pistonudos.com

La Peugeot 5008 se transforme également en crossover au Mondial de l'Automobile de Paris.

Après le 2008 et le 3008, le 5008 est le troisième nouveau crossover de Peugeot sur le marché européen. Dans la déclaration officielle, Peugeot vient dire qu'il donne au marché ce qu'il demande. Elle dispose de cinq sièges spacieux et de deux autres pour les enfants et les difficultés occasionnelles. Bien que Peugeot l'appelle "compact", compact rien, sont 4,64 mètres de long. Elle est plus longue de 110 mm que la génération sortante de la 5008.

Ses caractéristiques de design sont cohérentes avec le 2008 et le 3008 : avant vertical, capots allongés, signature visuelle spécifique (peut avoir des phares 100% LED), calandre chromée, toit noir, bande noire sous la lunette arrière, passages de roues proéminents, nombreuses protections noires en bas, et du chrome partout. C'est à vous de décider si vous aimez ou non le design.


L'une des justifications de la carrosserie de type SUV est l'espace intérieur. Aux places avant, la tête mesure 916 mm et les jambes 816 mm, tandis qu'à la deuxième rangée, ces dimensions sont de 889 et 899 mm. Eh bien, si elles sont pires que celles de la Hyundai i30 qui vient d'être présentée, et c'est une voiture plus petite ! En termes de largeur, le 5008 est meilleur. Pour commencer, le siège central arrière est de la même largeur que les autres, et dispose d'un réglage indépendant de la longueur et du dossier.

Les sièges de la troisième rangée, comme on peut s'y attendre, ne sont pas très larges : 820 mm pour la tête et 770 mm pour les jambes. L'accès se fait par la deuxième rangée, avec une poignée qui permet de les replier sur eux-mêmes en un seul mouvement. Tous les sièges des deuxième et troisième rangées peuvent former un plancher de chargement complètement plat. Selon la norme VDA, le volume maximal possible est de 1 862 dm³, avec les sièges de la troisième rangée retirés de la voiture, et jusqu'au toit.


Il est plus grand de 100 mètres cubes que le monospace 5008, et le couvercle du coffre peut être ouvert d'un simple coup de pied (sous le pare-chocs).

Peugeot ne précise pas la capacité du coffre lorsqu'on utilise les sept sièges, mais lorsqu'on en utilise cinq, elle est de 702-780 dm³, selon qu'il s'agit d'une pure cinq places ou que la troisième rangée est rabattue. Ces volumes sont comptés jusqu'au sommet de la banquette de deuxième rangée, ce qui est la norme. En rabattant le siège du passager avant, il est possible de transporter un objet de 3,2 mètres maximum.

À l'intérieur du coffre, il y a des espaces spécifiques pour un scooter électrique, le e-Kick, et un vélo à pédalage assisté, le e-Bike. Cette solution existe déjà dans la 3008, et présente l'avantage que lorsqu'ils sont placés dans leurs emplacements prédéterminés, ils sont rechargés avec l'énergie générée par l'alternateur de la voiture. L'idée de Peugeot est d'effectuer le voyage sur roues, même s'il s'agit d'une vieille ville à l'abri du trafic.

Passons à l'intérieur. Comme le 3008, il est équipé de l'i-Cockpit de deuxième génération, avec une instrumentation numérique surélevée, un écran tactile capacitif, un volant très petit et une stimulation multisensorielle. Peugeot parle beaucoup de l'expérience de conduite en termes autres que les termes habituels, ou ceux que nous avons dans la tête.

Sur le plan visuel, l'instrumentation, avec ses couleurs et ses animations, stimule la vue. Le sens de l'ouïe sera servi par une installation audio signée Focal. L'odorat sera stimulé par trois parfums développés avec Scentys et Antoine Lie. Ce dernier point n'est pas nouveau, PSA a déjà intégré des diffuseurs de parfum dans des modèles précédents. Enfin, le toucher est choyé avec les sièges massants et le toucher des différents matériaux.


On pourrait penser que tous ces éléments sont là pour isoler le conducteur de ce qu'il conduit, et le transporter dans un monde idyllique où lui et son SUV sont les maîtres du quartier. C'est en partie vrai, mais Peugeot revendique une dynamique de conduite exaltante, à la hauteur de ce qu'elle propose habituellement. Honnêtement, je ne comprends pas ce qu'il y a de si exaltant à conduire une compacte lourde, avec des suspensions hautes, des moteurs trois cylindres (essence de moins de 150 ch), un essieu arrière à poutres de torsion et une traction avant.

En modifiant quelques préférences, le conducteur peut faire en sorte que la voiture soit plus en phase avec son humeur, via les états "Boost" et "Relax". Elle changera la sensation de la direction, la réponse de l'accélérateur, la boîte de vitesses automatique allongera les changements, le son du moteur sera amplifié (par des haut-parleurs) et l'instrumentation donnera des données intéressantes : puissance, pression du turbo, accéléromètres, etc.

D'autres équipements à considérer sont le toit ouvrant panoramique, les caméras à vision panoramique (comme celles de Nissan), l'assistant de stationnement avec direction automatique, la recharge sans fil des téléphones portables (Qi), la connectivité avancée avec Android Auto, Apple CarPlay ou MirrorLink, la navigation 3D avec données actualisées via TomTom, etc.

Le cœur du lion

Examinons de plus près les moteurs. Les 1.2 Puretech - c'est-à-dire les trois cylindres - offrent 130 ch en trois versions : manuelle, manuelle économe et automatique (EAT6). Le seul quatre cylindres est le 1.6 THP de 155 ch, qui est automatique de série. En ce qui concerne les diesels, il y a le 1.6 HDi de 100 et 120 ch (manuel, manuel et automatique à économie de carburant), et le 2.0 HDi de 150 ch (manuel) et 180 ch (automatique).


Le moteur le plus puissant est exclusif aux versions " GT ", comme intermédiaire les " GT Line ", qui ont une esthétique différente, et en dessous les Allure et Active, qui sont le cœur de la gamme. La nouvelle gamme 5008 commençant à être commercialisée au printemps 2017, les niveaux d'équipement/moteur et les prix ne sont pas encore détaillés.

Nous connaissons les consommations homologuées des moteurs, mais nous n'allons pas les mettre pour une raison simple : ce sont des homologations encore irréalistes. Comme PSA a décidé de fournir les données de consommation de carburant de ses voitures en conditions réelles, nous préférons attendre leur publication, afin de ne pas induire nos lecteurs en erreur. Toute ressemblance entre une homologation NEDC moderne et la réalité est purement fortuite.

Parlons des performances. Les moteurs essence trois cylindres de 130 ch ne sont pas capables d'accélérer de 100 km/h en moins de 10 secondes ni d'atteindre 190 km/h, seul le moteur turbo de 155 ch peut le faire. Est-il trop lourd ? Selon les spécifications techniques, à vide et avec les réservoirs pleins, il n'atteint pas 1,4 tonne. Le 1.6 BlueHDi de 100 ch a des performances comparables à celles d'une berline de 70 ch, et le moteur de 120 ch n'atteint pas 100 km/h en moins de 11 secondes.

Le 2.0 BlueHDi offre des performances plus décentes, avec 150 ch et 180 ch, il met moins de 10 secondes pour atteindre 100 km/h, et peut quasiment boucler le kilomètre depuis l'arrêt en 31 secondes. Dans les deux cas, ils dépassent les 200 km/h. Il ne s'agit pas de faire l'apologie de la vitesse, mais d'établir une échelle technique. D'ailleurs, certaines de ses aides à la conduite de pointe ne fonctionnent pas à certaines vitesses.

Le régulateur de vitesse actif ne dépassera pas 140 km/h s'il détecte des véhicules dans votre direction, et ne peut pas non plus être réglé à plus de 180 km/h. Il n'avertit pas de la présence de véhicules dans l'angle mort au-delà de 140 km/h. L'assistant de maintien dans la voie ne se dirige pas à des vitesses supérieures à 140 km/h. Pourquoi ne pas fournir ces aides jusqu'à la vitesse maximale autorisée par les moteurs ? Nous demanderons à une personne responsable lorsqu'elle fera la présentation dynamique.

En d'autres termes, les aides fonctionnent mieux jusqu'à 140 km/h, ce qui reste un bon jogging.

Elle ne manque pas non plus d'aides à la conduite. Il est doté d'un système de freinage d'urgence automatique (qui détecte les véhicules immatriculés et les piétons), d'un système d'alerte en cas de changement de voie involontaire (avec une correction limitée de la direction), d'un système d'avertissement lorsque vous conduisez depuis deux heures sans vous arrêter ou lorsque votre conduite devient maladroite, d'un système de reconnaissance des panneaux de signalisation (et vous permet de programmer le régulateur de vitesse en fonction de ceux-ci) et d'un système d'allumage des feux de route lorsqu'il n'y a personne à éblouir.

Pour la conduite tout-terrain, elle dispose d'une option de contrôle de la traction "intelligente", qui gère l'essieu avant de manière optimisée, en fonction de ce que souhaite le conducteur. Cette option est liée aux pneus M+S de 18 pouces et comprend l'assistance à la descente en pente (HADC). L'angle d'attaque avant est discret, 19 degrés, et l'arrière est de 28 degrés. La garde au sol est de 236 mm. Il peut affronter dignement plus que des pistes de terre sans pierres ou des flaques d'eau.

En bref, Peugeot répond aux demandes du marché. Ces dernières années, Peugeot n'a pas compris le phénomène SUV, comme Citroën, et a recouru au joker de la remarque des modèles Mitsubishi (Outlander et ASX) qui n'ont pas eu le succès commercial de l'original. Cette fois, ils feront sûrement mouche, que ces designs avant-gardistes plaisent ou non, ou qu'ils soient complètement dépassés d'ici cinq ans. Nous verrons bien...

Peugeot 308 GTi ❯
Ajouter un commentaire de La Peugeot 5008 se transforme également en crossover au Mondial de l'Automobile de Paris.
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.