pistonudos.com

La volonté de la FIA d'être un fouineur


A Silverstone, les Williams et les Mercedes se sont battues pour le même temps de piste, les quatre voitures étant à moins de deux secondes les unes des autres.

La première série d'arrêts aux stands a permis à Lewis Hamilton de passer en tête en délogeant Massa et Bottas des stands. Mais environ cinq tours avant l'arrêt au stand de l'Anglais, le mur Mercedes avait fait sortir ses hommes dans la voie des stands dans une tentative pèlerine de confondre les stratèges de Williams.


Les mécaniciens de l'étoile à trois branches se sont mis en position, ont tendu leur regard vers l'entrée de la voie des stands en attendant l'arrivée d'une des flèches d'argent, et après quelques instants, ils ont rassemblé leur matériel et sont retournés à l'intérieur du box.

C'était du bluff.

C'était le reflet de la proximité du combat entre eux. En Mercedes, habitué à gagner sans descendre du bus, avait dû sortir la vitrine des astuces pour ne rien laisser au hasard dans un combat qui était alors encore loin d'être décidé du côté de Brackley.

Mais hélas, la FIA n'a pas apprécié.

Comme le rapporte Motorsport.com, la FIA donnera des leçons aux équipes en Hongrie, où se tiendra plus tard ce mois-ci la prochaine manche du championnat, pour faire comprendre qu'elle ne tolérera plus d'arrêts aux stands fantômes.

Mercedes a sorti son sac à malices pour ne rien laisser au hasard dans sa lutte contre Williams.

L'excuse est l'article 23.11 du règlement sportif, qui stipule que le personnel de l'équipe ne peut entrer dans la voie des stands que juste avant de devoir "travailler sur la voiture" et se retirer à l'intérieur du box une fois la tâche terminée.


Dans le cas de Mercedes à Silverstone, il n'y avait pas de voiture ; par conséquent, il n'y avait aucune justification pour faire sortir les mécaniciens à l'air libre.

Mercedes a échappé à une enquête et/ou à une sanction parce qu'il était impossible a priori de dire s'il s'agissait d'un arrêt fantôme ou d'un changement de plan ultérieur. Il est devenu évident qu'il s'agissait du premier lorsque Toto Wolff l'a ouvertement reconnu après la course.

Ils avaient essayé de faire en sorte que Williams morde à l'hameçon.

En tant qu'organisateur du championnat du monde de F1, la FIA a pour mission de faire respecter les règles, bien sûr.

Mais essayer de restreindre même les manœuvres qui sont le résultat d'une saine concurrence, c'est aller trop loin.

Avec autant d'ingénieurs et d'ordinateurs qui mâchent des données - sur le circuit lui-même et dans les bases des équipes, en temps réel -, il est même surprenant que des imprévus surviennent encore en course, ceux capables de faire basculer un cortège chanté.

Sans aller plus loin, voyez la gaffe de Mercedes avec Lewis Hamilton et la voiture de sécurité à Monaco.

Maintenant, la FIA veut éliminer un élément imprévu de plus - auquel les équipes n'ont en fait recours que très occasionnellement - en s'en tenant à l'interprétation littérale d'un article de quelques lignes.


Avec des actions comme celle-ci, la FIA se montre déconnectée de la réalité.

L'arrêt au stand fantôme de Mercedes n'a posé aucun risque pour la sécurité, ce qui est la raison qui sera utilisée pour blâmer de futures actions similaires.

C'était un élément supplémentaire d'imprévisibilité, de tension et d'espièglerie sportive dans une compétition en tête-à-tête sur la piste.

C'était une partie de ce que les 140 000 spectateurs présents à Silverstone avaient payé pour voir.

Anecdotique et marginal, mais une partie néanmoins.

Ajouter un commentaire de La volonté de la FIA d'être un fouineur
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.