Comment se sont déroulés les faits

    Comment se sont déroulés les faits

    C'est arrivé. Le premier crash mortel du pilote automatique de Tesla. Au contraire. Semi-automatique en fait. Mieux encore, un pilote automatique qui permet de se guider semi-autonome. Et sur ce dernier mot il y a tout la désinformation que les médias du monde entier ont monté sur l'histoire ces derniers jours. Vous l'avez tous lu : un client de Tesla a percuté un camion alors que le pilote automatique était actif.



    C'est un fait dont tous les médias ont parlé. En Espagne, tous les journaux - mais vraiment tous - se sont déchaînés, parlant souvent avec une extrême approximation d'une histoire extrêmement grave. Sérieux à la fois parce qu'une personne est décédée, et parce que la technologie du futur proche est évoquée - avec superficialité et ignorance -.

    Ce qui est certainement étonnant, à mon avis, que j'ai remarqué au sein de mon réseau de contacts, c'est à quel point le pilote automatique Tesla et toute l'histoire sont devenus populaires. Je l'ai vu lu, partagé et commenté par tant de personnes que je pensais pouvoir le faire à distance. C'est sans doute positif, car cela démontre à quel point certaines thématiques et attentions sont de moins en moins niches.

    Comment se sont déroulés les faits

    Joshua Brown, 40 ans, conduisait sa Model S noire à Williston, dans le nord de la Floride. C'était sur la Route 27, une autoroute. Comme le montre l'image suivante de la Florida Highway Patrol, également utilisée par le New York Times, le camion a viré à gauche sur une perpendiculaire. Le pilote automatique Tesla, ne reconnaissant pas le camion, n'a pas freiné provoquant ainsi l'impact. Comme la remorque était en hauteur, la Model S a réussi à passer en dessous, détruisant toute la partie supérieure de l'habitacle, puis s'écrasant contre des clôtures et des lampadaires, s'arrêtant dans un champ. La reconstruction faite par Tesla et la Police explique que le système de conduite semi-autonome de la voiture n'a pas vu le camion en raison de sa garde au sol excessive (caractéristique rare) et de la couleur blanche de la remorque qui ne se distinguait pas du ciel très clair de cet instant. En fait, non seulement le pilote automatique n'a pas vu le camion, mais il n'a même pas vu Joshua Brown, le conducteur, à tel point que le frein n'a pas été touché.



    Comment se sont déroulés les faits
    La vitesse élevée et une possible distraction fatale

    Un témoin a rapporté avoir été dépassé par la Tesla alors qu'il roulait à 136 mph sur une route avec une limite de vitesse beaucoup plus faible. Évidemment, le pilote automatique doit être capable de réagir à n'importe quelle vitesse, donc la vitesse est en fait un facteur qui n'a rien à voir avec ce qui semble avoir été un cône d'ombre du système de conduite semi-autonome. Cependant, il est difficile de ne pas penser qu'une vitesse inférieure aurait pu donner à l'histoire un épilogue beaucoup moins grave (toujours en supposant que cette infraction soit confirmée).

    La réaction médiatique

    Avec des sujets tels que la mobilité électrique, Tesla, le pilotage automatique et la conduite semi-autonome et autonome de plus en plus couverts et en vogue, parler et diffuser l'alerte de cet accident mortel pour les journalistes était comme dégoulinant de graisse. Un scoop. Tout le monde en a parlé : des grands médias nationaux aux petits journaux locaux. Même ceux qui n'avaient jamais abordé ce sujet auparavant (il suffit de profiter des sites de médias pour faire des recherches).

    Dans très peu de textes, la responsabilité réelle et les prémisses nécessaires sont expliquées. Très peu de journalistes ont expliqué la différence entre conduite autonome et semi-autonome, ce qui déplace complètement la responsabilité et donne un tout autre sens à l'histoire. Au contraire, une avalanche d'articles approximatifs qui ont déclenché, chez les nombreux lecteurs, des commentaires critiques pleins de populisme vulgaire.

    Voyons donc comment repositionner l'aiguille de la boussole en fonction des informations réelles.


    Pilote automatique Tesla

    Le pilote automatique Tesla est un système logiciel avancé qui combine les résultats de 4 technologies matérielles : la radarle ultrasonle caméras et le GPS. Sur le plan pratique, le pilote automatique permet à la voiture d'être toujours centrée dans sa voie. Il vous permet également de changer de voie en appuyant simplement sur la flèche et de maintenir votre distance, ainsi que votre vitesse, en fonction du trafic. Côté sécurité, les freins et la direction sont éventuellement activés et contrôlés précisément pour éviter les chocs ou les sorties de route. Enfin, la voiture est capable de se garer une fois qu'elle a trouvé le bon emplacement pour le faire.


    Comment se sont déroulés les faits

    Le pilote automatique, une fois activé, AVERTIR le conducteur de garder les mains sur le volant en tout temps et de maintenir une attention élevée afin de pouvoir intervenir à tout moment. Au préalable, la voiture vérifie en permanence que le conducteur est éveillé et actif, demandant de toucher le volant pour confirmer sa présence. Sinon, il émet des signaux audiovisuels.

    Pour donner le juste poids, je tiens à souligner le concept : le pilote automatique AVERTIR gardez toujours les mains sur le volant.

    De la note de Tesla intitulée « Une perte tragique », post-accidentelle, on lit en effet :

    « Il est important de noter que Tesla désactive le pilote automatique par défaut et exige une reconnaissance explicite que le système est une nouvelle technologie et toujours en phase bêta publique avant de pouvoir être activé. Lorsque les conducteurs activent le pilote automatique, la boîte de confirmation explique, entre autres, que le pilote automatique "est une fonction d'assistance qui vous oblige à garder vos mains sur le volant à tout moment" et que "vous devez garder le contrôle et la responsabilité de votre véhicule " lors de son utilisation. De plus, chaque fois que le pilote automatique est engagé, la voiture rappelle au conducteur de « Toujours garder les mains sur le volant ». Soyez prêt à prendre le relais à tout moment. Le système effectue également des vérifications fréquentes pour s'assurer que les mains du conducteur restent sur le volant et fournit des alertes visuelles et sonores si la main n'est pas détectée. Il ralentit ensuite progressivement la voiture jusqu'à ce que la manipulation soit à nouveau détectée.


    Le pilote automatique est en version bêta et est une technologie de conduite semi-autonome

    Comme mentionné, il s'agit d'un système particulièrement avancé ma en beta. En bêta signifie en phase de test, à utiliser avec certains expédients et limites accepter, également connu.
    De plus, que le pilote automatique soit en version bêta ou non, il s'agit d'un système de conduite semi-autonome. Ceci, parmi tous les clients de Tesla est connu ce n'est pas


    A partir de cette considération, deux voies s'ouvrent :

    • Tous les articles et discussions qui se sont ouverts sur Tesla Autopilot sont issus de l'ignorance. Alias ​​: ne sachant pas que le pilote automatique Tesla est un système de conduite semi-autonome, d'ailleurs en Beta, les journalistes se sont lancés dans une chasse au renard facile, mais décidément trompeuse.
    • Au contraire, cette information est également connue des journalistes mais en a délibérément mal parlé (quelques références fortes et positives à d'autres marques, au sein des mêmes articles, pourraient nous faire encore plus réfléchir).

    A mon avis, nous sommes dans l'hypothèse n°1 avec quelques exceptions pour le point n°2.

    La conduite semi-autonome est favorable

    La justesse des mots fait la différence. Toujours. Raison de plus dans cette affaire où l'on reproche à Tesla une faute qu'en réalité elle n'a pas. Et il ne s'agit pas d'être partial. Toutes les informations que je rapporte dans cet article sont aussi élémentaires qu'irréfutables.
    Le guide semi-Autonomous, que Tesla Autopilot permet, conduit là où la technologie n'est que de soutien. Utile. Aider. C'est un ajout, pas un remplacement. Cela signifie que le conducteur doit toujours être vigilant, en faisant très attention. Ne vous en faites pas, avec une technologie connue pour être en version Beta et sur laquelle Tesla fournit i avertissements justes, est inconscient.

    L'objectif de la conduite semi-autonome et autonome est de réduire les accidents, les collisions et les décès. L'ordinateur, avec un algorithme bien pensé derrière lui, est objectivement capable de répondre très rapidement à tout événement identifié comme tel. Le semi-autonome, en particulier, exige toujours que l'homme puisse intervenir. Un comportement identique à la conduite est donc requis. En effet, il faut voir l'inverse : avec le pilote automatique il faut conduire comme s'il n'était pas là. C'est la seule façon d'assurer une efficacité maximale combiné homme-machine. Car c'est une combinaison et si l'un des deux tombe en panne, la sécurité est considérablement réduite, jusqu'à de tristes cas comme ceux-ci. Dans les situations inverses, en effet, les statistiques montrent une bonne diminution des accidents et des décès liés.

    Le pilote automatique s'est-il trompé ?

    Allons droit au but. Le pilote automatique Tesla a toujours été étiqueté comme particulièrement sûr, d'ailleurs conforme à la de nombreux prix de sécurité qui ont toujours été attribués à Tesla. Pourtant, un fait comme celui décrit suffit, mais surtout des milliers d'articles erronés et superficiels, pour donner une vision complètement déformée de la réalité.

    La question est donc la suivante : en référence à cette affaire, Le pilote automatique Tesla est-il erroné ou non ? Selon toutes les informations dont nous disposons, la réponse est Oui, il s'est trompé. Et, attention, cela ne peut être contesté. Pas dans ce cas, jamais. La technologie, construite et programmée par les humains, il hérite de sa capacité à échouer. Et cela doit être le point de départ.

    A qui incombe la responsabilité ?

    La discussion ne porte donc pas sur le fait que quelque chose, d'un point de vue technologique, n'a pas fonctionné correctement. Le propos est tout autre : savoir qui blâmer de la mort de Joshua Brown.

    Étant donné que:

    • il est largement envisagé que le pilote automatique puisse tomber en panne
    • le conducteur doit toujours garder les mains sur le volant
    • le système est une conduite semi-autonome, non autonome
    • le système est en version Beta

    Il est clair que l'erreur était humaine. Les conséquences d'un éventuel dysfonctionnement du pilote automatique sont en tout état de cause soumises à la surveillance et à la conduite du conducteur. Un tel contrôle, en l'espèce, ne semble pas avoir eu lieu. Le pilote automatique, qui est en version bêta, ne doit pas et ne peut pas être utilisé comme s'il n'était pas. En fait, comme écrit précédemment, même si ce n'était pas en version bêta, il n'y aurait aucune différence. Aussi sûre qu'elle puisse être déclarée, elle reste une technologie « d'assistance ».

    En effet, dans la conduite semi-autonome, l'homme et la machine sont deux entités actives avec le même objectif. En cas d'inaction de l'un, quelle qu'en soit la raison, l'autre intervient.

    En tout cas, consciencieusement dans ces situations et comme l'a déclaré la National Highway Traffic Safety Administration des États-Unis, une enquête a été ouverte pour enquêter plus avant sur le déroulement des faits et le fonctionnement du pilote automatique.

    Le conducteur avait déjà évité un accident grâce au pilote automatique

    Joshua Brown, le 5 avril (un mois avant l'impact mortel) avait déjà évité une collision grâce à l'intervention du pilote automatique. Impossible de ne pas personnellement considérer tout cela comme particulier, étant donné que j'avais utilisé la vidéo de Josha Brown dans l'un de mes discours en tant que conférencier lors d'un événement où j'ai parlé de Tesla et du pilote automatique.

    Que pourrait faire Tesla ?

    Étant donné que Tesla semble très peu attaquable sur le plan juridique, j'ai réfléchi à ce qui pourrait être fait pour éviter des situations désagréables comme celle-ci à l'avenir. je pense que une ligne de communication encore plus explicite et répétée, peut transmettre de manière décisive aux nombreux clients de Tesla les risques de comportements non conformes aux politiques et aux recommandations déjà précises.

    En dehors de cela, je pense que peu de choses peuvent être faites.

    Les conclusions

    Après tant de bruit, il est bon de retrouver la rationalité, de regarder vers l'avant. Le pilote automatique est la technologie du futur et a été créé pour réduire et éviter les accidents. C'est un futur proche. Cet épisode permet de remettre l'accent sur l'essentiel : conscience.

    • La prise de conscience que la technologie nécessite une évolution dans le temps pour devenir mature (par exemple, les accidents d'avion dans les années 60 et 70 étaient beaucoup plus nombreux qu'aujourd'hui).
    • La prise de conscience de restituer l'importance de l'humain. La voiture n'est pas un jouet et le pilote automatique est une figure abstraite difficile à blâmer, pointée du doigt.

    Nous sommes les "maîtres", et responsables, de la technologie. Non l'inverse.
    Pour le reste, il est impossible de ne pas épouser l'espoir de la famille de Joshua. Leurs avocats ont fait savoir que la famille collaborait activement à l'enquête, car ils espèrent que toutes les informations tirées de ce drame seront utiles pour accroître la sécurité routière.

    Qu'en penses-tu? Commentez dans la section des commentaires, ci-dessous.

    my2cents

    ajouter un commentaire de Comment se sont déroulés les faits
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

    End of content

    No more pages to load

    ×
    Deja aqui tu email para recibir nuestra newsletter semanal, llena de ofertas y novedades de tu ciudad