pistonudos.com

La qualité de la conception fonctionnaliste, ou pourquoi le Golf est si fortement continuiste

La Golf s'est une fois de plus révélée être une copie d'elle-même. Amélioré. Avec plus de technologie. Plus efficace et plus sûr. Mais la Golf est toujours exactement ça : une Golf. Et si l'on peut distinguer ses trois dernières générations d'un simple coup d'œil, il est indéniable que l'ADN de son image n'a guère évolué.

Mais nos critiques sont-elles raisonnables ? La Golf est-elle un design de "qualité" ou démontre-t-elle le manque d'innovation et d'idées de Volkswagen ? Nous allons rédiger un article d'opinion sur le sujet, en examinant en profondeur les différents volets de la conception automobile actuelle.


La nouvelle Golf est le résultat de la tendance du design industriel au fonctionnalisme, et selon ses critères, c'est une réussite.

Pour pouvoir parler d'un bon design, et le faire correctement, essayons d'être objectifs, et d'aller au-delà du "j'aime ou je n'aime pas". Volkswagen est une entreprise allemande, et l'esprit allemand est fondamentalement l'essence de tout son langage de conception, pour tous ses produits.

Tous les produits de Volkswagen (et d'Audi, mais nous en parlerons un autre jour si vous le souhaitez), respirent ce que l'on pourrait appeler la culture du design de Dieter Rams. M. Rams a été chef du design chez Braun, la société allemande de petits appareils ménagers, pendant une bonne poignée d'années.

Rams est l'un des grands partisans de la tendance "fonctionnaliste" du design, où la fonctionnalité prime sur tous les autres aspects de la conception. Sa silhouette est si allongée que ses principes de conception sont étudiés dans n'importe quelle école de design industriel ou architectural.

Rams a promulgué dix questions pour évaluer si l'une de ses conceptions était bonne. Des questions que nous pouvons extrapoler à pratiquement tous les produits de consommation :


  1. Est-il innovant ? Pour Rams, il existe toujours des possibilités d'innover, mais c'est l'innovation technologique et son développement qui doivent servir de catalyseur au design. En d'autres termes, Rams n'innove pas les formes "pour le plaisir d'innover", mais toute modification des formes doit répondre à une amélioration de la technique qui exige une nouvelle conception.
  2. Est-il utile ? Un produit est conçu pour être utilisé. Et son utilisation ne doit pas seulement être fonctionnelle, mais elle doit aussi "en avoir l'air", c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas seulement que le produit soit facile à utiliser, mais il doit aussi transmettre visuellement sa fonction et son honnêteté.
  3. Est-ce esthétique ? Rams considère qu'un produit est "esthétique" s'il intègre son image à son utilité et à la qualité de l'exécution de ses détails. C'est pourquoi seuls les produits bien exécutés sont beaux selon ses critères.
  4. Est-il compréhensible ? Exprimer la fonction dans la forme. Un crayon qui ressemble à un crayon est une question fondamentale pour Rams.
  5. Est-il discret ? Un produit dont le design est de qualité ne doit pas nécessairement être voyant. Rams entend par conception de produits industriels la conception d'un outil, qui n'est pas en soi une œuvre d'art ou un objet décoratif, et qui doit donc être discret.
  6. Est-il honnête ? Le design doit représenter les qualités du produit, sans les exagérer. L'honnêteté consiste à ne pas susciter des attentes plus élevées sur le plan esthétique que ce que le produit peut réellement offrir.
  7. Est-il durable ? Par conception durable, Rams entend une conception qui ne se démode pas, qui conserve sa capacité à ressembler à un produit de qualité au fil des ans. Les modes ne fonctionnent pas dans le fonctionnalisme, car elles sont, par définition, éphémères.
  8. La conception est-elle pensée dans les moindres détails ? Aucun aspect de la conception ne peut être laissé au hasard, ou ne pas être pris en compte dans ses moindres détails. C'est une preuve de respect pour le client du produit, et il faut donc avoir un amour obsessionnel pour le moindre détail du produit.
  9. Est-il écologique ? La préservation de l'environnement est une maxime pour Rams, et c'est l'un des points qu'un bon design ne peut ignorer, donc dans la conception du produit doit considérer la vie complète de celui-ci.
  10. A-t-il le moins d'éléments possible ? Le design pour le design n'est pas quelque chose que Rams aime. L'essence du design est de revenir au pur, au simple, d'éliminer les ornements superflus et inutiles. Moins, c'est plus.

Il y a deux autres corollaires pour Rams, qui sont la haine et le mépris de l'obsolescence programmée (créer un produit conçu pour vieillir de manière programmée), et le développement durable à long terme.


Vous aurez remarqué qu'il existe un lien évident entre les principes de conception de Rams et les principes de conception de Volkswagen et du groupe VAG en général. Pour Volkswagen, même s'ils ne le confirment pas ouvertement, Dieter Rams et le fonctionnalisme sont une religion dans chacun de leurs nouveaux designs et de leurs nouveaux produits.

Le haut-parleur Bosch LE1 conçu par Dieter Rams est un bon exemple de sa "religion" du "moins c'est mieux".

Si nous appliquons l'analyse de Rams au design de la Volkswagen Golf, nous découvrons un produit conçu pour durer dans le temps. La septième génération est née comme l'évolution des six précédentes, et dans le but de ne pas générer d'obsolescence, ne rompt pas avec l'esthétique précédente, afin de ne pas " ringardiser " les modèles précédents.

La nouvelle Golf, c'est la pureté du design en soi, la réduction du même, le minimalisme, le souci du détail (il suffit de regarder le travail des groupes optiques, par exemple). L'innovation vient de l'amélioration technique qui lui est appliquée. Des détails tels que le fait que les roues soient mieux alignées avec les ailes, qu'il y ait moins de porte-à-faux, ou qu'il y ait une perte de hauteur sont une réponse à l'amélioration de la technologie au cours des dernières années.

La Golf s'inspire de l'idée de Rams de ne pas créer l'obsolescence, mais l'évolution.

Le Golf est un pur fonctionnalisme, avec une pureté de forme, une honnêteté et un souci du détail, mais sans vouloir attirer l'attention sur le produit lui-même.


Les éléments visuels sont réduits au minimum, pour maintenir l'honnêteté et la discrétion, limités à une ligne de style qui resserre les formes à la hauteur des poignées de porte, et renforce le langage horizontal prédominant dans le design de la Golf, qui recherche de plus en plus cette forme uniforme "monobloc", qui respecte le langage d'un hatchback et le reconvertit en minimalisme.

Si nous l'évaluons par rapport à la classification de Rams, nous pouvons donc dire que la conception esthétique du Golf est une "bonne conception", c'est "une conception de qualité", car elle respecte tous les préceptes du fonctionnalisme.

Et si cette tendance au design fonctionnaliste, honnête et minimaliste vous semble familière, c'est parce que vous la voyez déjà appliquée à d'autres grandes marques qui connaissent le succès avec elle. Car Apple est une autre des entreprises qui parient le plus sur l'application de ce que le designer de Braun a promulgué dans les années 50 et 60. On pourrait dire que le minimalisme est une culture esthétique au début du 21e siècle. Une nouvelle génération de produits qui n'attirent pas l'attention pour eux-mêmes, mais pour leur simplicité et leur continuité.

Un jour, Volkswagen a commenté dans une conférence de presse qu'ils peuvent se permettre d'appliquer un bon design à la Golf, et de la faire évoluer à partir d'une forme connue, parce que la Golf est un succès, une voiture avec une identité, qui est suffisante pour rester sur la crête technologique avec des rénovations qui ne changent pas son ADN fondamental, pour maintenir le niveau des ventes, et rester la référence. Les autres, selon Volkswagen, ne peuvent pas le faire et doivent constamment se réinventer parce qu'ils n'ont pas ce produit "idéal", ce produit avec un fort caractère propre, sur lequel évoluer. Ils doivent donc se révolutionner encore et encore et encore, briser le moule, mais en même temps créer des tendances éphémères et polariser l'opinion.

Mais une chose est que, sur le plan personnel et professionnel, je peux reconnaître la Volkswagen Golf comme un bon produit de design, encadré dans l'identité fonctionnaliste et dans son origine allemande, et une autre chose est que c'est une voiture qui suscite la passion ou l'émotion en moi.

Et comme toute tendance, le fonctionnalisme a ses défenseurs, mais aussi ses détracteurs. Si le fonctionnalisme est un moyen efficace de concevoir des produits industriels dont la valeur réside dans l'expérience de l'utilisateur et dans la capacité à accomplir la tâche que l'on attend de lui sans attirer l'attention sur sa propre conception, il existe une faction de personnes, les amoureux purs du monde automobile, qui considèrent les voitures comme des œuvres d'art.

Et par la définition même du fonctionnalisme, un produit conçu selon ses prémisses ne peut être une œuvre d'art. Pour ceux qui recherchent le "design pour le design", l'art sous la forme d'un produit industriel tel qu'une voiture, les paramètres de M. Rams, qui est un génie, ne sont pas valables.

L'Alfa Romeo 33 Stradale est un bon exemple d'une œuvre d'art sur roues, qui remet en question les principes du fonctionnalisme, offrant "le design pour le design".

C'est alors qu'apparaît une autre tendance, plus latine et passionnée, à créer des produits. Celle dont le berceau est en Italie, où la couleur inonde tout, et où l'on cherche l'inspiration dans des formes sensuelles pour créer des sensations visuelles au-delà de l'utilisation du produit lui-même. Et lorsque vous regardez une Alfa Romeo 33 Stradale, le simple fait de poser les yeux sur ses formes vous excite, vous provoque, et crée en vous des sensations au-delà du rationnel. Peut-être qu'alors, lorsque vous la conduisez, ses performances ne correspondent pas aux émotions visuelles. Peut-être que cela ne fonctionne pas, ou que ses formes ne respectent pas la fonctionnalité pure, mais c'est la folie du design passionné, du caractère latin, qui différencie cette tendance du fonctionnalisme pur et dur.

C'est là que réside probablement la grande dichotomie du bon design, en définissant les deux tendances comme un bon design. Parce que nous ne pouvons pas nier la validité du décalogue en 10 points de Rams, mais nous ne pouvons pas non plus nier la beauté, la somptuosité et la qualité d'un design passionné, où les formes ont leur propre identité, même si celle-ci n'a d'autre utilité que de régaler nos sens.

Il existe plusieurs tendances dans le design actuel, et toutes peuvent être valables. Il ne s'agit pas d'argumenter sur la qualité du design fonctionnaliste, ni sur la nécessité de la passion dans les formes des véhicules, mais plutôt de savoir comment déterminer ce que l'on a vraiment envie d'acheter.

Pourrions-nous alors diviser toutes les conceptions de voitures entre fonctionnalisme et passion ? Probablement, mais ce n'est pas mon ambition personnelle. Diviser et séparer n'a jamais été une bonne idée. Au-delà du noir et blanc, il existe un monde de nuances de gris dans lequel la grande majorité d'entre nous se trouve. Peut-être que la clé pour respecter et comprendre les conceptions de chaque fabricant est de comprendre la raison de leur essence, et ce qui les pousse à être comme ils sont.

Enfin, une note claire de révérence. À ceux qui critiquent et insultent Walter de Silva pour son travail chez Volkswagen, je m'incline devant son génie. De Silva a su saisir ce qui différencie Alfa Romeo d'Audi ou de Volkswagen. Il est arrivé en Allemagne plein de passion latine, mais là, il a vu que ce qu'il fallait, c'était un design "basé sur les principes du bélier", et il a su se réinventer, s'adapter et réussir dans une tendance qu'il n'avait jamais explorée auparavant.

La clé du succès de Walter de Silva est qu'il a su adapter son travail à ce que chaque entreprise exige en raison de son ADN.

De Silva est passé de l'amour de la "forme pour la forme" (156 ou 147) à un design honnête, minimaliste et discret. Quelque chose que très peu de professionnels auraient été capables de faire.

Corollaire personnel : personnellement, je préfère le design passionné pour les voitures au design fonctionnaliste, mais c'est quelque chose de personnel, que vous devrez évaluer vous-même en regardant à l'intérieur de vous.

Ajouter un commentaire de La qualité de la conception fonctionnaliste, ou pourquoi le Golf est si fortement continuiste
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.