pistonudos.com

Interview : Lucas Ordoñez

Et puis la GT Academy de Nissan et Sony est arrivée. Lorsque l'Espagnol a commencé à se battre contre la montre assis au volant de sa console, il ne se doutait probablement pas du chemin qu'il allait parcourir sept ans plus tard. Aujourd'hui, il n'est plus un inconnu. En fait, je dirai qu'il est l'un des pilotes internationaux qui fait le plus campagne. Fleuron du programme de la GT Academy, il participe actuellement à la Formule 3 japonaise, à la SuperGT, à quelques courses d'endurance avec la GT-R GT3, et pour couronner le tout, il sera l'un des neuf pilotes officiels qui participeront aux 24 heures du Mans cette année, au volant de la GT-R LM Nismo LMP1.


Cette année, Lucas participe à la Formule 3 japonaise, où il est déjà monté sur le podium, à la SuperGT japonaise, à la catégorie reine des GT500, et à des courses d'endurance avec Nissan au Mans et aux 24 heures du Nürburgring.

Nous avons pu l'interviewer pendant qu'il volait le temps de son sommeil lors d'un de ses voyages en avion vers le Japon, où il nous a raconté beaucoup de choses intéressantes. Passons-les en revue.

Guille : Tout d'abord, comment vas-tu ? Tu voyages plus que Willy Fog depuis quelques années maintenant, et en ce moment tu passes plus de temps au Japon qu'en Espagne... comment t'es-tu adapté à la vie et à la culture japonaise ? as-tu faim (je reviens toujours plus maigre quand je voyage en Asie parce que je n'aime pas la nourriture) ? es-tu fatigué ?

Lucas : Salut Guille, je vais très bien merci, comme je dis toujours vivre le rêve ! Non-stop comme vous dites. Mon pont aérien est Madrid-Japon et je peux dire que j'en ai assez des aéroports (j'écris depuis un avion en ce moment) mais je ne peux pas me plaindre, c'est pour le travail et je remercie Dieu pour cela ! Je me suis très bien adaptée à la culture japonaise, j'aime tout, j'aime Tokyo, j'aime la nourriture et je continue à rencontrer des gens sympathiques, respectueux et amicaux.


G : Comment pouvez-vous faire une course d'endurance en Europe, comme vous l'avez fait l'autre jour aux 24 heures du Nürburgring, avec un décalage horaire à compenser en moins d'une semaine, puis retourner presque immédiatement au Japon ?

L : J'aime que tu me demandes comment je peux faire les 24h du Nürburgring en venant du Japon et repartir le lendemain pour continuer à courir, je vois que tu regardes tout ! C'est assez difficile, mais avec la fatigue et une bonne alimentation, je peux contrôler les heures de repos et être à 100% dans la voiture, enfin peut-être à 98% physiquement. Il n'y a rien qui guérisse autant de vols et de décalage horaire. L'année dernière, j'ai fait quelque chose de similaire mais je suis tombé malade et je n'ai pas pu concourir. J'étais au lit avec de la fièvre toute la nuit.

G : Vous avez réussi à vous classer dans le Top 10 aux 24 heures du Nürburgring l'autre jour avec la GT-R GT3, mais en regardant la course, il semble que vous manquiez de vitesse et de la capacité de faire moins d'arrêts au stand, de prolonger les relais, etc. L'équilibre des performances imposé par l'ADAC vous affecte-t-il négativement ? Nissan sera-t-il en mesure de se battre pour une victoire absolue au Nürburgring avec la GT-R actuelle ?

L : Oui c'est vrai, en N24h nous manquions de vitesse par rapport aux nouvelles Audi, BMW etc. mais ce qui nous manquait le plus était d'avoir 3 GT-R ou plus pour pouvoir avoir une stratégie plus agressive et attaquer depuis V1 comme les autres. Nous devions avoir une stratégie plus conservatrice pour arriver à l'aube et pouvoir attaquer et c'est ce que nous avons fait. Gardez à l'esprit que les Allemands développent leurs GT3 pour cette course, ils arrivent et ne font pas un seul changement de réglage, ils courent tout le VLN et ils ont beaucoup de voitures. L'Audi N1 a abandonné à cause d'un accident spectaculaire lorsque Mamerow attaquait... nous ne pouvions pas prendre ces risques. Donc, si nous venons ici avec plus de voitures et des plans de test à l'avance, bien sûr nous nous battrons comme nous le faisons au Japon et dans d'autres événements.


G : Maintenant que le SuperGT et le DTM vont unir leurs formats et avoir une finale "mondiale" en 2017, vous faites vraiment partie de l'un des championnats les plus importants du monde du sport automobile... Comment voyez-vous cette union ? Pouvez-vous imaginer que Nissan déplace sa GT500 pour courir dans le DTM allemand une fois que les règlements seront partagés ? Dites-nous comment vous attendez la saison des GT500.

L : J'espère pouvoir continuer à faire partie du programme GT500 et pouvoir me battre contre le DTM. Ce sera un championnat qui mettra les nerfs de Bernie à vif. Ce sera, avec le WEC, quelque chose de spectaculaire.

La GT500 est une catégorie TOP. Plus que le DTM, c'est la F1 des GT, donc je dois me faire une place petit à petit et ne pas faire d'erreurs. Pour l'instant, mon rôle a été très positif après cette cinquième place en Q2 à Fuji. Ce résultat est beaucoup plus important qu'il n'y paraît. C'est comme si une Mclaren de cette année faisait cinquième en F1 parce que nous sommes sur des pneus Yokohama qui sont moins expérimentés que les autres marques. Il me reste la course en Thaïlande où un bon résultat est possible car les Yokohama sont très bien adaptées à cette piste/température.

G : Je change de sujet pour parler du Mans. Si je ne me trompe pas, vous serez sur la grille pour la cinquième fois et pour la première fois en LMP1. Êtes-vous nerveux ?


L : Oui. C'est la cinquième fois au Mans. Plus que nerveux, j'ai hâte d'y courir à nouveau !

G : Vous arrivez sans avoir testé la voiture en compétition contre vos rivaux. Personne ne sait exactement où vous en êtes, mais d'après ce que nous avons entendu, il semble que cette année sera une année "d'acclimatation et d'expérience", et que les attentes de faire quelque chose de grand, de se battre pour gagner, seront laissées pour 2016.

L : Toutes les équipes LMP1 ont beaucoup de travail à faire et beaucoup de raisons de se battre pour leur première année au Mans, bien sûr ce sera un test d'apprentissage, d'organisation et d'amélioration. Bien sûr, 2016 sera une autre histoire et nous serons dans le peloton de tête.

G : Vois-tu vraiment du feu sortir des échappements, ou devenir brûlant quand tu cours la nuit avec cette nouvelle voiture, où tu as les échappements dans ton champ de vision ?

L : Oui, pas seulement la nuit, je vois du feu sortir des échappements et frôler la vitre avant, quand je vais dans le coin Mulsanne ou Arnage. C'est incroyable ! La nuit, je ne sais pas si c'est trop !

G ; Est-ce que vous tenez bien dans la voiture (nous savons que vous n'êtes pas "le plus petit de l'équipe", et il y a eu des plaintes concernant la taille de l'habitacle) ?

L : Je rentre, mais ce n'est pas la meilleure position, comme j'ai le moteur avant, les pédales sont très proches et ma position n'est pas la meilleure, nous cherchons encore des astuces pour me loger pour les 24h. Toutes les voitures LMP1 sont plus petites qu'elles n'en ont l'air, regardez une photo avec les voitures GT pour ceux qui ne le savent pas... c'est incroyable la différence par rapport à la Corvette d'Antonio par exemple.

G : Nous nous attendons à ce que dans les lignes droites, vous soyez plus rapide que n'importe qui d'autre, et que dans les virages, en particulier dans les virages Porsche, où vous avez besoin de beaucoup d'appui, vous perdiez du terrain sur vos rivaux... Cela nécessitera-t-il une stratégie spéciale ? Cela vous sera-t-il utile pour dépasser les voitures plus lentes des autres catégories dans les lignes droites ?

L : Notre concept est très axé sur la faible traînée et l'efficacité aérodynamique sur les lignes droites, dans le test officiel nous étions les plus rapides sur les lignes droites, mais nous avons beaucoup de travail devant nous pour être compétitifs dans les virages et attaquer les bordures et chercher la limite de la piste. Nous travaillons pour améliorer chaque tour que nous faisons.

Nous n'avons pas de stratégie définie, nous nous contentons de détecter, signaler et améliorer.

G : Ceux d'entre nous qui suivent le projet de nouvelle voiture depuis un certain temps et qui disposent de quelques informations ont le sentiment que la voiture ne va pas tenir toute la course, et que vous manquerez probablement de rythme de course. Pouvez-vous m'enlever cette idée de la tête ?

L : Je suis une personne sincère, nous avons un projet incroyable, différent, révolutionnaire. Appelez cela comme vous voulez, mais il faut beaucoup de courage pour tout chambouler et créer ce concept. Tous les fabricants ont souffert au cours de leur première année et nous ne faisons pas exception. LMP1 H est une catégorie dans laquelle Audi investit plus de 200 millions d'euros chaque année depuis plus de 10 ans. Cela fait partie du projet, personne n'arrive et n'atteint le succès, nous devrons être forts et apprendre de nos erreurs.

G : Je vous dirais bien de parier sur un vainqueur au Mans, mais vous me diriez que vous pariez sur vous-mêmes, alors je vais vous demander... qui sera, selon vous, votre plus grand rival ?

L : Ce sont tous de grands rivaux, avec beaucoup d'expérience et une technologie de pointe. Tous les concurrents ont augmenté leur efficacité aérodynamique de 3 à 4 % en un hiver. Ils ont augmenté la quantité de MJ qu'ils utilisent par tour comme Porsche, qui est vraiment effrayante à chaque sortie de virage. Je pense que cette année Porsche a une longueur d'avance pour gagner Le Mans mais Audi a une longueur d'avance pour gagner le WEC.

G : Je te laisserai tranquille et je ne t'embêterai plus. Nous vous ferons passer un entretien téléphonique en direct pendant les 24 heures et nous vous interrogerons à nouveau après la course. Bonne chance, Lucas, et merci beaucoup pour votre temps !

L : Merci beaucoup les amis, nous parlons depuis Le Mans.

Le retour d'Alfa Romeo : de la 1900 à la Giulia




Ajouter un commentaire de Interview : Lucas Ordoñez
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.