pistonudos.com

La publicité japonaise pour le C-HR touche une corde sensible chez les trentenaires.


Dans le deuxième spot, le C-HR se faufile dans le légendaire Steet Fighter II de CAPCOM, l'un des jeux qui a fait voler le plus d'argent dans les salles d'arcade pour les gens de ma génération, ou qui a fait souffrir le plus de manettes de Super Nintendo. Plus d'un se souviendra d'une scène dans laquelle notre combattant a dû écraser une voiture - si je me souviens bien, il s'agissait d'une Lexus LS - mais le C-HR ne subit aucun dommage. Il vaut mieux que je ne vous raconte pas la fin si vous ne l'avez pas vu.


https://www.youtube.com/watch?v=GBocyBZrmwk

https://www.youtube.com/watch?v=exDTaMMXgqo

C'est à la fin de ces spots que l'on trouve le slogan "Fun to drive". Encore une fois. Peu de gens s'en souviennent encore, mais le slogan "Fun to drive" était utilisé dans la publicité de Toyota dans les années 80 et 90, lorsque des modèles comme la MR2, la Supra ou la Celica existaient, et il signifie "plaisir de conduire". "Encore" signifie "à nouveau". Et plus d'un d'entre vous se demande ce que cela peut bien avoir à faire avec le C-HR. Je vais vous donner un aperçu des conclusions d'avoir testé cette voiture pendant une semaine entière et dans des conditions moins conviviales que lors de la présentation.

Le C-HR est un crossover qui ressemble à un crossover, mais qui se conduit comme une compacte. J'ai dû manger pratiquement tous mes clichés sur le segment : il ne donne pas l'impression d'être lourd et maladroit, les virages sont bien meilleurs que prévu, la consommation de carburant est comparable à celle d'un diesel non SUV, etc. Le C-HR est-il une voiture agréable à conduire ? En tout cas, si on la compare à ce qui est proposé dans sa catégorie, oui, elle l'est. C'est l'un de ces rares modèles qui, comme les Mazda CX-3 ou CX-5, rendent ce segment plus digeste pour ceux d'entre nous qui aiment vraiment conduire des voitures.


Pour ceux qui doutent de la plausibilité de ce que je dis, il faut regarder les conditions de conception du C-HR, avec un centre de gravité abaissé, une suspension indépendante et l'exigence qu'il soit agréable à conduire, prévisible pour le conducteur, et qu'il fasse ce qu'on lui dit de faire. Je maintiens mes premières impressions, mais je comprendrai ceux qui ne me croient pas. Une chose est claire, Toyota veut lentement retrouver sa réputation perdue de constructeur de voitures amusantes. Ce fut d'abord la GT 86, puis le retour au rallye, aujourd'hui il semble que l'on s'intéresse davantage aux sensations dans des modèles qui, de par leur conception, ne sont pas destinés à battre des chronos sur circuit et correspondent à ce que la clientèle moderne demande (c'est-à-dire qui se vendent bien).

Selon mon opinion professionnelle, je ne peux en aucun cas dire qu'il s'agit d'une publicité minimalement trompeuse (fiction à part la victoire de M. Bison). Nous sommes tous d'accord pour dire qu'une GT 86 est beaucoup plus agréable à conduire qu'un C-HR, mais il est clair qu'ils ne se disputent pas la même clientèle. Il y a des concurrents de Toyota qui veulent faire passer le même message sur la sensation de conduite de leurs SUV et de leurs crossovers, mais vous n'obtenez pas le même impact.


Une dernière question. Après avoir regardé les publicités japonaises, comparez-les avec celles de l'Europe :

Avec lequel vous vous sentez le plus identifié ? Je suis presque sûr...

Ajouter un commentaire de La publicité japonaise pour le C-HR touche une corde sensible chez les trentenaires.
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.