À quoi ressemblait l'Aston Martin DB4 G.T. lightweight originale ?


Vous pouvez entendre une symphonie, digne du London Philharmonic, mais sur six cylindres. Un son d'échappement qui enivre le long d'un court trajet avec un style anglais inimitable. On peut difficilement composer quelque chose d'aussi beau avec si peu de plans, car on n'a pas l'impression d'avoir été filmé pendant très longtemps. Il s'agit d'une brève période de trois minutes et demie que vous appréciez comme si elle durait plus longtemps.

Il n'y aura que 25 unités du nouveau modèle, mais il n'y a que 8 unités de l'original.

Ce petit bijou avait 300 ch, ce qui est beaucoup pour 1959. Son premier propriétaire était Thomas Sopwith, l'un des pionniers de l'aviation britannique. L'un de ses avions, le Camel, a été le fléau des Fokker, Aviatik et Pfalz des puissances germaniques pendant la Première Guerre mondiale. Il avait déjà été anobli à ce moment-là. Il est désormais détenu par Paul Michaels, propriétaire d'Hexagon Classics. Son activité consiste à acheter et à vendre les plus belles des plus belles, cela vaut la peine de passer un peu de temps sur son site web et de baver un moment sur des voitures qui ne seront jamais à notre portée. Ok, il y a aussi des voitures abordables, mais elles ne s'habillent pas autant.





Ajouter un commentaire de À quoi ressemblait l'Aston Martin DB4 G.T. lightweight originale ?
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.