, la meilleure chose à faire est de chercher une formule "épargne", où l'on vous loue la voiture (et le copilote si possible) pour un week-end. Et c'est que l'achat de la voiture est quelque chose qui est hors de presque toute étude de coût. Quoi que vous achetiez, soit vous avez beaucoup d'argent, soit vous aurez une voiture trop vieille ou trop lente pour faire quoi que ce soit de valable.

Le principal problème du rallye pour ceux d'entre nous qui ne nagent pas dans l'abondance est de garder la voiture entière. Vous pouvez courir à votre limite, ou vous pouvez courir à 80 ou 90 % de votre potentiel. Si vous courez à votre limite, vous pouvez exploiter tout votre potentiel, oui, mais vous vous exposez au risque d'un accident. Et en rallye, contrairement à la piste, chaque erreur coûte de l'argent, car vous allez abîmer la voiture. Qu'il s'agisse d'une location ou de votre propre logement, les réparations coûtent de l'argent. En règle générale, il s'agit de beaucoup d'argent.

Donc, comme je l'ai dit, si vous n'avez pas d'argent à dépenser, vous devrez courir vite mais avec la tête sur les épaules. C'est mieux de rester sur la route. Vous ne pouvez pas vous permettre de sortir... Louer une voiture pour un week-end peut vous coûter de 1 000 à 2 000 €, jusqu'à dix fois plus si vous cherchez une "pata negra". À cela, il faut ajouter l'assurance (avec franchise en règle générale, mais au moins vous saurez qu'en cas d'accident le désastre économique sera moindre) et la garantie que demandent généralement ceux qui vous la louent.

Ajoutez les consommables (pneus, essence), ajoutez-y le matériel d'assistance (sauf si vous préparez vous-même la voiture), et ajoutez aussi l'équipement (vêtements et autres) pour vous et votre copilote.

Dépenser 2 000 ou 3 000 € en un week-end n'est pas du gaspillage dans ces circonstances. Bien sûr, cela peut être un peu moins si vous avez acheté la voiture de course et que vous avez l'intention de l'amortir sur plusieurs apparitions.

Un exemple/conseil ? Vous pouvez obtenir une 106 bien préparée pour 7 000 £ afin de vous lancer dans le rallye. Si vous l'utilisez dans sept rallyes, vous devrez débourser 1 000 £ par course... si vous ne la cassez pas, bien sûr. Mais déménager sa propre voiture est une autre odyssée en soi. Pour le déplacer sur un plateau, vous devez avoir un permis de conduire B+E, un plateau et une voiture équipée d'une boule d'attelage. Non, ce n'est pas bon marché. Et vous devez trouver un endroit où laisser la voiture quand vous ne faites pas la course, bien sûr.

Circuits

Mais que faire si le rallye n'est pas votre truc, si vous préférez la sécurité des échappatoires du circuit ? L'Espagne n'est malheureusement pas prolifique, comme je l'ai déjà dit, dans la mise en place de circuits.

Nous avons beaucoup de pistes en ce moment, oui, mais elles sont récentes, et nous ne sommes pas un pays de "coupes de clubs" et autres.

La "bonne" chose, c'est qu'il existe des championnats qui vous permettent de partir presque de zéro avec très peu de connaissances de cette course. La CER, la Coupe d'endurance espagnole, surtout dans ses catégories d'accès, offre une plateforme parfaite pour débuter dans cette course, surtout si vous vous y inscrivez après quelques cours de pilotage sur le circuit, pour vous adapter à votre moto.

Mais combien cela coûte-t-il ? C'est toujours la même histoire : s'équiper est la chose la plus chère au départ, avec 3 000 euros à débourser pour s'habiller correctement. Mais si vous avez déjà couvert cela, le reste doit également être pris en compte.

Comme pour le rallye, vous pouvez louer votre siège ou acheter une voiture. La location d'un siège n'est pas extrêmement coûteuse ou compliquée. Si vous vous déplacez et parlez à plusieurs équipes, en négociant, vous pouvez obtenir une voiture à partir d'environ 3.500€ par week-end, et même pour un peu moins, si les choses vont mal (pour l'équipe, je veux dire) et que la voiture n'est pas compétitive.

Si vous voulez une voiture "décente" pour vous battre à l'avant (il faut aussi que votre niveau de conduite soit à la hauteur) ou si vous voulez courir seul et ne pas partager une voiture, cela peut aller jusqu'à 8.000€ par week-end dans une voiture de pointe des catégories inférieures. Non, ce n'est pas bon marché.

Et si vous achetez votre propre voiture ? C'est une autre option. Les vieilles Hyundai Getz, Accent et autres voitures de coupe monomarque sont toujours des outils qui changent de mains entre les pilotes du CER, et vous pouvez les acheter pour 1 000 ou 2 000 euros. Le problème est de déplacer la voiture sur le circuit, ce qui implique des coûts logistiques. Et aussi avoir un endroit pour la garder, faire l'entretien, payer l'essence, les pneus...

Ainsi, le week-end, au moins, peut vous coûter près de 3 000 euros, même si vous l'avez bien organisé.

Conclusions

Les courses sont chères. C'est très, très cher. En fait, c'est l'un des sports (en tant que tels ?) les plus chers qui existent. Le problème réside souvent dans l'approche adoptée pour être un "conducteur".

On est pilote si on veut ou si on peut ? C'est peut-être là la grande différence d'approche. Lorsque vous payez 6 000 € pour participer à une course tous les week-ends, vous devez prendre cela pour ce que c'est : un passe-temps. Vous faites la course parce que vous pouvez vous le permettre, ou parce que vous voulez vous le permettre et vous trouvez un moyen de le faire.

Les meilleures personnes ne font pas toujours la course. En fait, il y a beaucoup de "bons" qui sont laissés sur la route, ou directement au départ, sans pouvoir prendre le volant d'une voiture de course. Il y a des gens qui considèrent la course automobile comme une activité professionnelle, avec laquelle ils peuvent gagner leur vie. Malheureusement, en Espagne, c'est une tâche presque impossible, et très, très peu y parviendront.

Investir dans votre fils et le pousser à devenir un pilote professionnel (quelqu'un qui vit de la compétition sur les circuits) est presque une chimère, car il est presque certain que, quel que soit son nombre de mains, il tombera sur le bord du chemin par manque de ressources économiques, si votre compte courant n'est pas très solvable.

La course doit donc être considérée comme ce qu'elle est à l'état brut : un passe-temps très, très cher. Une activité sportive entre amateurs où ceux qui peuvent payer font la course, et les victoires sont disputées par ceux qui peuvent dépenser plus pour leurs voitures. De tous ceux qui ont pu le payer, celui qui a les meilleures mains gagne, bien sûr.

Je ne veux pas décourager qui que ce soit de participer à des courses, bien au contraire, mais n'oubliez jamais que vous êtes "le client" d'une entreprise construite autour de ceux qui peuvent se permettre d'avoir la course automobile comme passe-temps.

Il y a une élite de professionnels, très peu, qui par leurs mains et leur savoir-faire quand il s'agit de vendre et de négocier, finissent par faire cela professionnellement à l'intérieur du pays (dans les rallyes, parce que dans les circuits des championnats espagnols presque toutes les courses sont payantes, à quelques exceptions près), et c'est toujours la lutte pour le budget chaque année, en déplaçant les sponsors, dans certains cas avec de l'argent d'origine douteuse (quelqu'un a-t-il dit quelque chose sur Profilatex là-bas dans le fond ?)

Moraleja ? À mon avis, nous manquons de courses de clubs à faible coût, mais à haute sécurité. Nous manquons de circuits, et d'exploitation de nos circuits. Mais nous devons aussi faire connaître la réalité de ces courses. Parce qu'en fin de compte, ce n'est pas le premier ou le deuxième enfant que je connais dans les circuits qui investit de l'argent qui ne sera jamais récupéré, et qui se sent ensuite floué par la façon dont les choses fonctionnent. Il est préférable de savoir que l'on court parce que l'on paie, que l'on est le client et que l'on achète des minutes sur la piste. De la même manière que vous achetez des minutes lorsque vous allez au karting en salle pour piloter les karts de location.

La course sur un "bon plan", sans contraintes, est pour les gens qui ont de l'argent. Des personnes solvables pour qui dépenser 8.000€ en un week-end (ou plus) n'est pas un problème. Si ce n'est pas votre cas, ce rapport a valeur d'avertissement de la "dure réalité".

D'ailleurs, il existe un autre moyen de s'amuser en conduisant de manière compétitive, et ce, à un coût bien moindre. Je fais référence aux championnats qui se disputent avec des karts de location, comme le CRAKS, où le plus gros coût que vous devrez assumer est l'équipement de sécurité (combinaison, casque, gants, bottes...) mais où chaque course est vraiment bon marché. C'est probablement la solution la plus réaliste pour la grande majorité des adeptes de la "classe moyenne".

Article initialement publié en août 2014, récupéré pour Pistonudos.
Ajouter un commentaire de Les courses de voitures sont pour les riches
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.