pistonudos.com

Les grands SUV sont le comble de l'absurdité.

Lorsque l'essence est inférieure à 4 dollars le gallon, que l'on peut comparer à la barrière psychologique de 1,50 euros le litre en Espagne, le consommateur américain est beaucoup plus enclin à acheter un char, sans tourelle ni chenilles. Nous avons de multiples exemples, comme le GMC Yukon XL, le Chevrolet Tahoe, le Toyota Land Cruiser 200, le Ford Expedition... Pour l'instant, les moins chers sont les Premium, mais attendez quelques années.

Les alternatives haut de gamme et premium, en même temps, pour les prochaines années sont nombreuses. Seulement dans le groupe VAG nous aurons le Lamborghini Urus, Bentley Bentayga et Audi Q9, Porsche pour le moment est servi avec le Cayenne. D'autres constructeurs qui se joignent ou se joindront à la fête du damage de l'asphalte sont Aston Martin, BMW ou Rolls-Royce. Ferrari, s'il vous plaît, ne le faites pas. Le segment F connaît déjà les Range Rover, Lincoln Navigator, Lexus LX, Infiniti QX80, Mercedes GL(S) ou Cadillac Escalade.


En fait, l'offre actuelle de ces voitures présente plus de similitudes avec les SUV traditionnels - même industriels - qu'avec les voitures particulières. Et la prochaine génération de gros SUV sera dans le même groupe de contradictions que les Porsche Cayenne, Lexus RX... En d'autres termes, les ingénieurs se préoccuperont de transformer des monstres de plus de deux tonnes en "voitures de sport", avec des pneus coûteux, des suspensions sophistiquées à commande électronique, des freins qui résistent à d'énormes punitions, des plates-formes spéciales... et tout ce qui leur vient à l'esprit pour les mentionner.

De toute façon, à Pistonudos nous respectons les lois de la physique, et si nous pouvons protester parce qu'une berline comme l'Audi A4 a un moment polaire élevé pour avoir le moteur devant l'essieu avant, alors nous devons critiquer ces aberrations. Je n'ai pas conduit de SUV du segment F, mais j'en ai conduit quelques-uns du segment E : Cayenne, Touareg, RX 450h, X5 M et X6 M. En ligne droite, elles sont capables de faire tomber les autocollants d'une compacte ou d'une berline sportive, mais commencez à prendre des virages.


La physique entre toujours en jeu, et on peut avoir des voitures de deux tonnes qui sont "bien" pour le poids qu'elles pèsent, mais qui restent très maladroites dans les circonstances d'une conduite... minimalement sportive. Je ne parle pas de conduite sportive, les choses doivent être faites avec modération et responsabilité, et il faut être fou pour faire un tour avec un tel engin.

Si je dois comparer un Cayenne avec un SUV classique, comme un Defender, ou une Classe G normale (pas une AMG), il est évident que la Porsche fait ce qui est impossible pour les autres. De même, s'il pleut beaucoup, certains rentrent chez eux avec de la boue partout, et un autre, que je ne citerai pas, peut rester là en attendant d'être secouru.

Nous ne parlons pas seulement de poids, mais aussi de puissance, et de beaucoup de puissance. Pour le dessert, ils sont presque tous à essence. Ils ont intérêt à avoir de gros réservoirs...

On a beau vouloir se rapprocher des SUV et des tout-terrains traditionnels, ce sont des extrêmes, et pour aller bien sur la route, ils doivent aller mal à la campagne, et vice versa. En fait, plus les SUV sont efficaces et sportifs, plus ils deviennent inutiles en dehors des routes. Peu importe le segment dont nous parlons. Et pour mémoire, les X5 M et X6 M sont toutes des bêtes de somme, même sur circuit, je peux en témoigner. Quant à la Mercedes-AMG Classe G... Je suis perversement curieux, peut-elle se renverser ou est-elle comme une Citroën 2CV ?


Il est vrai qu'il n'est plus indispensable d'avoir un châssis en échelle pour avoir une rigidité maximale, une monocoque bien réalisée avec les aciers de dernière génération peut être un véritable exploit. Toutefois, la question du débattement de la suspension ou de la géométrie de l'essieu reste importante. La Classe G, le Wrangler, le Land Cruiser... reposent sur des schémas de suspension absurdes pour des SUV sportifs, mais ils vont là où les autres n'osent pas aller.

Je vais imaginer une conversation avec un descendant imaginaire, Julio (ça ne vieillit pas), vivant au 23e siècle :

  • Javier : Bonjour, cher arrière-arrière-arrière-petit-fils.
  • Julio : Salutations, ancêtre, comment vas-tu au 21ème siècle ?
  • Javier : Eh bien, vous voyez, nous étions au maximum de l'inquiétude concernant les pénuries de pétrole, la pollution, le réchauffement climatique, et tout ça ?
  • Julio : J'ai lu quelque chose sur HyperWikipedia... Au même moment où les fabricants de ces moyens de transport privés inefficaces sortaient des moteurs plus puissants et des versions plus lourdes... Et en plus de cela, ils essayaient de réduire la mortalité en cas d'écrasement. Vous, les anciens, étiez une bande de malades mentaux.
  • Javier : Oui, c'est là que vous l'avez eu. Ils se sont comportés comme s'il n'y avait pas de lendemain. Au moins, il n'est plus à la mode d'avoir des ailes en métal qui feraient éclater un cerf quand on lui roule dessus.
  • Julio : C'est quoi "chóped" ?
  • Javier : Ah, vous ne savez probablement pas ce que c'est, rien, de la nourriture de basse qualité, vous savez... Ils pouvaient en faire des petites tranches.
  • Julio : C'est quoi un cerf ?
  • Javier : Allez, macho, regarde l'encyclopédie, ou bien ils ont disparu ?
  • Julio : Certainement, à votre époque vous étiez un peu un imbécile. Je dis cela avec amour et respect, cher ancêtre. D'ailleurs, si les routes ne sont plus des chemins de terre et que presque tout le monde vit en ville, à quoi servent-elles ?
  • Javier : Pour le spectacle. En dehors de la route, il était difficile de les voir. Il y a quelques années, les gens achetaient un tout-terrain s'ils en avaient besoin, ou quelques-uns pour se sentir plus en sécurité. C'est la deuxième chose qui a pris feu, en croyant qu'ils étaient plus protégés comme ça. Ils n'avaient pas beaucoup d'empathie pour ceux qui roulaient dans des voitures plus petites.
  • Julio : J'ai lu dans HyperWikipedia qu'après quelques décennies, ces voitures n'étaient plus recherchées par personne. Ils ont été taxés sur le poids, taxés sur la taille, les prix de l'essence ont grimpé en flèche... Au moins, les voitures de sport légères ont pu être préservées grâce à des adaptations à l'éthanol, à l'hydrogène ou au gaz. Certains d'entre eux sont encore dans un musée, mais pas les plus grands.
  • Javier : Tu sais ce que je dis ? Ça ne me surprend pas du tout. Au fait, pouvez-vous me dire la combinaison du prochain Euromillions ? Et où vais-je rencontrer l'arrière-arrière-grand-mère ?
  • Julio : Je suis vraiment désolé, il est interdit par la loi d'accéder aux résultats des sports ou des jeux d'argent pour les conversations IP dans le temps. Quant à la deuxième chose, je ne veux pas provoquer de paradoxe temporel, je suis bien vivant, ça va se voir...
  • Javier : Darn...


Pour ne pas passer pour un fou, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays où les taxes sur les voitures sont plus... avancées. Ce qui a été réalisé, c'est que les gens ont tendance à acheter des voitures réellement adaptées à leurs besoins, et non à leurs envies ou à satisfaire des complexes, voir le Japon ou la Norvège. À l'opposé, nous avons des endroits comme Dubaï ou le Venezuela, où le pétrole est bon marché et où les taxes ne sont pas aussi dissuasives pour les véhicules de grande taille ou coûteux.

Pour défendre les fabricants de produits de luxe, il faut dire que la majeure partie de cette production est destinée à des endroits comme la Chine, le Moyen-Orient, les régions riches des États-Unis, les manoirs des trafiquants de drogue, etc. Par exemple, Lamborghini défend l'Urus parce qu'elle a des clients qui, oui, vivent à fond, mais dans leur pays, les routes sont pourries et se déplacer dans un Aventador est mauvais pour la santé de la colonne vertébrale.

Et bien sûr, dans un Urus avec des jantes de plus de 20 pouces et un profil de pneu compressé, ils iront beaucoup mieux et n'auront pas de crevaisons. Ils seront plus hauts et tortureront moins leur corps, mais s'ils veulent conduire une Lamborghini comme si c'était le tapis volant d'Aladin, je veux essayer les mêmes drogues qu'eux. Les suspensions pneumatiques peuvent faire des miracles, oui, mais n'oublions pas ce qu'est la physique, s'il vous plaît.

Heureusement, en Europe, nous n'allons pas assister à une invasion de gros SUV, l'essence a un coût suffisamment dissuasif et ce ne sont pas des modèles très accessibles. De plus, les constructeurs traditionnels ne proposent pas et ne proposeront pas de SUV de plus de cinq mètres, tout comme ils ont déjà été évincés du segment E. Aux États-Unis, c'est encore une autre histoire : on peut les garer, on peut les conduire sans ruiner les familles, etc.

L'amnésie collective et l'affaire Hummer

Nous avons beaucoup parlé par le passé de cette marque maudite, mais elle a été l'une des pionnières du concept. Avons-nous déjà oublié dans l'imaginaire collectif les conversations sur la consommation excessive du Hummer H2, ses performances maladroites et ses coûts d'entretien élevés ? C'est une bonne chose que les représentants du gouvernement américain, lorsqu'ils ont sauvé General Motors, aient liquidé cette marque.

L'une des causes du déclin de Hummer, et de l'industrie américaine dans son ensemble, a été de se concentrer sur les satanés SUV, alors que le prix de l'essence ne cessait d'augmenter et que les constructeurs européens et asiatiques ne cessaient de gagner des positions. Bien sûr, ceux qui ne connaissent pas leurs erreurs passées sont condamnés à les répéter. Si, à l'heure actuelle, le prix du pétrole devait dépasser les 120 dollars le baril (contre moins de la moitié aujourd'hui) et que les pompes s'emballaient, la valeur marchande des gros SUV s'effondrerait. Les moyennes aussi.

Et c'est parce que, les amis, il n'y a rien de tel que l'essence chère pour aider les gens à être plus respectueux de l'environnement.

L'accalmie que nous connaissons actuellement dans le portefeuille des records du baril, semaine après semaine, et que nous semblons avoir déjà oubliée, ne va pas durer éternellement. Et c'est un mythe que les plus riches sont impassibles au prix du pétrole, si le prix des actions augmente ils utilisent moins leurs voitures d'une manière ou d'une autre, bien qu'ils ne le sachent pas eux-mêmes. La courbe de la demande n'est pas si inélastique.

Réfléchissons en termes strictement rationnels. D'ici à 2020, pratiquement tous les modèles que j'ai mentionnés seront sur les routes, surtout là où l'essence et les taxes ne sont pas répressives. Ces voitures doivent avoir une vie commerciale, récupérer l'argent qui a été investi en elles et, à mi-chemin, décider s'il y aura un successeur ou non, car les choses vont avec l'inertie dans ce domaine.

Combien de ces "tanks" auront un successeur ? On continuera peut-être à les fabriquer, mais avec les réglementations anti-pollution qui se profilent, il sera de plus en plus difficile et coûteux de faire en sorte qu'un objet naturellement inefficace (grand, lourd et large) ait de faibles émissions et ne soit pas répudié des grands centres urbains. L'Arabie va poursuivre sa route plus longtemps. En Chine, il faut plus d'embouteillages qui durent des jours entiers, et plus de suffocations dans des gaz nocifs pour que le message passe, ce qu'ils ne comprennent pas vraiment.

Il est probable qu'au fil des années, les futurs managers s'arracheront les cheveux sur la gestion de leurs homonymes actuels. Je ne sais pas s'il s'agira d'investissements ruineux à moyen et long terme, ce qui est clair, c'est qu'à court terme, beaucoup d'argent va entrer dans les grandes entreprises automobiles, ou les plus luxueuses et exclusives.

En fin de compte, les SUV sont, comme tout autre article de luxe, susceptibles d'augmenter de prix, et tant qu'il y aura des personnes prêtes à payer ces prix, le cycle s'enclenchera. Leur haute rentabilité en tant que produits les rend idéaux. Il est plus rentable de déguiser un Land Cruiser 200 et de le vendre comme une Lexus LX, mais les clients eux-mêmes aggravent le problème.

Par exemple, dans le cas de Lexus, il y a des clients qui veulent quelque chose de très grand, mais qui se conduit comme une berline et peut accueillir de nombreux passagers. Ces contradictions mettent les ingénieurs au pied du mur. J'ai été passager d'une Lincoln Navigator à Dubaï, et vous savez quoi ? J'étais plus à l'aise dans une Citroën C6, même si ce n'est pas la même chose en termes de madafaquisme. Ce n'est pas non plus la même chose de se montrer avec des vitres teintées presque opaques, qu'avec la vitre baissée dans un roadster. C'est plus une posture avec une décapotable.

Mais nous pouvons aller plus loin dans le grotesque. Comme plus d'un client de ces voitures seront des personnes à la réputation douteuse, pour ne pas utiliser les mots crime et organisé dans la même phrase, ils auront des besoins spéciaux... des besoins spéciaux, ou en anglais, des blindages. Une bonne protection VR7, qui résiste à la décharge de fusils automatiques tels que les AK-47, peut porter plus d'une de ces bestioles à plus de trois tonnes.

Je peux vous donner un synonyme, plus de 750 kg par pneu, et cela dans des conditions dynamiques totalement calmes ou arrêtées. Si Michelin a dû fabriquer des pneus spéciaux pour la première génération du Cayenne, il doit maintenant y avoir beaucoup de gens qui transpirent chez Goodyear, Pirelli et compagnie pour que les mastodontes de demain aient un comportement dynamique décent avec un tel poids.

La goutte d'eau qui fait déborder le vase est de voir quelles alternatives sont proposées par les fabricants dont la R&D est moins bonne pour ces dimensions de roues. Peut-être commencerons-nous à voir beaucoup de gros SUV dans le fossé pour ne pas être équipés des meilleurs pneus du marché. Ou peut-être suis-je un exagérateur qui suinte la haine de chaque touche de son ordinateur, car un type avec une Lamborghini LM 002 m'a embouti quand j'étais adolescent. Je nie fermement ce dernier point.

Il est certain que les ingénieurs des marques les plus prestigieuses disposent de grandes données qui leur assurent une rentabilité de l'ensemble du projet tout au long de son cycle de vie, et que, quelles que soient mes protestations, ce sont des modèles que le marché demande, même s'il ne s'agit que de quelques milliers d'unités. Le fléau des SUV et des crossovers des segments inférieurs devrait être beaucoup plus inquiétant. Il y en aura bientôt plus que les sauterelles en Égypte à l'époque de Moïse.

C'est ce que le marché demande ? Le marché devient trop irrationnel. S'il ne nous suffit pas d'être au bord de l'une des plus grandes crises énergétiques de l'histoire, pour déplacer des kilos supplémentaires d'ostentation et d'opulence, alors la société devra l'apprendre à ses dépens : avec des taxes. Et s'il vous plaît, les fabricants devraient arrêter de nous vendre comme quelque chose d'urbain et de sportif qui est loin de cette définition. la réglementation dans les publicités, maintenant !

Il y a cinquante ans, l'industrie américaine a popularisé, même auprès des moins fortunés, les grosses voitures. La crise pétrolière de 1973 et celle qui a suivi en 1979 ont fait réfléchir plus d'une personne. En 2008, la puce a également changé un peu, lorsque le gallon a dépassé 5-6 dollars, ou le baril de 130-150 dollars. L'apathie immédiate pour les SUV, qui était réelle, a presque mis en faillite Ford, General Motors et Chrysler. Il ne s'agit pas d'amateurs qui fabriquent des voitures dans un garage.

Les signes sont là, pour ceux qui veulent les voir.

Ajouter un commentaire de Les grands SUV sont le comble de l'absurdité.
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.