pistonudos.com

La Fondation MazdaSpeed

Et cela nous amène aujourd'hui à parler de MazdaSpeed, la division des courses et des variantes sportives de la maison d'Hiroshima.

Pour retracer son histoire, nous devons remonter dans le temps jusqu'au milieu des années 1960, et cela nous met sur la piste de Yojiro Terada. Terada, né à Kobe en 1947, a toujours été passionné par la course automobile, mais il est issu d'une famille pauvre et a perdu son père à l'âge de 16 ans. Bien que sa mère, qui travaillait dans une entreprise de chaussures, voulait faire de lui un homme d'affaires prospère dans le même secteur, Terada était obsédé par les voitures. Après avoir terminé son éducation de base, il a obtenu son permis de conduire à l'âge de 18 ans et s'est dirigé vers la Koga Racing Team, une équipe de course dirigée par Nobou Koga, qui était également l'intendant en chef de la fédération automobile de Kobe.


Nobuo Koga avec une Honda S600 dans le Lijea - Sofia - Liège

Koga a donné sa chance au jeune Terada et l'a engagé dans son équipe de course en 1965. La carrière de Nobou l'avait amené à courir sur des voitures Honda en Europe dès 1963, concourant avec une S600 dans des courses telles que la Liège-Sofia-Liège et le Nürburgring. Koga a voyagé en Europe jusqu'en 1965 avec des voitures Honda, qui soutenaient les nouveaux talents, mais pour 1967, il a troqué son outil de course européen pour une Mazda 1000 Familia Coupé. La relation de Koga avec Mazda s'est faite par le biais de la plus grande concession de la firme d'Hiroshima au Japon, située à Tokyo, sous le nom de Mazda Auto Tokyo.

C'est là que Koga a présenté Terada. Mazda Auto Tokyo s'était vu confier la tâche compliquée de lancer les activités de course nationales de la société en 1968, et ils avaient besoin d'une personne ayant une certaine expérience de la course. Terada, qui, bien que n'ayant que 21 ans, avait déjà une certaine expérience de Koga, a été choisi. La même année, Nobou Koda, déjà cité, devient pilote de la Mazda Cosmo Sport 110S qui participera aux 84 heures du Nürburgring.


Koga et son équipe en charge de l'exploitation sportive de la Cosmo Sport aux 84 Heures du Nürburgring

Terada, qui avait participé à quelques courses avec la S600 de l'équipe Koga Racing, allait cette année-là prendre le contrôle de ce qu'on appelait alors le "Mazda Sports Corner" chez le concessionnaire de Tokyo.

À partir de ce moment, cette division sera chargée des activités sportives nationales de l'entreprise, avec comme premier développement les campagnes des RX-2 et RX-3 dans le JTCC (le championnat japonais de voitures de tourisme), où, comme nous vous l'avons dit hier, la RX-3 finira par être la dominatrice absolue.

Mazda Sports Corner proposait un catalogue complet de pièces et de voitures de course complètes pour les clients de la compétition.

La croissance de Mazda Sports Corner a permis à Terada de se faire un nom, et à Hiroshima ils ont décidé d'investir de plus en plus dans cette division, en acquérant 80% de celle-ci dans un premier temps, en gardant Terada comme coordinateur et pilote, et Takayoshi Ohashi, propriétaire de la concession, comme manager.

En 1983, les activités sportives étaient devenues si importantes que Mazda a décidé qu'il fallait rendre le tout encore plus officiel. Mazda acquiert le Mazda Sports Corner et l'installe avec son équipe dans des bureaux à Hiroshima, où elle a également décidé de développer ses propres voitures de course, en commençant par la 717C, après s'être séparée de TWR.


Yojiro Terada sur une photo récente

Avec un budget plus important à portée de main, le développement de MazdaSpeed est inarrêtable jusqu'à la victoire au Mans en 1991. Mais l'annonce par la FIA, plus tard dans l'année, de l'interdiction des moteurs rotatifs Wankel pour 1992 a eu un sérieux impact sur Mazda. L'entreprise a décidé de suspendre les activités sportives à grande échelle, en transférant les efforts vers les distributeurs locaux, comme celui des États-Unis, et en concentrant MazdaSpeed sur le développement de pièces et de composants pour les variantes de course et sportives des voitures de route.


Des années plus tard, alors que la division sportive "BMW M-like" était en plein essor, Mazda a commencé à utiliser le nom MazdaSpeed sur des variantes performantes de la Mazda6 et de la Mazda3, ainsi que sur certains kits de carrosserie tels que ceux de la RX-8, bien qu'en Europe, ces variantes ne soient pas connues sous le nom de "MazdaSpeed" mais sous celui de MPS.

Des produits tels que la Mazda3 MPS ont été développés avec l'aide de MazdaSpeed.

Un hommage à Mazda et à son histoire sportive et technologique.




Ajouter un commentaire de La Fondation MazdaSpeed
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.