pistonudos.com

Sur l'accident de María de Villota


Voilà pour les nouvelles.

Mon but n'est pas d'évaluer s'il y a eu ou non négligence dans les actions de l'une des parties impliquées.

Ce qui était clair pour moi dès la première minute - et que je ratifie maintenant - c'est que María de Villota a été victime de la limitation des tests, d'une part, et du désir des petites équipes de collecter de l'argent, d'autre part.


Pour dire les choses crûment : à mon avis, Marussia voulait simplement faire de l'argent et a donc donné à Maria ce qui, au basket-ball, serait le temps mort. Au lieu d'une séance libre le vendredi ou d'une véritable journée d'essais sur un circuit avec des majuscules (fruit défendu en raison de sa rareté), l'équipe alors toujours basée à Banbury a envoyé Maria sur un froid aérodrome anglais pour faire le travail.

Ces journées d'essais aérodynamiques se déroulaient autrefois dans un environnement et des conditions indignes de la classe reine. Marco Canseco analyse les faits dans Marca aujourd'hui et explique que, selon l'organisation mentionnée au début, "il n'y avait pas besoin de médecin ou d'ambulance pour ce type de test".

Il y a près de 30 ans, la mort d'Elio de Angelis lors d'un essai au Paul Ricard a conduit à l'obligation de faire fonctionner un hélicoptère et un centre médical chaque fois qu'une voiture de F1 sort pour rouler sur un circuit. Apparemment, il ne s'agissait pas de ces tests aérodynamiques, alias "les minutes de la poubelle".

Les tests aérodynamiques étaient comme des temps morts au basket.

Quelqu'un à la FIA a compris quel était le véritable déclencheur du drame de Maria, et les tests aérodynamiques ont été discrètement supprimés du règlement sportif 2014 de la F1. Je n'ai entendu personne les regretter.


En fait, ce n'est pas étonnant, car lorsque les tests aérodynamiques étaient en vigueur, les équipes pouvaient renoncer à chacun des quatre jours stipulés en échange de... quatre heures de tests en soufflerie ! À l'échelle réelle, remarquez.

Le rêve de Maria avait la même valeur que 240 minutes de tests en soufflerie.

Je répète, ils lui ont donné "les minutes de poubelle".

En économisant les distances -car les conséquences sont diamétralement différentes-, c'est le même mépris que Williams a montré à Susie Wolff lorsque la pilote écossaise a fait sa première séance d'essais du vendredi à Silverstone l'année dernière.


Elle a à peine fait un tour que sa mécanique a lâché. L'équipe a ensuite reconnu sans honte que Wolff utilisait un moteur qui avait largement dépassé son cycle de vie.

Les écuries de F1 semblent ravies de l'impact médiatique de la présence d'une femme pilote dans leur équipe, mais lorsqu'il s'agit de faire le point, elles sont les premières à se montrer peu convaincues de ses capacités.

C'est le problème sous-jacent qui tire vers le bas le prix très élevé que Maria a payé pour les minutes de poubelle.

Ajouter un commentaire de Sur l'accident de María de Villota
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.