pistonudos.com

Contact : Volkswagen Golf 2017

Lors de la présentation à Majorque, nous avons brièvement conduit la Golf GTD Variant avec la nouvelle boîte de vitesses DSG à 7 rapports, la GTI, qui développe désormais 230 ch, et la 2.0 TDI Sport de 150 ch. Il s'agit essentiellement d'une mise à jour esthétique et des systèmes d'infotainment, dans le reste de la voiture les changements sont discrets. Le prix de départ est de 20 150 euros pour la 1.0 TSI Edition, qui comprend 1 300 euros d'équipements gratuits.


Les moteurs 1.2 TSI et 1.4 TSI disparaissent de la gamme, ainsi que les versions Bluemotion (comme celle du test que nous avons publié la semaine dernière). Le moteur 1.5 TSI EVO, qui arrivera presque en été, n'a pas pu être testé (il n'y avait pas d'unités pour tout le monde). La gamme espagnole est configurée en fonction de la demande locale, il y a donc des modèles qui ne viendront pas, comme les modèles de base pour le marché allemand, le Bluemotion 130 ch et autres. Plus tard, la e-Golf, la GTE et la Golf R seront présentées.

Sans plus attendre, voyons ce que la nouvelle Golf nous réserve.

Les changements de conception

Commençons par l'avant, où les grilles, les blocs optiques et les pare-chocs ont été modifiés. Selon la version, les pare-chocs sont différents, les GTD et GTI se distinguent encore des modèles normaux, et il faut aussi parler de la version familiale (Alltrack). Volkswagen conserve la version trois portes malgré un marché en baisse, mais la Golf a beaucoup de volume et peut se le permettre.

Le logo VW dissimule le radar à micro-ondes (s'il y en a un) derrière le logo VW, au lieu de le cacher sous un couvercle en plastique.

Des groupes de feux à DEL intégrés remplacent toutes les unités au xénon, sont de série sur les modèles les plus équipés, et en option sur les autres. Les modèles de base sont équipés de feux de jour à LED et de phares halogènes. Dans le cas de la GTI, nous trouverons à l'intérieur du phare une signature bicolore rouge et blanche, qui veut également poursuivre la bande chromée qui court sur la largeur de la voiture. Latéralement seulement changer les pneus, dans le marché espagnol ne sortira pas pour le moment toute Golf avec des enjoliveurs. De nouvelles couleurs font également leur apparition, comme le jaune moutarde.


À l'arrière, tous les groupes de feux sont désormais à LED, ce qui permet d'économiser de l'énergie, d'être plus durable et d'être beaucoup plus esthétique. Sur les versions les plus équipées, les clignotants sont animés - comme dans l'effet scanner de KITT - et la différence entre la position et la fonction de freinage est plus perceptible. Détendez-vous, il est très clair qu'une Golf freine, quel que soit son prix. Sur les modèles Sport, une fausse sortie d'échappement a été ajoutée au moyen de chrome, ce qui n'a pas beaucoup de sens sur cette voiture.

Hérite des solutions technologiques d'Audi

L'année dernière, les Audi A4 et Q7 ont présenté des technologies sophistiquées qui ont changé la donne au niveau du tableau de bord et des systèmes d'infodivertissement. Les Golfs de base disposeront toujours d'un combiné d'instruments analogique avec des cadrans et un écran central numérique, mais au-dessus de celui-ci - en option sur Advance, de série sur Sport ou supérieur - reçoit un écran numérique de 12,3″, avec une résolution de 1 440 x 540 pixels.

Cet écran intègre des informations provenant de l'ordinateur de bord, des aides à la conduite, de la stéréo, des alertes trafic, de la navigation, etc. à un niveau jamais atteint dans la marque. Il fournit beaucoup d'informations, tellement qu'il peut submerger les conducteurs chevronnés souffrant de technophobie. Même votre serviteur, qui est plus qu'habitué à la technologie depuis qu'il rampe, a besoin d'un peu de temps pour se familiariser avec toutes les fonctions sans quitter la route des yeux. Il est parfois difficile de trouver quelque chose de très spécifique.


Le système le plus performant, Discover Pro, est une œuvre d'art qui mérite un article approfondi rien que pour lui.

En revanche, tous les systèmes d'infodivertissement de la génération précédente (MIB) sont remplacés par de nouvelles unités de 6,5″, 8″ et 9,2″. Dans le cas du plus sophistiqué et du plus grand, le Discover Pro, il reconnaît le geste de la main qui glisse d'un côté à l'autre, ce qui peut être utile ponctuellement. Non seulement l'intégration visuelle des écrans s'est améliorée, mais ils sont également plus fonctionnels à de multiples égards. Lorsqu'on lui demande combien de temps ils peuvent durer... le responsable de la technologie, Kai Höbrink, répond que pendant toute la durée de vie de la voiture, on simule une détérioration équivalente à 20 ans d'utilisation. Certains matériaux intérieurs ont également été améliorés.

Les applications arrivent sur la Golf via le module App Connect, qui fonctionne avec Android Auto, Apple Carplay et MirrorLink. Cette caractéristique est standard sur toute la gamme. Parmi les nombreuses possibilités du système figure une application qui permet d'ouvrir la porte de son domicile à la famille, aux amis ou aux livreurs, Doorbird. La voiture elle-même peut disposer de sa propre connexion Internet via une carte SIM 4G, qui est utilisée non seulement pour les services connectés optionnels (Car-NET "Security & Service" et "Guide & Inform"), mais aussi pour partager la connexion avec les passagers. Vous pouvez, entre autres, visualiser la navigation avec Google Earth, écouter la radio numérique, les réseaux sociaux....


Ces services connectés sont payés séparément, par exemple, le "Security & Service" coûte 300 euros HT, comprend 10 ans d'appel d'urgence et trois ans de services qu'il faut ensuite renouveler. Et que permet-il ? Vous pouvez localiser la voiture en cas de vol, ou en donnant les clés à un membre de la famille ou à un ami à la crédibilité douteuse, vous pouvez savoir si elle roule trop ou si elle a dépassé la zone géographique configurée. En d'autres termes, la voiture est équipée d'un dispositif d'alerte... Vous trouverez plus de détails sur le site web de Volkswagen.

Enfin, les systèmes de sécurité sont plus performants que jamais.

Il dispose - de série ou en option - du freinage automatique avec détection des piétons, de la conduite semi-automatique dans les embouteillages, de l'arrêt automatique si le conducteur ne réagit pas (par exemple en cas de crise d'épilepsie ou de somnolence), de l'assistant de maintien dans la voie, de l'aide au stationnement des remorques, du stationnement automatique, etc. Ces systèmes ne garantissent rien, mais il vaut mieux les avoir que de ne pas les avoir. Par exemple, si vous ne prenez pas le volant pendant plusieurs secondes - si vous pouvez lire les lignes sur la route - l'assistance n'est pas interrompue, mais elle donne quelques coups de frein pour vous réveiller. En l'absence de réponse, la voiture tentera de s'arrêter sur la bande d'arrêt d'urgence pour éviter tout problème majeur.

Voici comment se comportent les nouvelles Golf GTD et GTI.

Le supertanker de la gamme produit 184 ch, c'est la GTI que les poches des plus trotteurs peuvent supporter. Dans ce cas, le moteur n'a pas gagné un seul cheval, mais il reçoit la nouvelle boîte de vitesses automatique DSG à sept rapports. Pendant plus de 10 ans, les Golf TDI les plus puissantes n'étaient disponibles qu'avec une boîte automatique à six vitesses. Qu'est-ce qui a changé ? Amélioration stupéfiante, elle consomme 0,3 l/100 km de moins. La GTD échappe presque à la taxe d'immatriculation, presque ! La boîte DSG-6 disparaît de la gamme.

Avec la nouvelle boîte de vitesses, la Golf GTD accélère de 80 à 120 km/h en seulement 6 secondes, comme la manuelle en 4ème vitesse. L'accélération de 0 à 100 km/h prend 7,8 secondes dans le pire des cas, la carrosserie de la Variant, 7,4 secondes dans le cas d'une compacte. La vitesse maximale est également impressionnante pour une voiture à essence, 230-231 km/h. C'est une performance très décente, et la consommation est très raisonnable même si nous avons un pied très lourd. Avec une essence, on ne peut pas en dire autant.

Le moteur est énergique et plein de vie, il a plus qu'assez de puissance pour l'immensité des mortels.

La consommation obtenue lors du test n'est pas représentative, comme dans toute présentation, mais moins de 7 l/100 km compte tenu des accélérations et de la façon de conduire me semble un bon chiffre. L'expérience de conduite n'a rien à voir avec celle du premier TDI DSG, et je dis cela parce que j'ai pris une Golf V 2.0 TDI DSG lors de sa sortie. Le moteur a gagné en raffinement au point que l'on oublie parfois que l'on conduit un diesel, et il sonne même bien dans certaines phases d'accélération. Comme la transmission 7G-DCT de Mercedes, c'est un plaisir de conduire un diesel comme celui-ci, la laideur du moteur est dissimulée par l'électronique.

Mais ce n'est toujours pas une GTI, et celle-ci a gagné en puissance. Les GTI "normales" délivrent désormais 230 ch, ce qui leur permet de passer de 80 à 120 km/h en seulement 5 secondes, et d'accélérer jusqu'à 100 km/h en 6,4 secondes, avec une vitesse de pointe de 250 km/h. À l'extérieur, ils sont immédiatement reconnaissables : double sortie d'échappement (un tuyau à chaque extrémité), pare-chocs plus agressifs et phares LED bicolores. C'est l'une des compactes à traction avant les plus intéressantes du marché, et la GTI Performance développe désormais 245 ch.

Le trajet a été bref, mais intense. La Golf GTI dispose d'une réserve d'accélération impressionnante, à tel point que les routes sont souvent trop petites et qu'il faut réfléchir à des itinéraires spécifiques pour en profiter davantage sans être un danger, ou risquer de perdre la moitié de son permis de conduire s'il y a un radar caché. Parfois, le moteur donne plus de puissance que les roues ne peuvent en digérer, et c'est alors que la transmission intégrale vous manque. Dans ces conditions, vous devez lever un peu le pied.

Elle roule fort et elle roule bien, c'est une voiture de sport convaincante alors qu'elle est dérivée d'une compacte généraliste.

J'ai testé la Golf GTI avec une boîte manuelle à six vitesses. J'ai adoré le détail de la petite boule de la Golf en haut du pommeau, mais je n'ai pas aimé le toucher, je l'ai trouvé un peu mou pour une Volkswagen, je me souviens du toucher de leurs boîtes de vitesses de la génération IV, comme la voiture de l'auto-école n'est jamais oubliée. Je suis sur le point de recommander la Golf GTI avec boîte DSG juste pour ce petit détail. Quant au freinage, à la stabilité... cela n'a pas changé du tout, c'est toujours une excellente voiture, même si on peut trouver mieux pour le même prix.

Des moteurs plus verts... pour quand ?

Ni le nouveau 1.5 TSI EVO, ni les 1.0 TSI, 1.8 TSI ou 2.0 TSI mis à jour ne sont encore équipés d'un filtre à particules. Jörg Theobald, responsable du développement des groupes motopropulseurs et des énergies alternatives, me l'a expliqué : les filtres à particules arriveront d'abord sur le Tiguan 1.4 TSI, puis sur le reste des moteurs, à temps pour répondre à la norme Euro 6c. Je crains qu'il ne soit pas possible d'ajouter le filtre après coup, car outre le filtre lui-même, plusieurs systèmes électroniques sont nécessaires, comme la mesure des particules. Même s'ils paient, ils ne pourront pas installer le filtre sur un modèle qui n'en est pas équipé.

Quant aux moteurs TDI, ils sont tous équipés d'une injection d'urée pour réduire les émissions d'oxyde d'azote. Penser à Volkswagen nous amène à penser au Dieselgate impepinablemente, mais il faut dire que les nouveaux TDI sont de la famille EA288, et des données indépendantes certifient qu'ils sont le diesel le plus propre que vous pouvez acheter aujourd'hui. Les moteurs de la fraude étaient d'une génération précédente, l'EA189, plus connu sous le nom de TDI CR, car c'était la première génération avec une injection à rampe commune au lieu de la mythique pompe-injecteur.

Toutes les Golfs sont BMT, c'est-à-dire qu'elles disposent du système Stop&Start et du freinage par récupération.

Sur le marché espagnol, les versions essence Bluemotion ne présentent pas d'intérêt, elles ont été très peu vendues. En Allemagne et sur d'autres marchés sera disponible plus tard le 1,5 TSI EVO Bluemotion, plafonné à 130 ch (normalement donne 150 ch), avec une plus grande efficacité thermique. Le moteur à essence d'entrée de gamme est le 1.0 TSI de 110 ch, qui affiche une consommation de 4,8 l/100 km ; s'il était équipé du système Bluemotion (avec aérodynamique, boîte de vitesses et pneus optimisés), cette consommation diminuerait de près d'un demi-litre.

Avant de prendre l'avion du retour, j'ai brièvement conduit une 2.0 TDI de 150 ch avec boîte de vitesses manuelle. Je dois dire que j'ai trouvé la sensation du pommeau de vitesse plus satisfaisante que sur la GTI. Avec ce niveau de puissance, la Golf est une voiture valable pour un public très large, la différence avec la GTD n'est pas aussi prononcée, mais elle est perceptible lorsque vous mettez beaucoup de chaussures ou que vous roulez vite. J'ai également trouvé que c'était un diesel très satisfaisant, c'est pourquoi j'éloigne encore plus dans ma mémoire la sensation de tracteur des injecteurs-pompes des 1.9 TDI et 2.0 TDI avec lesquels j'ai joué dans mes jeunes années.

Le 2.0 TDI de 150 ch récupère un peu mieux que le 1.5 TSI EVO de 150 ch, mais l'essence accélère avec plus d'agilité ; ils sont à égalité en haut de gamme.

Cependant, quand je dis "tout le monde", il est important d'être clair. En Espagne, l'acheteur type d'une Golf ne se demande pas s'il doit acheter une Mazda3, une Honda Civic ou une Ford Focus, du moins selon le service de presse. Ils débattent plutôt entre l'achat d'un C Premium (A3, Série 1, A...), d'un B-SUV (2008, Captur, Juke...) ou même d'une berline du segment D. La clientèle de la Golf est très stable malgré un marché très changeant, la part de marché de la compacte se maintient bien.

En Espagne, les versions de base -Edition- sont les moins vendues de la gamme générale, les GTI, GTD, GTE, e-Golf ou Golf R sont à part. Les meilleures ventes sont celles de la version intermédiaire -Advance- avec une part de 50%, suivie de la version la plus équipée -Sport (Highline dans d'autres pays)- avec 30%, laissant un peu moins de 20% pour l'Edition. Les Bluemotion sont résiduels, on peut en dire autant des TGI au gaz naturel. Au moins Volkswagen vous permet de choisir, aucune compacte sur le marché ne vous permet d'opter pour l'essence, le diesel, le gaz naturel, l'électricité pure ou l'hybride rechargeable, les choses étant ce qu'elles sont.

La gamme Golf est très riche et étendue, il y a des options, mais ensuite c'est le client qui choisit. Il est difficile de parler des mauvaises Golfs ou des Golfs qui ne sont pas recommandées. À partir de cet article, je serai considéré comme plus tali-VAG, c'est sûr, mais je m'en fous. Mon travail consiste à dire les choses comme je les ressens, et la voiture est bonne, elle est bonne, point final. Sur le plan technologique, elle gagne beaucoup de terrain par rapport à des concurrentes comme la Focus avec SYNC ou la Mégane avec R-Link, et à bien des égards, elle est à nouveau la compacte de référence du marché.

Le reste de la voiture n'a pas changé parce qu'il n'en avait pas besoin. Il n'y a donc pas lieu de commenter quoi que ce soit concernant l'intérieur, le coffre, etc. Les moteurs avec boîte de vitesses manuelle homologuent dans certains cas la même consommation que le modèle sortant, et le dossier ne décrit aucun changement dans la suspension ou les éléments mécaniques d'importance. Autrement dit : plus beau, plus sûr, plus connecté, plus technologique, un peu plus efficace, et le reste continue avec la recette du succès sortie en 2012.

Ainsi, quel que soit le destinataire, de nombreuses marques continueront à considérer la Golf comme la compacte de référence, j'en ai bien peur.

Ajouter un commentaire de Contact : Volkswagen Golf 2017
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.