pistonudos.com

Interview de Saúl López : "Monter dans une Tesla, mettre le mode "Ludicrous" et mettre la pédale douce".

Au fil du temps, sa chaîne Youtube est devenue une référence pour se tenir au courant de ce qui se passe dans l'entreprise de voitures électriques avec près de 13 000 abonnés, allant jusqu'à tester des modèles concurrents. Compte tenu de son expérience et de sa connaissance de la marque, il mérite une interview, et nous le remercions d'avoir répondu à nos questions.

Pistonudos : Saúl, pensez-vous que la simple existence de Tesla a fait progresser la voiture électrique tant au niveau de l'industrie que des utilisateurs privés, ou tout serait-il arrivé plus ou moins en même temps ?


Saúl López : Je pense que si Tesla n'avait pas existé, nous en serions toujours au même point qu'avant le Roadster et le Model S. Ce que Tesla a fait pour accélérer la transition vers le transport durable est énorme. Tesla est une startup qui ne fabrique même pas encore 100 000 voitures par an et qui a déjà obligé les grands constructeurs automobiles à se ressaisir, ce qui n'est jamais mieux dit que fait. Si la Model 3 fonctionne bien, les voitures que nous voyons sur la route ne seront plus jamais les mêmes.

Q : Si le Model S n'avait pas existé lorsque vous l'avez acheté (2014), quel autre modèle auriez-vous été intéressé par la concurrence, et pourquoi ?

SL : Lorsque je regardais les voitures fin 2013, j'envisageais la BMW 328i GranTurismo et l'Audi A4 Avant (*), en essence toutes les deux. Si Tesla n'avait pas existé, je me serais retrouvé avec l'un de ces deux modèles, ou un autre modèle similaire de la concurrence.

(*) : En raison des subventions et de la politique fiscale norvégiennes, le prix des trois voitures est très similaire, même si la Model S appartient à un segment supérieur et est plus puissante.


Q : Sachant que chez vous, vous utilisez la recharge "lente" (prise domestique), si vous aviez pu recharger votre Model S chez vous en Espagne, l'auriez-vous achetée ou auriez-vous attendu un réseau décent de chargeurs rapides ? Dans votre vie quotidienne, utilisez-vous les Superchargers ou sont-ils réservés à un usage sporadique ?

SL : Si j'avais vécu en Espagne dans des circonstances similaires à celles de la Norvège (avec la même distance quotidienne parcourue), j'aurais acheté la Model S, mais pas au début de 2014, mais un an plus tard. Pourquoi ? En raison de l'absence de Superchargeurs en Espagne au début de 2014, ainsi que de l'absence de projets de Tesla d'ouvrir un magasin et un service officiel en Espagne à cette époque, ce qui m'aurait fait reculer. 2015 était déjà différente car nous avions déjà des Superchargeurs en Espagne et nous commencions à entendre parler de l'atterrissage de Tesla. Et en 2016, entre le fait que nous avons déjà 3 Superchargeurs ouverts, 2 en construction, et des projets en cours pour autant d'autres, et que l'arrivée de Tesla semble de plus en plus imminente, je n'hésiterais pas un instant.

En ce qui concerne la recharge de la Model S, la recharge "lente" me donne 150 km d'autonomie par nuit branchée, donc cela n'aurait pas été un problème du tout. Je continuerais à recharger à la maison sur une prise standard, même si je dispose d'un Supercharger à 15 minutes de là (ce qui est actuellement le cas pour moi). Les superchargeurs, je les utilise exclusivement sur un coup de tête lorsque je suis sur la route. Je ne m'arrête même pas pour recharger quand je passe devant en rentrant chez moi. Si je me déplace dans ma région pour de courts trajets, je recharge à la maison.


Q : Après avoir soutenu la campagne "Spain Loves Tesla", pensez-vous que la situation politique espagnole - dans l'impasse - peut nuire à l'attribution éventuelle de l'usine européenne Tesla ici ? Y a-t-il de l'espoir ou pensez-vous que le poisson est déjà vendu dans un autre pays ?

SL : Je ne vois pas que le poisson soit vendu dans un autre pays européen, donc il y a encore beaucoup d'espoir, malgré le fait que la situation politique en Espagne soit défavorable à ce type d'initiative. Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'avant que Tesla ne se tourne vers l'Europe pour y installer une usine, elle doit atteindre (ou être sur le point d'atteindre) sa capacité de production maximale en Californie. Jusqu'à ce que cela se produise (et cela prendra probablement quelques années encore, si tout se passe comme prévu), en Europe, ils tireront parti de la petite usine d'assemblage final qu'ils possèdent à Tilburg, aux Pays-Bas.

Q : En ce qui concerne les problèmes de qualité que vous avez décrits dans vos vidéos sur la Model S, pensez-vous qu'ils sont raisonnables compte tenu du fait qu'il s'agit d'un fabricant avec peu d'expérience, ou tout à fait normaux dans des marques de haut niveau de cachet ? Appréciez-vous positivement autant de changements de garantie ou pensez-vous que c'est l'obligation morale de Tesla de maintenir la barre haute ?

SL : Ces problèmes de qualité ne sont pas du tout normaux pour une marque haut de gamme et pour une voiture de 100 000 euros. C'est pourquoi je suis si ennuyé et je vais encore et encore chez Tesla pour leur demander de les réparer, dans les moindres détails. Mais savez-vous quelle est la différence ? Lorsque j'avais une Mercedes SLK, j'ai fait la même chose à chaque détail, et ils se sont systématiquement défilés ou m'ont dit que la garantie ne le couvrait pas. En particulier, je me suis beaucoup battu avec un bruit provenant du mécanisme qui actionne le toit que les autres SLK n'avaient pas et qui me rendait fou. Eh bien, je devais le manger...


Cela n'arrive jamais chez Tesla. Ils sont conscients qu'ils sont un très jeune constructeur automobile et qu'ils font des erreurs. Et ils font de leur mieux pour les réparer et dédommager le client afin qu'il soit toujours satisfait. Ils démontent la voiture de fond en comble si vous le demandez, jusqu'à ce qu'ils trouvent le moindre détail qui, selon le client, n'est pas parfait. Et ils vous donnent une voiture de remplacement, l'amenant à votre porte si nécessaire. Je n'ai jamais vu un tel niveau de service à la clientèle de la part d'un autre constructeur automobile, ou d'une autre marque, d'ailleurs. J'accorde une très bonne note au service après-vente de Tesla Motors. C'est le meilleur que j'ai vu.

Q : Votre Model S a une puissance de 385 ch, mais une consommation de carburant qui n'est pas douloureuse pour le portefeuille. Auriez-vous envisagé d'acheter une berline avec autant de puissance si elle avait une consommation de carburant élevée (disons >10 l/100 km) ?

SL : Non, absolument pas. Consommer plus de 10 litres d'essence pour parcourir 100 km en voiture est un scandale. Non seulement sur le plan économique, mais aussi en termes d'émissions de CO2 et de particules.

Q : Le système Autopilot de Tesla a été conçu pour des conditions de conduite spécifiques. Êtes-vous satisfait de son fonctionnement ? Pouvez-vous dire qu'il vous a permis d'éviter des accidents potentiels ? Pensez-vous que Tesla prévient correctement les conducteurs de ses limites ?

SL : L'Autopilote de Tesla est le meilleur système d'aide à la conduite que j'ai essayé. Il est de loin supérieur à tous ses concurrents. Cela dit, comme de nombreux médias sont prompts à faire des titres sensationnels ces derniers temps pour attirer les lecteurs, je tiens à souligner que l'Autopilote ne provoque en aucun cas des accidents, ne tue pas, ne respecte pas les limites de vitesse, ou d'autres barbaries similaires que j'ai lues. Non, l'Autopilote ne fait rien de tout ça, c'est le conducteur qui le fait.

D'où vient l'idée que le pilotage automatique est synonyme d'un système de conduite autonome qui ne nécessite pas la présence d'un humain au volant ? Aimeriez-vous prendre l'avion (les avions sont équipés d'un pilote automatique depuis des décennies) et voir soudain le pilote et le copilote de l'appareil marcher dans l'allée, sachant qu'il n'y a personne dans le cockpit et qu'ils ont laissé la navigation entre les mains d'un ordinateur ? Non, vous ne le faites pas, n'est-ce pas ? Il en va de même pour l'Autopilot de Tesla.

Le pilote automatique (que ce soit dans une voiture, un bateau ou un avion) est un système qui contrôle la trajectoire du véhicule sans nécessiter l'intervention constante du pilote humain, mais il ne remplace pas le pilote, ce n'est pas un système de conduite autonome. Le conducteur doit être attentif à la route à tout moment. Pas de lecture, pas de sommeil, pas de lecture des derniers tweets sur votre téléphone.

Et pour revenir à votre question, Tesla informe de manière adéquate de toutes les limitations et du fonctionnement du système, non seulement avant de l'activer (il est désactivé par défaut), mais aussi avec de multiples rappels pendant son utilisation. Ainsi, bien que je n'aie pas connu de situation dans laquelle l'Autopilote m'a évité un accident, je connais un certain nombre de cas dans lesquels il l'a fait. Je suis très satisfait du fonctionnement du système et j'espère que ces technologies avancées d'aide à la conduite continueront à progresser, car elles réduisent considérablement le risque d'accident (l'Autopilot de Tesla y parvient déjà à hauteur de 50 %) et les conséquences des accidents lorsqu'ils se produisent.

Q : Compte tenu des antécédents de piratage de modèles FCA ou du Mitsubishi Outlander PHEV, craignez-vous que quelqu'un pirate votre véhicule, malgré la robustesse de ses systèmes ?

SL : Non, je ne suis pas inquiet à ce sujet. Il n'y a eu qu'un seul cas de piratage de Model S, avec le consentement du propriétaire, et les pirates avaient besoin d'un accès physique à la voiture pour se connecter à un port LAN, si je me souviens bien, et de là, pour pouvoir contrôler certains éléments du système. Le correctif de sécurité de Tesla a été publié le lendemain, et de toute façon, depuis trois ans que la Model S est en circulation, personne n'a réussi à la pirater. Je pense qu'il est très bien protégé.

Q : Dans un avenir proche, Tesla permettra à ses propriétaires de conduire leur voiture de manière autonome en tant que "chauffeurs de taxi" contre de l'argent. Seriez-vous prêt à faire cela avec votre voiture contre de l'argent, ou êtes-vous plutôt du genre "ma voiture est à moi" ?

SL : Je suis du genre "ma voiture est à moi" et je suis le seul à la toucher. Mais il y a beaucoup de gens qui ne le sont pas, et ce système pourrait être très bon pour eux sur le plan financier. Je devrais utiliser plus de raison et moins de coeur avec ma voiture, mais c'est très difficile pour moi...

Q : Enfin Saul, pour ceux qui ne croient pas que les voitures électriques sont des voitures de sport et qui ont besoin d'entendre le bruit et de sentir le moteur, comment essaierais-tu de les convaincre d'essayer une voiture électrique haute performance ?

SL : Une Tesla n'accélère pas dans un silence absolu, le sifflement que son moteur émet rappelle les vaisseaux spatiaux des films de science-fiction, comme Star Wars. Ce son, associé à la délivrance immédiate d'une puissance brutale, devient plus addictif que le rugissement d'un V8, qui finit par ressembler à "beaucoup de bruit pour rien". Vous n'êtes pas convaincu ? Montez dans une Tesla, mettez-la en mode Ludicrous et mettez la pédale douce. C'est le meilleur argument.

Ajouter un commentaire de Interview de Saúl López : "Monter dans une Tesla, mettre le mode "Ludicrous" et mettre la pédale douce".
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.