pistonudos.com

Autobianchi A112, le luxe en petit format

Avant de commencer cet article, jetons un coup d'œil au milieu du siècle dernier, lorsque Fiat a lancé la Nuova 500 -4 juillet 1957- et l'a accompagnée d'une forte campagne publicitaire destinée principalement aux femmes. Cette campagne a eu un grand impact et de nombreuses femmes ont été encouragées à passer leur permis de conduire et à acheter une Fiat Nuova 500.

Pendant quelques années, la Fiat Nuova 500 a été une voiture qui a connu un grand succès commercial dans l'Italie d'après-guerre. Son faible prix et sa petite taille l'ont rendu populaire auprès des jeunes et des femmes.

Mais tout n'est pas éternel, et en 1959, la société Innocenti, également italienne, a commencé à fabriquer sous licence la Mini "classique", ce qui a permis à la ville anglaise d'éviter les tarifs élevés et de la commercialiser à un prix un peu plus raisonnable que jusqu'alors. Cette production nationale a ouvert l'éventail des clients potentiels de la Mini et ce sont des jeunes et des femmes qui ont cessé de rêver d'une Fiat Nuova Innocenti et ont commencé à regarder la Mini Innocenti, ce qui a eu un impact sur les ventes du modèle de Fiat au mécontentement de sa direction.


Pensant qu'il s'agirait de quelque chose de temporaire, de Fiat n'a pas pris de mesure choc pour relancer les ventes de la Fiat Nuova 500 au-delà de légères modifications esthétiques ou de moteur, si légères qu'elles sont parfois passées inaperçues du public. C'est au milieu des années 1960 que le grand Dante Giacosa a proposé de fabriquer une petite voiture à traction avant, dotée d'une touche d'élégance, qui serait commercialisée par Autobianchi, une société qui, à l'époque, était détenue conjointement par Fiat et Pirelli.


Au milieu du projet, le groupe Fiat a acquis la partie d'Innocenti qui appartenait encore à Pirelli et a injecté une quantité importante de capitaux dans le projet car, afin de réduire les coûts de développement, il a été décidé que le projet X1/2 devait être utilisé pour la commercialisation d'un plus grand nombre de modèles au sein du groupe Fiat, qui, à cette époque, allait également acheter l'italienne Lancia.

Le résultat final a été dévoilé au salon de l'automobile de Turin 1969 et a été très bien accueilli par le public.

Avant de commencer à détailler la vie commerciale de l'Autobianchi A112, je tiens à vous dire que nombreux sont ceux qui divisent sa vie commerciale en huit séries différentes. Je respecterai cette division, mais considérant que de nombreuses séries n'ont pas eu une vie commerciale de plus de deux ans, je les regrouperai pour une meilleure compréhension de l'article et des variations que la voiture a subies. Ma division est la suivante :

  • Première génération : séries I, II et III (années 1969 - 1977).
  • Deuxième génération : séries IV et V (années 1977 - 1982)
  • Mise à jour de la deuxième génération : séries VI, VII et VIII (années 1982 - 1986)

Première génération

A112 Série I (1969)

L'Autobianchi A112 a été présentée au salon de l'automobile de Turin comme une voiture utilitaire de 3,23 m de long (seulement un centimètre de plus que la Fiat 600) avec une élégante carrosserie à trois portes, un moteur avant et un intérieur beaucoup plus raffiné que toute autre alternative de l'époque, avec des cadrans circulaires et des sièges en vinyle. Comme d'habitude, lorsque sa commercialisation a commencé en octobre 1969, une seule version a été proposée avec un moteur Fiat quatre cylindres de 903 cc et 44 ch, qui grâce à sa boîte de vitesses manuelle à quatre rapports permettait à l'Autobianchi A112 d'atteindre 140 km / h et homologuait une consommation de moins de sept litres.


Mais d'autres chiffres ont impressionné la presse. Malgré sa puissance, l'Autobianchi A112 a atteint 100 km/h en moins de 13,7 secondes et pouvait encore accélérer pour parcourir les 400 premiers mètres en moins de 19 secondes, ce qui donne une idée de l'agilité de cette petite voiture. La tenue de route de l'A112 était supérieure à celle de toute autre petite voiture de l'époque : selon la presse, c'était une voiture brillante, pratique et dotée d'une bonne tenue de route. Le freinage était confié à un système mixte de disques avant et de tambours arrière. Par curiosité, le frein à main agissait sur l'essieu avant et non sur l'arrière. L'essieu arrière avait une suspension indépendante !

Le succès commercial a été immédiat et malgré les efforts du fabricant pour augmenter la production, la forte demande signifiait que les délais de livraison pouvaient dépasser 12 mois.

Comme je l'ai déjà mentionné, d'autres voitures du groupe Fiat ont émergé du projet initial, comme la 127. C'est lorsque la production de cette dernière a commencé en 1971 que l'Autobianchi a reçu une légère amélioration de son moteur pour l'uniformiser avec celui de la Fiat 127. Il offrait désormais 47 CV, mais la marque a continué à parler de l'Autobianchi comme d'une "44 CV". A la fin de 1971, deux nouvelles versions ont été lancées. D'une part, a commencé la commercialisation de l'A112 E, avec un équipement amélioré et un toit peint en couleur contrastée, et l'A112 Abarth comme version plus sportive et commémorative de l'achat du petit constructeur Abarth par Fiat.

Ce dernier a apporté plusieurs modifications au moteur qui l'ont amené à porter sa capacité à 932 cc grâce à l'augmentation de la course des pistons. Ce bloc comportait un nouveau vilebrequin en acier nitruré et certains éléments de la culasse redessinés qui permettaient aux premiers prototypes de dépasser largement les 60 ch, bien que les unités qui ont atteint le marché n'offraient que 58 ch pour ne pas compromettre la fiabilité du moteur.


L'Autobianchi A112 Abarth était facilement reconnaissable à la fois par son extérieur sportif et par le fait qu'elle n'était proposée que dans un coloris rouge vif avec le capot avant peint en noir. L'intérieur dégageait également cette atmosphère sportive avec le volant à trois branches, les sièges anatomiques avec appuie-tête, l'instrumentation complète et le revêtement en similicuir noir.

Ce modèle sportif présentait deux particularités par rapport aux modèles équipés du bloc 903 cm3 : d'une part, il consommait moins, mais d'autre part, les distances de freinage avaient augmenté de 15 %. Ce modèle sportif connaît également un grand succès et en 1972, alors que les versions équipées du bloc de 47 ch ne bénéficient d'aucune mise à jour, la voiture de sport A112 Abarth reçoit un petit refroidisseur d'huile et deux nouvelles couleurs : vison et saumon, mais toujours avec un capot noir.

C'est en cette année 1972 que la Mini Innocenti Nuova commence à être commercialisée avec le même concept et la même approche commerciale que l'Autobianchi A112. Fiat décide donc de faire une petite mise à jour de son modèle, donnant ainsi ce que beaucoup appellent la deuxième série. À ce sujet, certains experts parlent de l'existence de jusqu'à huit séries. Cependant, les changements entre elles sont si nuancés que je préfère parler d'une évolution continue, même si, pour une meilleure compréhension, je marquerai correctement les différentes "séries".

A112 Série II (1973)

Présentée au salon de l'automobile de Genève, la première mise à jour de l'Autobianchi A112 a été introduite en 1973 et les modifications apportées dépendaient du modèle. Par exemple, le modèle le plus basique n'a bénéficié que d'un nouveau design de la calandre en échange de la perte de la couleur chromée des ailes métalliques et de l'habillage des phares principaux au profit d'autres également métalliques mais de couleur noire.

L'Autobianchi A112 Elegante commence également à proposer la nouvelle calandre, mais remplace également les pare-chocs chromés par d'autres en matière plastique avec une garniture chromée et modifie le design des roues. L'intérieur présente également des matériaux de meilleure qualité, bien que le design soit resté inchangé.

C'est le modèle A112 Abarth qui a bénéficié des plus grands changements. À l'extérieur, les pare-chocs métalliques avec garniture en caoutchouc ont été remplacés par des pare-chocs en caoutchouc avec garniture métallique et la garniture chromée de la calandre et des phares a été remplacée par une garniture noire. Les phares principaux à l'iode, le démarreur antivol et la lunette arrière chauffante ont été introduits. En outre, on commence à proposer du blanc et du bleu pour le corps, la couleur "saumon" prend une teinte orangée et, sur demande, on peut l'acheter avec tout le corps de la même couleur. A l'intérieur, seuls de nouveaux sièges avec dossier inclinable et appuis-tête réglables ont été observés.

Comme curiosité commerciale, c'est avec cette mise à jour que le constructeur parle de la voiture comme du modèle "47 CV" en relation avec la "nouvelle" puissance du bloc 903 cc, bien que de nombreuses voix affirment que les 47 CV étaient déjà offerts depuis 1971. On ne le saura jamais...

A112 Série III (1975)

En 1975, l'Autobianchi A112 est introduit dans une série d'améliorations qui font que certains parlent de la troisième série. Comme les fois précédentes, les améliorations constatées sur les Autobianchi à l'occasion de la mise à jour de 1975 varient selon le modèle. Le point commun à toute la gamme était l'introduction de nouveaux panneaux intérieurs avec un nouveau design qui permettait d'augmenter la largeur intérieure de l'habitacle, de sorte qu'elle pouvait être homologuée comme une cinq places (auparavant seulement quatre places). En revanche, la taille de la grille d'aération du pilier C a été considérablement augmentée. En outre, la gamme de couleurs intérieures et extérieures a été renouvelée, parmi lesquelles le "bleu Lancia" était une rareté.

Le modèle de base ou Normale avait ses pare-chocs peints en noir mat et les modèles Elegante et Abarth étaient équipés d'un feu de recul intégré aux feux eux-mêmes. En ce qui concerne la mécanique, en plus des 47 CV déjà connus pour les versions Normale et Elegante et des 58 CV pour l'Abarth, un nouveau moteur de 1 050 cm3 et 70 CV est apparu, qui était exclusivement associé à la finition Abarth et dont le nom était 70 CV. Ce moteur était directement dérivé du bloc de 982 cm3 (qui était lui-même dérivé du bloc de 903 cm3) et avait des rapports de vitesse légèrement raccourcis.

C'est le premier Autobianchi à atteindre 160 km/h et à être équipé d'un servofrein. En outre, et uniquement pour l'Abarth, le capot avant peint en noir mat est passé de l'équipement de série à l'option. Quelques mois après le lancement de cette troisième série et en raison de la nécessité d'adapter les moteurs aux limites d'émission, le modèle Normale n'offre plus que 42 CV et l'Elegante 45 CV en raison de l'adoption d'un nouveau carburateur plus petit. L'Abarth de 58 ch a simplement été retirée.

Deuxième génération

A112 Série IV (1977)

A la fin de l'année 1977, la quatrième série a été introduite avec des modifications majeures de la voiture. Tout d'abord, la voiture a gagné deux centimètres en hauteur pour améliorer l'espace disponible dans l'habitacle, qui a également bénéficié d'un tableau de bord entièrement redessiné. À l'extérieur, on remarque une nouvelle calandre, des feux arrière redessinés et une augmentation de la taille des bouches d'aération du pilier C.

Les modèles Elegante ont commencé à utiliser de nouvelles ailes entièrement noires et des moulures latérales noires également de taille importante et qui courent sur tout l'empattement de la voiture. L'Abarth plus sportive a ajouté aux modifications de l'Elegante une finition en plastique sur le capot avant pour diriger l'air vers la bouche d'aération. Un autre détail important de l'Abarth est qu'ils ont cessé de porter ce mot sur la calandre, qui est devenue similaire à celle utilisée par l'Elegante et la Normale.

Sur le plan mécanique, le servofrein a été introduit comme équipement standard sur tous les modèles. En outre, le modèle Elegante était équipé d'un moteur de 965 cc, 48 ch, qui a été bien accueilli par la presse grâce à la souplesse du moteur et à sa facilité d'utilisation à bas et moyen régimes.

A112 Série V (1979)

En 1979, une cinquième série a commencé à être commercialisée, qui a également apporté de nombreuses modifications importantes à l'Autobianchi A112. De la même manière que j'ai affirmé que la quatrième série a été la première à introduire des changements importants dans l'Autobianchi, cette cinquième série a été comme une évolution ou une amélioration des modifications introduites dans la quatrième série. Sur le modèle 1979, on pouvait voir de nouveaux pare-chocs en plastique et des jupes latérales pour tous les modèles.

En outre, les phares et les feux arrière étaient encadrés d'une sorte de masque noir. Les moulures latérales sont également devenues plus visibles et ont été prolongées jusqu'aux passages de roues et les rétroviseurs extérieurs ont augmenté en taille. En général, on peut parler d'un aspect visuel plus robuste tout en étant mieux protégé des petits chocs de stationnement contre les autres véhicules, beaucoup plus grand, plus large et plus robuste que le petit Autobianchi.

Cependant, cette profonde mise à jour extérieure laissait l'Autobianchi inchangée à l'intérieur, qui avait été complètement redessiné deux ans plus tôt. Sur le plan commercial, cependant, quelques modifications ont été apportées pour adapter la gamme aux exigences du marché avec l'introduction de deux nouvelles versions.

Dans le bas de la gamme, le modèle Junior a été introduit pour remplacer la Normale et dans le haut de la gamme, l'Elite, qui partageait le même moteur que l'Elegante mais avait un intérieur plus raffiné avec des matériaux de meilleure qualité. En outre, l'Elite a intégré la transmission manuelle à cinq vitesses en équipement standard. L'Elegante pouvait également être équipée de cette boîte de vitesses, mais uniquement en option.

L'Autobianchi A112 Abarth était équipée de série de cette boîte de vitesses manuelle à cinq rapports et, malgré ce que l'on pourrait penser, ce changement n'était pas le bienvenu car le long développement des derniers rapports faisait chuter sa vitesse de pointe de 160 km/h à un peu plus de 150 km/h. Cette cinquième série a introduit le toit panoramique et le feu de brouillard arrière en option, tandis que les feux de brouillard avant et l'essuie-glace arrière étaient de série ou en option selon le niveau de finition.

Au cours des années 1980, l'Autobianchi A112 a commencé à être produite en Suède dans l'usine Saab pour être commercialisée en exclusivité dans les pays nordiques sous le nom de Saab Lancia A112, ainsi que la Saab Lancia 600, une sorte de Lancia Delta avec des badges Saab. Comme vous pouvez le constater, la voiture a perdu son nom commercial Autobianchi au profit de Lancia, ce que j'ai déjà remarqué lorsque j'ai parlé de l'introduction de la couleur Bleu Lancia en 1975.

A112 Série VI (1982)

En 1982 commence la commercialisation de ce qui sera la sixième série, reconnaissable parce que les clignotants avant sont intégrés dans le pare-chocs, par l'allègement visuel de toutes les structures plastiques de la carrosserie, par les nouveaux feux arrière et en ayant un tableau de bord complètement redessiné et avec certaines réminiscences Fiat. Seule l'Abarth la plus sportive a conservé les passages de roues en plastique.

Outre l'équipement déjà connu, il y avait une nouvelle finition luxueuse avec des vitres électriques, des essuie-glaces, une sellerie en velours, des appuis-tête avant, une horloge numérique, un cendrier et même des vitres teintées. Cette nouvelle version était appelée Autobianchi A112 LX, un nom étroitement lié à Lancia, qui avait commencé à l'utiliser en 1966 pour désigner les modèles les plus luxueux lancés à l'occasion du 60e anniversaire de la marque.

A112 Série VII-VIII (1984)

La septième série a été lancée en 1984, mais elle n'a pas apporté d'innovations majeures. Pour commencer, le pare-chocs avant a été modifié afin d'installer les phares antibrouillard, qui faisaient partie de l'équipement standard de l'Abarth et étaient en option sur les autres modèles. À l'arrière, la plaque d'immatriculation est placée sur le pare-chocs et les feux sont visuellement réunis par une moulure rouge, sauf pour le modèle Junior qui conserve la plaque d'immatriculation entre les feux.

En raison de ce détail, pour distinguer un Autobianchi A112 Junior de la septième série de la sixième série, il fallait regarder les roues : la septième série avait un petit enjoliveur qui ne couvrait que la partie centrale de la jante.

Juste un an plus tard, en 1985, on parle à nouveau d'une nouvelle série, et c'est la huitième, en raison de changements dans la gamme : elle se réduit au seul modèle Junior qui reste sur le marché pendant une année supplémentaire, jusqu'en 1986 où il est retiré du marché. Il n'y a pas eu d'autres modifications et c'est pourquoi parler de "huitième série" me semble très aventureux. La raison de cet arrêt était le lancement de la Lancia Y10, qui, sur de nombreux marchés, était commercialisée sous le nom d'Autobianchi.

La relation entre Autobianchi et Innoccenti

Après avoir terminé cet article, je pense qu'il est facile de faire des parallèles entre l'Autobianchi A112 et l'Innocenti Nuova Mini.

  • Tous deux ont remplacé des modèles emblématiques dérivés de la Fiat 500 et de la Mini.
  • Les deux avaient des moyennes extérieures similaires
  • Les deux avaient des groupes motopropulseurs similaires
  • Tous deux ont partagé la même période commerciale
  • Toutes deux étaient destinées à être de petites voitures de luxe
  • Tous deux se sont retrouvés dans l'orbite du groupe Fiat.

Et malheureusement...

  • Les deux voitures sont souvent confondues par le grand public
  • Les deux ont été cannibalisés par le lancement de la Lancia Y10.

Tu ne crois vraiment toujours pas aux vies parallèles ?

Audi TT mkI (8N) ❯
Ajouter un commentaire de Autobianchi A112, le luxe en petit format
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.